Raphaël Nisand – Non au vote juif – lemonde.co.il

Raphaël Nisand – Non au vote juif

En cette période préélectorale les Juifs de France voient l’ensemble des autorités cultuelles monter au créneau pour donner leurs avis et leurs préférences en vue de l’élection présidentielle.

Il est toujours bon de rappeler ici que le concept même de vote juif est inexact et dangereux.

Les juifs français sont des citoyens éclairés, souvent engagés de façon citoyenne et tous les votes possibles peuvent émaner des juifs de France.
Dans les injonctions faites ces derniers jours de voter comme ci ou comme ça il a manqué semble-il l’essentiel.

Cet essentiel ce sont les thématiques vitales pour les juifs vivant dans ce pays, et à cet égard il faudrait que nos dirigeants se saisissent de l’élection pour faire progresser ces causes qui nous sont chères.

La première bien sûr c’est la sécurité.

Dans un article du Monde daté du 28 octobre le quotidien analyse les cicatrices laissées à Toulouse par l’attentat antisémite meurtrier de 2012.
10 000 juifs de moins à Toulouse dans le silence et l’indifférence générale.
L’actualité récente vient encore aggraver ce phénomène.

L’imam de la grande mosquée de Toulouse Mohamed TATAÏ a été relaxé le 14 septembre 2021 par le Tribunal de la ville après avoir dit devant 3000 fidèles « les juifs se cachent derrière les rochers et les arbres, et les rochers et les arbres diront : ô musulman, ô serviteur d’Allah, il y a un juif qui se cache derrière moi, viens le tuer ».

Le Tribunal a estimé que ces propos, pour être religieux, ne constituaient pas une incitation à la haine ou à la discrimination. Il a donc acquitté l’imam.

Ce jugement a été prononcé « sous les applaudissements de certains habitants des cités déplore Maître Simon COHEN l’avocat toulousain défenseur des parties civiles. Le parquet a fait appel.

Dans un récent documentaire télévisé le Président du Consistoire de la ville disait qu’il se sentait comme un syndic de liquidation.

Depuis lors, outre Toulouse, ce sont des dizaines de milliers de juifs de France qui ont été contraints de quitter leur ville ou leur quartier en raison d’un antisémitisme quotidien et massif qui leur rend la vie impossible.
Certains vont dans d’autres villes de France, d’autres s’en vont inexorablement, faisant leur alya ou partant dans des pays plus paisibles pour les juifs.

On aurait aimé entendre l’avis de nos dirigeants sur le jugement de Toulouse et sur le devenir des communautés en péril.

C’est bien sûr la première demande que nous devons présenter aux autorités de la République et à tous les candidats. Pour le moment le compte n’y est pas et la saignée continue malgré les belles paroles.

Les juifs de France sont également attachés à Israël et à cet égard nous devons constater la glaciation totale des relations officielles franco-israéliennes.

Quelques exemples ?

Il a été décidé de façon implicite de boycotter toute relation gouvernementale ou présidentielle avec Israël. Le dernier ministre de l’économie et des finances à s’être rendu en Israël c’était un certain Emmanuel MACRON du temps de François HOLLANDE (il avait à cette époque tenu des propos plutôt sympathiques). Depuis lors, le premier ministre Edouard PHILIPPE a annulé son voyage prévu en Israël et le Président MACRON s’est rendu en Israël pour une commémoration de la Shoah en refusant de rencontrer NETANYAHOU et en faisant un scandale comme il n’en a jamais fait à l’étranger à l’entrée d’une église à Jérusalem.

Il n’y a plus NETANYAHOU mais le ministre des affaires étrangères LE DRIAN n’est pas en reste. Il n’a jamais mis les pieds en Israël et dit officiellement craindre que cela soit un pays d’apartheid, une accusation qui place une cible sur chaque juif de France qui devient ipso facto un soutien de l’apartheid, un raciste de la pire espèce.

Le 28 octobre le ministère des affaires étrangères toujours lui, fait un communiqué pour se dire « pleinement mobilisé » pour que le terroriste franco-palestinien Salah HAMOURI puisse rester vivre à Jérusalem.
Qui est Salah HAMOURI ? Membre du FPLP (front populaire de libération de la Palestine) , organisation reconnue terroriste par l’Union Européenne Salah HAMOURI a été emprisonné de 2005 à 2011 pour sa participation à la tentative d’assassinat du Grand Rabbin d’Israël Ovadia YOSSEF.
Cette « mobilisation » est juste scandaleuse.

Sur ces thématiques, nos autorités devraient pouvoir obtenir une meilleure compréhension d’Israël et du lien franco-israélien.

En tout cas le retour vers les urnes ne peut être en l’occurence le moment de l’alignement inconditionnel que l’on constate de la part de nos dirigeants.

Last but not least.

On a pu voir cette semaine, dans un silence de plomb, le candidat écologiste JADOT annoncer que lui élu, l’abattage rituel autrement dit la casherout, serait interdite.

Encore une menace claire et nette sur l’existence de la communauté juive de France.

Qu’ont dit nos responsables ?

Et puis allons dans le symbolique, mais cela compte, on aimerait que nos responsables honorent Georges BENSOUSSAN, historien victime du djihad judiciaire lancé par le CCIF, organisation dissoute depuis par le gouvernement pour séparatisme.

Georges BENSOUSSAN a été innocenté par la justice à la suite de poursuites islamistes auxquels s’étaient joints le parquet de Paris, la LICRA, la LDH et le MRAP. Il demeure boycotté par nombre de médias et victimes d’un ostracisme évident. BENSOUSSAN un DREYFUS moderne ?

En tout cas il mérite réhabilitation, excuses et légion d’honneur.

Voici quelques idées qui, j’espère seront reprises pour être utiles et aller au-delà des incantations de circonstance.

Je suis sûr que c’est en fonction de ces paramètres également que voteront en toute liberté nos concitoyens.

Raphaël Nisand

Chroniqueur sur Radio Judaïca

Source : https://www.tribunejuive.info/2021/10/31/raphael-nisand-non-au-vote-juif/

 

 

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *