L’Observatoire Juif de France est indigné que la famille endeuillée de Jérémy Cohen ait été contrainte d’enquêter sur le décès de la jeune victime

Paris, le 6 avril 2022

Le 16 février 2022, vers 20 h, Jérémy Cohen, Français juif âgé de 31 ans et souffrant d’un léger handicap mental, marche à Bobigny (Seine-Saint-Denis).

Il est battu par une dizaine d’individus. Il leur échappe, et dans sa fuite, est percuté par le tramway. Il meurt le lendemain à l’hôpital.

Le 17 février 2022, le commissariat de Bobigny remet aux parents de Jérémy Cohen divers objets ayant appartenu à leur fils, dont sa kippa blanche.

Une enquête débute pour « homicide involontaire par conducteur ». « Selon Le Figaro (citant un mois et demi plus tard une source proche du dossier), « les enquêteurs sont partis sur un banal accident voyageur car les caméras sur la voie publique ne fonctionnaient pas ce jour-là ».

Le Parisien présente la mort du jeune homme comme un accident.

Le 22 février 2022, l’enquête est classée sans suite.

La famille de Jérémy Cohen décide d’enquêter sur les circonstances du décès, et lance un appel à témoins en déposant des flyers dans les boîtes aux lettres du quartier.

Le 10 mars 2022, selon le parquet « une vidéo, montrant une agression, est transmise aux enquêteurs, et une seconde enquête est ouverte (le lendemain), pour violences volontaires en réunion. Le procureur expliquera« Rapidement, les éléments recueillis permettaient de comprendre que, quelques instants avant l’accident, la victime avait subi des violences. Les deux enquêtes étaient menées parallèlement. L’hypothèse que la victime ait traversé les voies du tramway pour échapper à ses agresseurs était naturellement prise en compte. »

Les jours suivants, la famille transmet à la police une vidéo de l’agression physique et de l’accident mortel.

Le 29 mars 2022, une information judiciaire est ouverte pour violences volontaires en réunion ayant entraîné la mort sans intention de la donner. L’enquête est menée sous l’autorité d’un juge d’instruction, et sans publicité.

Le 31 mars 2022, sur Radio Shalom, Gérald et Raphaël Cohen, respectivement père et frère de Jérémy, relatent les faits et révèlent l’existence de la vidéo. Raphaël Cohen indique ignorer si son frère portait sa kippa et si l’agression était antisémite.

Le 3 avril 2022, Gérald Cohen, père de Jérémy Cohen, alerte Éric Zemmour, candidat de Reconquête !. Il ne sait pas que la police enquête sur l’agression.

Le 4 avril 2022, sur les réseaux sociaux puis au JT de TF1, Eric Zemmour révèle l’agression de Jérémy Cohen et s’indigne du silence entourant cette affaire.

Divers politiciens réagissent publiquement.

Eric Mathais, procureur de la République de Bobigny, indique dans un communiqué la jonction des deux enquêtes et l’ouverture d’une information judiciaire pour violences volontaires en réunion ayant entrainé la mort sans intention de la donner.

A la demande du Président Emmanuel Macron, son cabinet a téléphoné aux parents de Jérémy Cohen.

Gérald Cohen et son avocat Me Franck Serfati s’expriment dans diverses chaines de télévision. Me Franck Serfati refuse toute instrumentalisation de cette affaire.

 Le 5 avril 2022, Eric Mathais précise que rien ne permet d’évoquer un acte antisémite, et invite « toute personne détenant des informations utiles à l’enquête à entrer en contact avec les services de police ».

Gérald Cohen remercie Éric Zemmour dans son QG de campagne.

Le Président Emmanuel Macron déclare : « La justice mène de manière indépendante son travail. Des drames humains, il y en a chaque jour. Ils ne doivent pas donner lieu à des manipulations politiques quelles qu’elles soient. »

L’Observatoire Juif de France est indigné que la famille endeuillée de Jérémy Cohen ait été contrainte de mener une enquête pour rechercher la vérité et établir les faits.

Elle regrette aussi que les deux enquêtes n’aient pas été jointes plus tôt.

En outre, elle est surprise par les dysfonctionnements des caméras sur la voie publique.

De plus, elle ne comprend pas la phrase du Chef de l’Etat : « Des drames humains, il y en a chaque jour ». Des propos qui semblent inappropriés.

Par ailleurs, elle déplore le long silence médiatique.

Elle espère également que toute la vérité sera connue rapidement, et que les agresseurs de Jérémy Cohen seront arrêtés, jugés et sévèrement condamnés.

Si le juge d’instruction constatait des faits lui permettant de qualifier d’acte antisémite l’agression physique dont a été victime Jérémy Cohen, l’Observatoire Juif de France se constituerait partie civile.

René Lévy

Président de l’Observatoire Juif de France

Contact Presse : 06 08 27 14 18

Email : [email protected]

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *