La Russie demande la fermeture de l’Agence juive pour Israël

Par LAHAV HARKOV, ZVIKA KLEIN Publié : 21 JUILLET 2022

La répression de l’Agence juive est intervenue alors que Yair Lapid, qui a critiqué avec véhémence l’invasion de l’Ukraine par la Russie, est devenu Premier ministre.

Le ministère russe de la Justice a demandé la liquidation de l’Agence juive pour Israël, a rapporté l’agence de presse RIA Novosti jeudi après-midi. Des sources haut placées de l’Agence juive ont déclaré au Jerusalem Post que rien n’a changé depuis le dernier rapport sur la demande russe de fermer les bureaux de l’organisation à Moscou – depuis l’appel que l’agence a fait auprès du tribunal.

Le Post a appris que l’affaire sera débattue au tribunal la semaine prochaine. D’ici là, l’agence tente de défendre son cas.

“Les informations que vous avez sont inexactes”, a déclaré la porte-parole de l’Agence juive, Hagit Halali. “Une audience préliminaire a été programmée pour jeudi prochain sur cette affaire et c’est la suite de la procédure judiciaire. Comme nous l’avons dit jusqu’à présent, nous ne répondrons pas pendant la procédure judiciaire.”

“La décision du ministère de la Justice de fermer l’Agence n’a pas changé. L’Agence a fait appel pour prolonger le délai dont elle dispose afin de sauver ses opérations en Russie”, a déclaré une source proche de l’Agence.

Pourtant, la source qui connaît bien le dossier a déclaré que “la question n’est pas juridique mais plutôt politique et la décision ne changera que si les dirigeants politiques et diplomatiques israéliens se ressaisissent.”

Des sources diplomatiques ont parlé au Post en toute confidentialité et ont déclaré qu’il y a deux problèmes sérieux avec la façon dont l’Agence juive a géré cette crise, “C’est une conduite scandaleuse de l’agence ; ils n’ont pas informé le ministère des Affaires étrangères de cette crise alors qu’ils sont intégrés depuis quelques années. Tous les responsables diplomatiques ont entendu parler du problème avec le ministère russe de la Justice par le Post au lieu de recevoir des mises à jour de l’agence.”

La source a ajouté : “Pourquoi l’agence ne mettrait-elle pas les services gouvernementaux concernés au courant des raids ? S’ils tenaient des réunions sur la question, avant la guerre russo-ukrainienne, il y aurait peut-être eu quelque chose à faire.”

D’autres responsables des institutions nationales ont déclaré aujourd’hui que “le Premier ministre Yair Lapid n’a pas pris cette crise au sérieux, il n’a organisé aucune réunion sur cette question sensible qui pourrait provoquer la fin de l’alya de Russie.”

Pourtant, le Post a appris que Lapid a effectivement tenu quelques réunions et consultations internes sur la question de l’agence en Russie – contrairement aux critiques.

Le ministre des Affaires de la diaspora, le Dr Nachman Shai, a exprimé son indignation face à la décision du ministère russe de la Justice. “Les Juifs russes ne seront pas pris en otage par la guerre en Ukraine. La tentative de punir l’Agence juive pour la position d’Israël sur la guerre est pathétique et insultante. Les Juifs de Russie ne pourront pas être détachés de leur lien historique et émotionnel avec l’État d’Israël.”

“L’immigration des Juifs en Israël est un droit fondamental dont dispose chaque Juif dans le monde”, a commenté la ministre de l’Aliyah et de l’Intégration, Pnina Tamano-Shata. 

“Les activités de l’Agence juive se déroulent dans toute l’Europe et sur les autres continents, ainsi qu’en Russie, en totale coordination avec les autorités locales. Les diplomates israéliens ont fait des efforts pour clarifier la question et réglementer les activités en coordination”, a-t-elle ajouté. 

“En tant que responsable de l’immigration des Juifs et de leur absorption en Israël, je me suis récemment adressée à plusieurs reprises au Premier ministre Yair Lapid pour avoir une discussion au niveau politique et je suis en contact permanent avec le directeur général du ministère des Affaires étrangères, Alon Ushpiz. Comme nous savons travailler en coopération avec les autorités russes depuis de nombreuses décennies, je ne doute pas qu’elles trouveront les solutions appropriées.”

Plus tôt dans la journée, l’ambassadeur d’Israël en Russie a demandé des clarifications à Moscou après que le ministère russe de la Justice ait pris des mesures contre l’Agence juive, a confirmé jeudi un responsable israélien.

Le ministère russe de la justice a envoyé une lettre à l’Agence juive au début du mois, obtenue en exclusivité par le Jerusalem Post, avec une liste de violations présumées de la loi et de leurs conséquences. Une source diplomatique israélienne de haut niveau a déclaré que la Russie accusait l’Agence juive de collecter illégalement des informations sur les citoyens russes.

En outre, ces dernières semaines, la Russie a élargi sa définition d’un agent étranger pour y inclure toute personne qui reçoit un soutien de l’étranger et s’engage dans des actions que les autorités jugent contraires à l’intérêt national de la Russie. Cette catégorisation pourrait s’appliquer à l’Agence juive ou à d’autres organisations juives opérant en Russie.

Les actions des autorités russes pourraient entraver la capacité des Juifs russes à se rendre en Israël.

La semaine dernière, l’ambassadeur Alexander Ben-Zvi a rencontré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhail Bogdanov, pour s’enquérir des mesures prises à l’encontre de l’Agence juive.

Mikhail Bogdanov a déclaré que ces actions n’étaient pas des mesures diplomatiques à l’encontre d’Israël et qu’il allait examiner la question.

La réunion a été rapportée pour la première fois par Walla News.

Les mesures de répression à l’encontre de l’Agence juive ont été prises alors que Yair Lapid, qui s’est montré très critique à l’égard de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, est devenu Premier ministre.

L’ambassadeur russe Anatoly Viktorov s’est inquiété du fait que Lapid rende les relations russo-israéliennes plus difficiles, rapporte Channel 12. L’ambassade de Russie a démenti cette information mais a déclaré que les responsables israéliens devraient être “moins partiaux et plus équilibrés”.

La politique d’Israël à l’égard de l’Ukraine n’a pas changé sous Lapid. Jérusalem n’a pas envoyé d’aide militaire à Kiev, seulement de l’aide humanitaire, par crainte de mettre en péril le mécanisme de déconfliction avec la Russie qui permet à Israël de frapper des cibles iraniennes en Syrie.

Zvika Klein et Reuters ont contribué à ce rapport.


Pour soutenir l’Observatoire Juif de France  

 

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Ou faites un Chèque à l’ordre de l’ Observatoire Juif de France

Observatoire Juif de France : 22, avenue de Suffren 75015 Paris – 06 08 27 14 18

 http://www.ojfrance.org/- E-mail : [email protected]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *