L’Observatoire Juif de France a déposé plainte à l’encontre de l’entité BDS (Boycott-Désinvestissement-Sanctions).

L’Observatoire Juif de France, a déposé plainte contre l’entité BDS (Boycott-Désinvestissement-Sanctions) qui est une émanation de l’association Euro-Palestine, qui a publié sur Facebook des appels à la discrimination contre les produits israéliens.

Une image sur leur page Facebook « CAPJPO-EuroPalestine» est mise en avant avec comme titre

« BDS PROMEUT L’ACTION DIRECTE :  LE BOYCOTT Académie, culturelle et économique des entreprises événements organisations ou institutions qui viennent d’Israël ou qui le soutiennent »  

Sous ce texte est inscrit

« Exemple » Avec les logos des marques

HP, CAT, BARCLAYS, VOLVO, CEMEX, PUMA

KING SALOMON DATTIES, AXA, LOREAL Paris.

BDS viole sans vergogne la loi pénale française, le Code pénal stipule que les discriminations à l’encontre de n’importe quel produit étranger sont radicalement prohibées.

La plainte de l’Observatoire Juif de France vise le grief de discriminations, qui est interdit, et est analysé par la Cour de Cassation comme « le fait d’entraver l’exercice normal d’une activité économique quelconque en opérant une distinction entre les personnes notamment en raison de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une nation déterminée »

De plus, le boycott relève du pouvoir régalien des Etats, comme ce fut le cas de l’Afrique du Sud au temps de l’apartheid, qui fut soumise à une décision souveraine des Etats ou l’ONU et non pas d’un supposé droit transnational qui n’existe pas.

L’Observatoire Juif de France[1] qui lutte contre le mouvement illégal BDS, le racisme, l’antisémitisme, le négationnisme, l’apologie du terrorisme et du nazisme sera toujours là pour faire face aux attaques auxquelles les français de confession juive font face.

Malgré toutes les promesses de nos différents gouvernements, nous attendons encore et encore que la justice française, applique la loi, rien que la loi.  

René Levy

Président 

[1] https://observatoirejuifdefrance.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *