NSO: Israel needs to change spy-tech regulations now

Damage to relations from Pegasus scandal likely temporary, but Defense Minister Gantz will face tough questions during Paris trip.

Defense Minister Benny Gantz. (photo credit: MARC ISRAEL SELLEM)
Defense Minister Benny Gantz.
(photo credit: MARC ISRAEL SELLEM)
 
Israel needs to reassure France it intends to review and reform its defense export policies if it wants to minimize the diplomatic fallout from the NSO Group spyware saga, foreign relations experts warn.

Israeli Defense Minister Benny Gantz is slated to meet with his French counterpart, Florence Parly, in Paris this week to discuss high-profile allegations linked to the Pegasus spyware scandal, as well as the crisis in Lebanon and nuclear talks with Iran.

The Pegasus spyware was developed by the Israeli firm NSO and was allegedly used by the Moroccan government to target French President Emmanuel Macron. The powerful software, which can covertly collect a phone’s data and turn on its camera or microphone, is at the heart of a massive scandal, allegedly used by authoritarian governments to target journalists, human rights activists, politicians and others around the globe. Some 50,000 phone numbers are purportedly linked to the malware.

The NSO Group has repeatedly denied the mass spying claims and stressed that Pegasus is intended for use solely against criminals and terrorists.

Ahead of Gantz’s trip, some have cautioned that the health of Israeli-French relations rests on how the Israeli government responds to the serious allegations. Though NSO is privately owned, its products require government approval to be sold abroad.

“Everything will depend on the response of the Israeli government,” Jean-Pierre Maulny, deputy director of the Paris-based French Institute for International and Strategic Affairs (IRIS), told The Media Line.

Maulny, who also heads the Armament Industry European Group (ARES Group) − a network of European security and defense specialists − believes Gantz will be asked some tough questions in Paris.

“Israel will have to cooperate in an investigation to identify the flaws in its export [laws] in relation to the use of this software,” Maulny said. “If they don’t, their public image will suffer and a lack of trust will set in.”

Macron reportedly spoke with Israeli Prime Minister Naftali Bennett last week to express concern over the hacking software. A Presidency official also revealed that Macron changed his mobile phone number, although it has not been proven that he was actually a target of the malware.

Though it is difficult at present to determine the extent of the damage the scandal has caused to France-Israel ties, Gantz will likely be asked to clarify the precise nature of the Israeli government’s connection to NSO.
 
“Israel is not an ally of France, nor is it a member of NATO; however, it is not an enemy state either,” Maulny explained. “They will therefore be asked to put more safeguards in place. … It’s possible that there will be a strong response [from Paris] but it will likely be symbolic in nature and then things will return to normal.”

Because charges of negligence will be difficult to prove, Maulny believes Israeli officials will attempt to shirk responsibility and point the blame at either NSO or the Moroccan government. Rabat has denied using the software to eavesdrop on French officials.

“The problem first and foremost is one of regulating cybersecurity software products,” Maulny related. “Everyone is spying on everyone; the American government spied on [German Chancellor] Angela Merkel. These types of software need to be better regulated and monitored.”

Daniel Shek, a former Israeli ambassador to France, told The Media Line that while diplomatic ties have not been permanently damaged as a result of the Pegasus affair, France will certainly expect Israel to make assurances about future exports of cyber-weapon technologies.

“Israel should take a close look at the process and the procedure for approving such sales, be pickier about the end-users and be more diligent about safeguards,” Shek said.

“There are question marks but I haven’t seen anybody in France actually point the finger at Israel as a state,” he continued. “Having said that, they understand that there is a level of control and regulation that the Israeli authorities have or should have over the export and use of such technology.”

Overall, Shek does not believe that this affair will permanently damage relations between the two countries, which he says have historically had “outstanding ties” in a number of arenas, especially with regard to defense.

“I don’t think, for the moment, there is real damage to be feared,” he said.

Other foreign relations experts also argued that the affair underlines the pressing need to reexamine the issue of spyware technology exports.

“We just saw in this case how it has a huge potential to create a diplomatic crisis, and I think Israel has to be very cautious and treat this as a defense issue,” Dr. Emmanuel Navon, an international relations expert who teaches at Tel Aviv University, told The Media Line.

Navon further noted that Israel finds itself at a critical juncture with regard to a nuclear Iran, and as such ties with France are more critical than ever.

“Israel is seeking to have some kind of guarantees from France in case of a confrontation between Israel and Iran,” Navon said. “It’s critical to really rebuild this relationship.” 
 
 
 
TRADUCTION EN FRANCAIS
 

ONS : Israël doit modifier dès maintenant la réglementation sur les technologies d’espionnage
Les dommages causés aux relations par le scandale Pegasus seront probablement temporaires, mais le ministre de la Défense Gantz devra faire face à des questions difficiles lors de son voyage à Paris.
Gantz devra faire face à des questions difficiles lors de son voyage à Paris.

Israël doit rassurer la France sur son intention de revoir et de réformer ses politiques d’exportation de défense s’il veut minimiser les retombées diplomatiques de la saga du logiciel espion du groupe NSO, préviennent les experts en relations extérieures.

Le ministre israélien de la défense Benny Gantz doit rencontrer son homologue française, Florence Parly, à Paris cette semaine pour discuter des allégations très médiatisées liées au scandale du logiciel espion Pegasus, ainsi que de la crise au Liban et des négociations nucléaires avec l’Iran.

Le logiciel espion Pegasus a été développé par la société israélienne NSO et aurait été utilisé par le gouvernement marocain pour cibler le président français Emmanuel Macron. Le puissant logiciel, qui peut collecter secrètement les données d’un téléphone et activer sa caméra ou son microphone, est au cœur d’un scandale massif, qui serait utilisé par des gouvernements autoritaires pour cibler des journalistes, des militants des droits de l’homme, des politiciens et d’autres personnes dans le monde entier. Quelque 50 000 numéros de téléphone seraient liés à ce logiciel malveillant.

Le groupe NSO a démenti à plusieurs reprises les allégations d’espionnage massif et a souligné que Pegasus est destiné à être utilisé uniquement contre les criminels et les terroristes.

Avant le voyage de Gantz, certains ont averti que la santé des relations israélo-françaises dépend de la façon dont le gouvernement israélien répondra à ces graves allégations. Bien que NSO soit une entreprise privée, ses produits doivent être approuvés par le gouvernement pour être vendus à l’étranger.

“Tout dépendra de la réponse du gouvernement israélien”, a déclaré à The Media Line Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l’Institut français des affaires internationales et stratégiques (IRIS), basé à Paris.

Maulny, qui dirige également l’Armament Industry European Group (ARES Group) – un réseau de spécialistes européens de la sécurité et de la défense – pense que Gantz se verra poser des questions difficiles à Paris.

“Israël devra coopérer à une enquête visant à identifier les failles de ses [lois] d’exportation en relation avec l’utilisation de ce logiciel”, a déclaré Maulny. “S’ils ne le font pas, leur image publique en souffrira et un manque de confiance s’installera.”

Macron se serait entretenu avec le Premier ministre israélien Naftali Bennett la semaine dernière pour lui faire part de ses préoccupations concernant le logiciel de piratage. Un responsable de la présidence a également révélé que Macron a changé son numéro de téléphone portable, bien qu’il n’ait pas été prouvé qu’il était effectivement la cible du logiciel malveillant.

Bien qu’il soit difficile à l’heure actuelle de déterminer l’ampleur des dommages que le scandale a causés aux liens France-Israël, Gantz sera probablement invité à clarifier la nature précise du lien entre le gouvernement israélien et NSO.
“Israël n’est pas un allié de la France, ni un membre de l’OTAN, mais ce n’est pas non plus un État ennemi”, explique M. Maulny. “Il leur sera donc demandé de mettre en place davantage de garanties. … Il est possible qu’il y ait une réponse forte [de Paris], mais elle sera probablement de nature symbolique et les choses reviendront ensuite à la normale.”

Étant donné que les accusations de négligence seront difficiles à prouver, M. Maulny pense que les responsables israéliens tenteront de fuir leurs responsabilités et de rejeter la faute sur l’ONS ou le gouvernement marocain. Rabat a nié avoir utilisé le logiciel pour espionner les fonctionnaires français.

“Le problème est avant tout celui de la réglementation des produits logiciels de cybersécurité”, a relaté M. Maulny. “Tout le monde espionne tout le monde ; le gouvernement américain a espionné la [chancelière allemande] Angela Merkel. Ces types de logiciels doivent être mieux réglementés et surveillés.”

Daniel Shek, ancien ambassadeur d’Israël en France, a déclaré à The Media Line que si les liens diplomatiques n’ont pas été définitivement endommagés à la suite de l’affaire Pegasus, la France attendra certainement d’Israël qu’il donne des assurances quant aux futures exportations de technologies de cyber-armes.

“Israël devrait examiner de près le processus et la procédure d’approbation de ces ventes, être plus pointilleux sur les utilisateurs finaux et être plus diligent sur les garanties”, a déclaré Shek.

 

Emmanuel Navon, expert en relations internationales qui enseigne à l’Université de Tel Aviv, a déclaré à The Media Line : ” Nous venons de voir dans cette affaire que le potentiel de création d’une crise diplomatique est énorme, et je pense qu’Israël doit être très prudent et traiter cette question comme une question de défense “.

Navon a également noté qu’Israël se trouve à un moment critique par rapport à un Iran nucléaire, et que les liens avec la France sont donc plus importants que jamais.

“Israël cherche à avoir une sorte de garantie de la part de la France en cas de confrontation entre Israël et l’Iran”, a déclaré Navon. “Il est essentiel de vraiment reconstruire cette relation”.


Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *