Auteur/autrice : Observatoire Juif de France

Pas de passeport pour les « antisémites » ? Un député allemand suggère d’interdire à ceux qui remettent en question « l’existence d’Israël » d’obtenir la nationalité allemande

Un député allemand revient sur les conditions de l’octroi de la nationalité allemande estimant qu’elle est incompatible avec certains délits dont l’antisémitisme quand il prend la forme de négation de l’Etat d’Israël. Il propose que cette obtention de nationalité soit revisitée sérieusement.

L’Observatoire Juif de France n’aurait pas manqué d’exprimer une grande satisfaction si un parlementaire français avait apporté son soutien à cette proposition qui aurait, à tout le moins, rappelé que l’antisémitisme est un élément de fracture de la Société nationale.

Pas de passeport pour les « antisémites » ?  Un député allemand suggère d’interdire à ceux qui remettent en question « l’existence d’Israël » d’obtenir la nationalité allemande
« La loi sur la citoyenneté devrait expressément interdire la naturalisation des personnes qui ont commis des actes antisémites », Mathias Middelberg, un député de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de Merkel, a déclaré au journal allemand NOZ avant le débat parlementaire sur les amendements à la loi sur la citoyenneté qui doivent être votés plus tard cette semaine.

La liste de « antisémite » les crimes devraient notamment impliquer des actes dirigés contre l’État d’Israël, estime le député.

Quiconque incite le public contre les Juifs, remet en question l’existence de l’État d’Israël ou brûle un drapeau israélien ne doit pas devenir citoyen allemand.

Dans son discours, le député a également fait référence au discours de Merkel qu’elle a prononcé en 2008 lorsqu’elle a déclaré que la responsabilité de la sécurité d’Israël faisait partie de l’intérêt national de l’Allemagne. De tels mots ne doivent pas être « laissé sans surveillance, » il a dit.

Middelberg cherche à modifier la loi existante avec une clause stipulant que « La naturalisation est exclue si un étranger a commis un acte à motivation antisémite. Il a également fait valoir que tout acte antisémite devrait être légalement déclaré incompatible avec les garanties de la dignité humaine inscrites dans la constitution, appelée la loi fondamentale en Allemagne.

Le député a déjà appelé les partenaires du bloc conservateur de Merkel au sein de la coalition gouvernementale – les sociaux-démocrates – à soutenir la proposition lors du prochain vote parlementaire.

Le mois dernier, l’Allemagne a connu une série d’attaques contre des maisons de prière juives qui ont suscité l’indignation parmi les Juifs, les Chrétiens et les responsables allemands. Les incidents, qui impliquaient principalement de brûler des drapeaux israéliens et de bombarder des synagogues avec des pierres, se sont produits au milieu d’une violente impasse entre Israël et les militants palestiniens à Gaza. Certains des auteurs ont alors déclaré à la police allemande que leurs actions avaient été provoquées par le « conflit actuel en Israël ».

Les développements ont suscité une vive condamnation de la part des principaux politiciens allemands. Le président Frank-Walter Steinmeier a déclaré à l’époque que la haine des Juifs ne serait tolérée en Allemagne sous aucune forme, tout en qualifiant de tels actes « des crimes qui doivent être poursuivis ».

Merkel a déclaré dans son podcast vidéo hebdomadaire fin mai que quiconque « prend la haine des Juifs dans nos rues » viole la Loi fondamentale. Le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert, a exprimé le soutien de Berlin à Tel-Aviv et a condamné les attaques à la roquette lancées par des militants du Hamas contre Israël en déclarant qu’il y avait « aucune justification pour cette violence. »

Fin mai, un seul État allemand, la Rhénanie du Nord-Westphalie, a déclaré que des enquêtes avaient été lancées contre 111 suspects pour actes antisémites. Presque tous les suspects étaient d’origine arabe, a confirmé à l’époque le ministre régional de l’Intérieur, Herbert Reul.

La liste des auteurs comprenait des citoyens libanais et syriens ainsi que des personnes originaires de pays arabes mais qui avaient reçu la nationalité allemande au moment des incidents.

La police allemande estime cependant que l’antisémitisme en Allemagne va au-delà de la communauté des migrants. « Ce n’est pas seulement l’antisémitisme musulman, mais l’antisémitisme dans son ensemble qui n’a pas été perçu comme il aurait dû l’être depuis bien trop longtemps. L’officier antisémite de la police de Berlin, Wolfram Pemp, a déclaré aux médias allemands fin mai. Le dernier rapport de la Police criminelle fédérale (BKA) suggérait que les crimes antisémites avaient également augmenté de près de 16% au cours de la dernière année en 2020, mais fournissait peu d’informations sur les auteurs.

Le leader du bloc du Parti populaire européen de centre-droit au Parlement européen, Manfred Weber, s’est empressé de blâmer les mouvements de droite européens comme le parti allemand AfD et le Rassemblement national français, dirigé par Marine Le Pen, pour la montée des anti- Le sémitisme.

L’AfD a rapidement pris ses distances par rapport à de telles allégations en affirmant que ce sont ses idées que Middelberg aurait adoptées en appelant à une interdiction de citoyenneté pour les « antisémites ».

Source : https://news-24.fr/pas-de-passeport-pour-les-antisemites-un-depute-allemand-suggere-dinterdire-a-ceux-qui-remettent-en-question-lexistence-disrael-dobtenir-la-nationalite-allemande/

 

À Annemasse, en Haute-Savoie, une cliente s’en est prise violemment à une caissière dans un magasin Carrefour. Elle n’a pas hésité à proférer des insultes racistes.

VIDEO. “Sale négresse ! Sale Noire !” : une cliente s’en prend violemment à une caissière en Haute-Savoie

À Annemasse, en Haute-Savoie, une cliente s’en est prise violemment à une caissière dans un magasin Carrefour. Elle n’a pas hésité à proférer des insultes racistes.

Une vidéo, diffusée jeudi 4 juin sur Twitter, suscite l’indignation. Une cliente s’en est violemment prise à une caissière, l’insultant par rapport à sa couleur de peau. La scène s’est déroulée il y a quelques jours, à Annemasse, en Haute-Savoie, dans un magasin Carrefour. 

Les raisons de cette altercation son floues. Il est possible que l’employée ait suspecté la cliente d’avoir volé un produit dans le magasin.

Des propos qui ont évidemment choqué les internautes. “Les negrophobes ne se cachent même plus ces derniers temps dans ce pays”, déplore l’un d’eux. “Il faut retrouver cette personne et qu’elle réponde de ses actes”, affirme un autre. “Devant son enfant en plus”, remarque un troisième.

Carrefour réagit

Face à la polémique, Carrefour France a réagi. “Solidarité avec notre collègue injuriée. Ces propos racistes sont inacceptables. Nous les condamnons très fermement et portons plainte. Les équipes du magasin sont aux côtés de notre collaboratrice”, a déclaré l’enseigne sur Twitter.

Source : https://www.ladepeche.fr/2021/06/05/video-sale-negresse-une-cliente-sen-prend-violemment-a-une-caissiere-proferant-des-insultes-racistes-9588007.php

 

 

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Ou faites un Chèque à l’ordre de l’ Observatoire Juif de France

Observatoire Juif de France : 22, avenue de Suffren 75015 Paris – 06 08 27 14 18

 http://www.ojfrance.org/- E-mail : [email protected]

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Ou faites un Chèque à l’ordre de l’ Observatoire Juif de France

Observatoire Juif de France : 22, avenue de Suffren 75015 Paris – 06 08 27 14 18

 http://www.ojfrance.org/- E-mail : [email protected]

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Ou faites un Chèque à l’ordre de l’ Observatoire Juif de France

Observatoire Juif de France : 22, avenue de Suffren 75015 Paris – 06 08 27 14 18

 http://www.ojfrance.org/- E-mail : [email protected]

L’Observatoire Juif de France, vient de déposer plainte auprès du Procureur de la République du Tribunal Judiciaire de Nanterre à l’encontre d’Amazon.

Suite à la mise en vente d’un Tee-shirt siglé d’une étoile jaune et de la mention “not vaccinated” sur la plateforme AMAZON, l’Observatoire Juif de France a de suite saisi la Direction d’Amazon et a déposé Plainte auprès du Procureur de la République du Tribunal Judicaire de Nanterre.

Une fois de plus Amazon fait l’objet de nombreuses protestations de clients, choqués par la mise en vente d’objets soit nazis, soit rappelant la période la plus sombre du XXème siècle au cours laquelle le régime nazi commettait un génocide exterminant six millions de juifs.  

Depuis plusieurs années, différentes associations ont alerté de la présence d’objets rappelant la Shoah sur le site AMAZON. Cependant, les promesses réitérées du groupe d’exclure définitivement la mise en vente de ce type de produits, n’ont toujours pas été appliqué.

Nous, Observatoire Juif de France, avons pour but de traquer sans relâche les antisémites, les antisionistes, les négationnistes et toutes formes de discrimination.

 

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Ou faites un Chèque à l’ordre de l’ Observatoire Juif de France

Observatoire Juif de France : 22, avenue de Suffren 75015 Paris – 06 08 27 14 18

 http://www.ojfrance.org/- E-mail : [email protected]

Roman Kent, le président du Comité international d’Auschwitz, est décédé à l’âge de 92 ans

Nous adressons nos meilleures pensées à la famille et aux proches de Monsieur Roman Kent.

Le président du Comité international d’Auschwitz, Roman Kent, est décédé à l’âge de 92 ans à New York après une courte maladie, a annoncé vendredi le comité fondé par des survivants du camp de concentration et d’extermination nazi.

Né Roman Kniker en 1929 à Lodz, la deuxième plus grande ville de Pologne avec 600000 habitants dont un tiers de Juifs, lui et sa famille, qui possédait une usine de textile, avaient été forcés par les Nazis de vivre dans le ghetto créé sur place par les soldats allemands. Les survivants du ghetto ont ensuite été déportés en 1944, généralement vers Auschwitz-Birkenau.

À l’arrivée de la famille dans le camp, Roman Kent fut séparé de ses deux sœurs et de sa mère. Il ne reverrait jamais cette dernière.

Président du Comité international d’Auschwitz en 2011

En 1945, Roman Kent et son frère furent libérés par l’armée américaine. Ils émigreront ensuite aux États-Unis, où Roman Kent deviendra un homme d’affaires.

Roman Kent a pris la tête, en 2011, du Comité international d’Auschwitz, dont l’objectif est d’informer sur les horreurs d’Auschwitz-Birkenau, où 1,1 million de personnes – dont près d’un million de Juifs – ont été assassinées par les Nazis dans des chambres à gaz ou ont péri de faim ou de maladie.

Source: https://www.rtbf.be/info/monde/europe/detail_roman-kent-le-president-du-comite-international-d-auschwitz-est-decede-a-l-age-de-92-ans?id=10767103

Belga

 

 

Sarthe. Un homme condamné pour des tweets antisémites

Un homme de 30 ans a été condamné par le tribunal correctionnel du Mans, vendredi 21 mai 2021. Il avait publié des tweets antisémites.

Le jeune Manceau a été condamné par le tribunal correctionnel du Mans.
Le jeune Manceau a été condamné par le tribunal correctionnel du Mans. (©DR. )
Actu Le Mans
 
Un homme de 30 ans a été condamné par le tribunal correctionnel du Mans (Sarthe)vendredi 21 mai 2021. Il avait publié des tweets antisémites.

Référence à l’holocauste et à Adolf Hitler

Le 17 mai dernier, la brigade d’enquête du Mans (Sarthe) est saisie d’un signalement opéré via la plateforme pharos, qui remonte les publications illégales sur Internet.

Un jeune Manceau est alors suspecté d’avoir publié un tweet antisémite, dans lequel il fait référence à l’holocauste et à Adolf Hitler, et appelle à s’en prendre aux juifs.

Dans son appartement, les enquêteurs ont découvert une cible portant des impacts de couteau, ainsi qu’un calepin sur lequel il a écrit son ras-le-bol de la situation au Proche-Orient, actuellement embrasé par le conflit israélo-palestinien.

Durant son audition, le trentenaire affirme s’être « emporté », après de vifs échanges avec des utilisateurs du réseau social Twiter.

Un profil « inquiétant »

Il rejette toutefois tout lien avec l’islam radical, et évoque plutôt des débats « débiles ». Il assure d’ailleurs avoir rapidement clôturé son compte.

Les enquêteurs dépeignent un profil « inquiétant » de par sa marginalité et ses addictions aux produits stupéfiants, mais ne le considèrent pas comme déterminé à commettre un crime.

Le trentenaire était jugé en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel du Mans, vendredi 21 mai 2021. « Pour vous, qu’a fait Hitler ? » lui demande une magistrate. « Un génocide. Il a tué plein de gens », répond le prévenu, qui exprime des regrets.

« Une forme d’antisémitisme d’ultra-gauche »

« Mon client n’est pas un adepte du national-socialisme, ni un terroriste. On est plus sur une forme d’antisémitisme d’ultra-gauche, en surréaction à la situation actuelle sur la bande de Gaza », estime Me François Rouxel, pour la défense.

Ces publications, qualifiées d’apologie de crime contre l’humanité, vaudront à l’internaute un an de prison ferme, assorti d’un mandat de dépôt.

Source : https://actu.fr/pays-de-la-loire/le-mans_72181/sarthe-un-homme-condamne-pour-des-tweets-antisemites_42053523.html

 

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Ou faites un Chèque à l’ordre de l’ Observatoire Juif de France

Observatoire Juif de France : 22, avenue de Suffren 75015 Paris – 06 08 27 14 18

 http://www.ojfrance.org/- E-mail : [email protected]

L’Observatoire Juif de France félicite la clairvoyance des 76 personnalités dont Manuel Valls, Philippe Val et Renée Fregosi qui affirment leur solidarité avec le peuple israélien.

L’Observatoire Juif de France félicite la clairvoyance des 76 personnalités dont Manuel Valls, Philippe Val et Renée Fregosi qui affirment leur solidarité avec le peuple israélien et appellent à lutter contre l’islamisme sous toutes ses formes.

https://www.lefigaro.fr/vox/monde/

«Ceux qui menacent Israël nous menacent aussi»

FIGAROVOX/TRIBUNE – Face aux tensions entre Israël et le Hamas, 76 personnalités dont Manuel Valls, Philippe Val et Renée Fregosi affirment leur solidarité avec le peuple israélien et appellent à lutter contre l’islamisme sous toutes ses formes, en Israël comme en France.

Manuel Valls, Luc Ferry, Michèle Tribalat et Philippe Val.
Manuel Valls, Luc Ferry, Michèle Tribalat et Philippe Val. François Bouchon / Le Figaro / Francois Bouchon / Jean-Christophe MARMARA / Jean-Christophe MARMARA / Le Figaro / Sébastien SORIANO / François BOUCHON

Tandis qu’Israël s’est totalement désengagé de Gaza en 2005, des attaques à partir de la bande de Gaza se produisent sporadiquement. Depuis plusieurs jours, Israël fait face à une offensive sans précédent : le Hamas tire des milliers de roquettes et de missiles meurtriers sur la population israélienne.

Le Hamas ne vise pas à l’établissement d’un État pour le peuple arabe de Palestine, mais la destruction de l’État hébreu.

Face à cette agression, l’essentiel de la couverture médiatique paraît surréaliste. Certains journalistes osent certes désormais parler d’«attaques des islamistes du Hamas», mais la plupart renvoient encore les belligérants dos à dos tandis que d’autres évoquent une énième provocation originelle israélienne (conflits immobiliers à Jérusalem-Est ou supposée invasion d’al-Aqsa, par exemple) qui aurait mis le feu aux poudres, alors qu’on sait bien que le stock de roquettes (financé notamment par les commanditaires iraniens du Hamas) et les tunnels étaient déjà en place de longue date.

Quant à certains partis politiques en France, leur empressement à défendre le Hamas permet de confirmer leur dérive islamo-gauchiste en dépit de leurs molles dénégations. En revanche, quatre cent mille morts en Syrie et toutes les victimes du terrorisme islamiste au Proche-Orient, au Pakistan, en Afghanistan ou en Afrique n’émeuvent pas ces indignés.

En affrontant la figure avancée de l’islamisme à Gaza, Israël contribue à la défaite d’un totalitarisme islamique qui sévit aussi sur notre territoire.

Les tentatives d’excuser ou de justifier la violence islamiste qui serait la conséquence d’une juste colère des humiliés, des «spoliés», des opprimés sont infondées et mensongères. Car la «cause palestinienne» n’est pas et n’a jamais été la cause d’un Tiers-Monde désespéré au plan économique ou politique. Le malheur arabe est réel, mais sa cause réside au cœur des pouvoirs arabes et n’est pas en Israël. Le malheur palestinien est réel, mais la raison de ce malheur se nomme le Hamas et pas Israël.

Tant que les Européens n’intégreront pas la cosmologie islamiste dans leur grille de lecture de l’espace musulman et du monde arabe, ils n’en comprendront pas les enjeux réels. La pensée mortifère des Frères musulmans dont le Hamas est une incarnation, nous la voyons à l’œuvre en France et en Europe comme en Afrique du Nord et au Sahel. C’est la même idéologie qui a armé le bras de l’assassin de Samuel Paty, comme elle a fanatisé Kobili Traoré qui a massacré Sarah Halimi parce que juive c’est-à-dire suppôt de Satan dans la fantasmagorie islamiste.

Dans l’affrontement présent, Israël est dans son droit. Quelles que soient les erreurs que certains peuvent vouloir reprocher à ses gouvernants, Israël a le droit d’exister et de persévérer dans son être. Et ici, il combat son agresseur. Il lutte aujourd’hui encore pour défendre son territoire et sa population (juive et arabe, touchée indifféremment par les roquettes).

Mais Israël ne fait pas que cela. En affrontant la figure avancée de l’islamisme à Gaza, Israël contribue à la défaite d’un totalitarisme islamique qui sévit aussi sur notre territoire. Il ne faut pas être grand expert pour comprendre cela et comprendre qu’au-delà de ce qui se joue au Proche-Orient, c’est probablement notre avenir, ici même, en France et en Europe, qui se joue aussi.

Affirmons notre solidarité avec le peuple israélien !

Source : https://www.lefigaro.fr/vox/monde/ceux-qui-menacent-israel-nous-menacent-aussi-20210518

 

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Ou faites un Chèque à l’ordre de l’ Observatoire Juif de France

Observatoire Juif de France : 22, avenue de Suffren 75015 Paris – 06 08 27 14 18

 http://www.ojfrance.org/- E-mail : [email protected]

L’Observatoire Juif de France félicite la PJ parisienne ayant identifié et interpellé les auteurs de Tweets antisémites envers April Benayoum.

L’Observatoire Juif de France (O.J.F.) félicite la Police Judiciaire parisienne qui a identifié et interpellé les auteurs de Tweets antisémites envers April Benayoum lors de la soirée Miss France en décembre 2020.

Tweets antisémites sur Miss Provence : neuf personnes interpellées

INFO RTL – La PJ parisienne a identifié et interpellé lundi 17 mai plusieurs auteurs des tweets haineux qui avaient visé April Benayoum en décembre 2020 lors la soirée Miss France. Ils seront jugés le 22 septembre.

Miss Provence, April Benayoum, le 19 décembre 2020
Miss Provence, April Benayoum, le 19 décembre 2020Crédit : AFP
 
Thomas ProuteauJournaliste RTL

Le torrent de haine avait déferlé quelques minutes après son passage à la télévision lors la soirée Miss France 2021, le 19 décembre dernier. Dans sa courte présentation April Benayoum, Miss Provence candidate au trophée national, était revenue sur ses origines israéliennes. Quelques minutes plus tard, plusieurs messages antisémites étaient postés sur les réseaux sociaux tels que “Tonton Hitler, t’as oublié d’exterminer Miss Provence”. 

L’enquête pour “remonter” les auteurs de ces tweets haineux, immédiatement ouverte par le pôle “haine en ligne” du parquet de Paris, et confiée à la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRPD) de la PJ parisienne, a permis d’aboutir le 17 mai à neuf interpellations, d’après les informations de RTL confirmées de source judiciaire : deux à Paris et sept en région. Les suspects, quatre hommes et quatre femmes majeurs âgés de 20 à 58 ans, ainsi qu’un mineur au moment des faits ont d’abord été placés en garde en vue et leurs ordinateurs et leurs téléphones saisis et passés au crible. 

Et les enquêteurs semblent avoir réuni suffisamment d’indices et de traces numériques puisque les huit majeurs ont été convoqués devant le tribunal le 22 septembre prochain pour être jugés des chefs d’injure publiques commise à raison de l’origine, de l’ethnie, de la race ou de la religion, punie d’un an de prison et 45.000 euros d’amende. La procédure visant le mineur a été confiée de son côté au parquet de Poitiers.

La procédure civile est en cours

Contacté par RTL, Jean Veil, l’avocat d’April Benayoum, qui n’a pas déposé de plainte pénale, mais engagé une procédure civile pour obtenir la condamnation Twitter, se réjouit des interpellations, mais considère que les poursuites pénales sont très insuffisantes au regard de “la gravité de la publication de ce type de propos”. 

“Les sanctions prévues par la loi de 1881 sur la presse paraissent inadaptées, car aujourd’hui elles sont totalement inefficaces, développe l’avocat. Seules des sanctions financières significatives pourront contraindre les plateformes numériques à mettre en place des algorithmes efficaces pour empêcher la publication de tel propos”. La procédure civile est en cours.

La Licra (Ligue contre le racisme et l’antisémitisme), qui avait dénoncé les tweets et porté plainte en décembre se satisfait pour sa part de la série d’arrestation et souligne qu’elle sera présente au procès.

Source : https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/tweets-antisemites-sur-miss-provence-neuf-personnes-interpellees-7900033025

 

 

 
Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Ou faites un Chèque à l’ordre de l’ Observatoire Juif de France

Observatoire Juif de France : 22, avenue de Suffren 75015 Paris – 06 08 27 14 18

 http://www.ojfrance.org/- E-mail : [email protected]

COPIE DU COURRIER ENVOYE CE JOUR A MONSIEUR GERALD DARMANIN MINISTRE DE L’INTERIEUR.

Objet : Collectif Palestine vaincra / B D S CAPJPO-EUROPALESTINE.

Monsieur le Ministre,

J’interviens auprès de vous en qualité d’avocat l’association l’Observatoire Juif de France, Domiciliée au 154 ter  avenue Victor Hugo 75116 Paris, prise en la personne de son Président qui a pour objet de combattre le racisme, l’antisémitisme sous toutes ses formes

Au nom de ma cliente, je prie qu’il vous plaise de lancer la procédure de dissolution du « Collectif Palestine Vaincra émanation du FPLP (Front Populaire de Libération de la Palestine) et de CAPJPO-EUROPALESTINE qui inscrit et abrite dans ses statuts BDS (Boycott désinvestissement, Sanctions) contre l’Etat d’Israël.

Ces associations, le samedi 15 mai 2021, ont bravé à Paris l’interdiction de manifester à Barbès dans le contexte du conflit qui déchire le Proche orient. Des drapeaux palestiniens, du Hamas et de pays étrangers ont été brandis, des slogans haineux ont été proférés et des violences ont été commises à l’encontre des Forces de l’Ordre.

Ces organisations liées entre elles, ont en permanence pour but la disparition de l’Etat d’Israël par des manifestations et des affichages appelant au boycott de cet Etat (Interdit par l’article 225-1-2 du Code pénal) et les violations constantes de l’Ordre Public.

Il s’agit de :

-Collectif Palestine Vaincra qui est une émanation du FPLP, dissout, et dont le chef exécute une peine de réclusion criminelle, agit par des affiches placardées sur les abribus de Toulouse, tout comme celles qui appellent à l’éradication d’Israël.

-CAPJPO-EUROPALESTINE-BDS qui organise régulièrement des manifestations appelant au Boycott d’Israël. Ces organisations ont pour unique activité et seul objet à diffuser la haine et les appels au meurtre des israéliens, au prétexte de soutenir « La cause palestinienne ».

Ces associations sont illégales, car leurs statuts ne respectent pas les conditions imposées par la loi française qui prohibe les associations à caractère violent, et appelant à la guerre.

Elles sont illicites car n’ayant pour unique objet la haine et la destruction d’un Etat qui entretient des relations diplomatiques avec la majorité des Etats membres de l’ONU, dont la République française ;

Ces associations aussi, enfreignent la loi pénale qui dans les articles 225 al 1 al 2 du code pénal, interdit toute discrimination en France en raison de l’origine de la race, de la Nation, la religion, qui en serait victime.

La législation française qui dispose qu’une association est dissoute par décret en conseil des ministres, dans les cas suivants :

– « Provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ou propagent des idées ou théories tendant à justifier ou encouragent cette discrimination, cette haine ou cette violence.

– Agissements, sur le territoire français ou à partir de ce territoire, en vue de provoquer des actes de terrorisme en France ou à l’étranger.

– Provocation à des manifestations armées dans la rue.

– Association présentant, par leur forme et leur organisation militaires, le caractère de groupes de combat ou de milices privées.

– Association ayant pour but de porter atteinte à l’intégrité du territoire national ou d’attenter par la force à la forme républicaine du gouvernement. »

En conséquence, l’O.J.F. vous prie instamment, engager la procédure de dissolution de ces associations dont les statuts sont illicites, les actions sont illégales et qui de plus, menacent gravement l’Ordre public.

Dans cette attente, je vous prie de croire Monsieur le Ministre de l’Intérieur, en mes sentiments de haute et respectueuse considération.

 

 

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Ou faites un Chèque à l’ordre de l’ Observatoire Juif de France

Observatoire Juif de France : 22, avenue de Suffren 75015 Paris – 06 08 27 14 18

 http://www.ojfrance.org/- E-mail : [email protected]

Juifs israéliens contre Arabes israéliens : sombre présage pour l’Europe ? | Atlantico.fr

 
 
 
LYNCHAGES

Juifs israéliens contre Arabes israéliens : sombre présage pour l’Europe ?

Jusqu’à présent, les heurts entre juifs et arabes israéliens étaient rares. Les violences actuelles marquent un tournant inquiétant, qui peut s’expliquer par le contexte politique en Israël et dans les territoires palestiniens, mais aussi par le contrecoup de la crise sanitaire qui a poussé tout le monde à bout.

Atlantico : Jusqu’à présent les violences avaient lieu entre juifs d’Israël et Palestiniens du territoire de Gaza. Comme en témoigne la situation à Lod, des heurts intercommunautaires interviennent au sein même d’Israël entre arabes israéliens et juifs israéliens. Est-ce là un tournant ?

Vincent Tournier : Il s’agit effectivement d’une situation inédite, et lourde de sens. Jusqu’à présent, les violences se produisaient entre Palestiniens et Israéliens. Cette fois-ci, on assiste à l’émergence de violences au sein de la population israélienne, entre la composante juive et la composante arabe, violences qui se sont produites dans des villes mixtes comme Lod ou Akko (Saint Jean d’Acre) où existait jusqu’à présent une relative coexistence. Cette situation a surpris jusqu’aux autorités israéliennes puisque celles-ci n’avaient visiblement rien prévu pour y faire face en termes de forces de police.

De telles violences soulèvent un sérieux problème puisqu’elles invitent à se demander si la possibilité même d’une cohabitation des communautés est possible. L’hypothèse d’un tournant ne peut donc pas être exclue. Toutefois, même si la situation est sérieuse, on peut proposer une explication plus optimiste, ce qui nécessite de revenir sur les origines de ces violences.

Comment justement peut-on expliquer la dégradation de la situation ?

Vu de France, on a facilement tendance à prendre le parti des Palestiniens. La responsabilité essentielle des violences est attribuée aux autorités israéliennes, qui sont accusées de maintenir les Arabes dans une citoyenneté de seconde zone.

Cette explication est un peu rapide : non seulement elle n’explique pas pourquoi les violences se déclenchent maintenant, mais surtout elle noircit excessivement le tableau. La population arabe, qui représente environ 20% d’Israël, dispose quasiment des mêmes droits que les autres citoyens. Les Arabes votent aux élections et élisent leurs députés, ils accèdent à l’éducation et à l’université et peuvent devenir fonctionnaires ou magistrats ; ils bénéficient d’une situation économique qui est nettement plus favorable que celle que connaissent les Palestiniens de Gaza ou de Cisjordanie.

Il ne s’agit évidemment pas de dire que la situation est idyllique mais il faut apprécier les choses en fonction des standards locaux et en tenant compte des énormes tensions qui traversent la région. Israël est un Etat démocratique (c’est même le seul de la région) mais il est confronté à deux immenses défis : il doit d’une part assurer sa sécurité, d’autre part préserver son identité ethnoreligieuse tout en accordant des droits civiques à une population dont la loyauté à son égard n’est pas encore clairement établie. Beaucoup d’Arabes israéliens ne se voient pas comme des Israéliens, même si le sentiment national semble progresser.

La récente loi fondamentale adoptée en 2018 par le Parlement israélien, qui consacre l’identité juive d’Israël sur une base culturelle et religieuse, clarifie juridiquement une réalité qui était implicite, mais elle a pu être mal vécue par les Arabes. Cette loi accorde par exemple à la Hatikvah le statut d’hymne officiel, ce qui ne plaît pas à tous les Arabes. Le plus ancien juge arabe de la Cour suprême, Salim Joubran, qui est maintenant à la retraite, a ainsi déclaré qu’il refusait de chanter « un hymne qui inclut les mots ‘bat un vrai cœur juif’ », du moins tant que cet hymne n’inclurait pas des mots qui s’adressent également aux citoyens arabes.

Bref, il existe de toute évidence un terreau favorable aux conflits, surtout si l’on tient compte du fait qu’il y a beaucoup d’armes en circulation et que chaque camp a ses militants extrémistes, prêts à en découdre. Mais dire cela, ce n’est pas vraiment expliquer pourquoi les violences se sont produites maintenant.

Quels sont alors les autres facteurs ? Faut-il notamment tenir compte du contexte politique, voire géopolitique ?

Sans prétendre épuiser une réalité complexe, on peut essayer de reconstituer le contexte.

Du côté palestinien, il faut d’abord savoir que le président Mahmoud Abbas a décidé, le 29 avril dernier, d’annuler les élections qui devaient se tenir le 22 mai prochain à Gaza et en Cisjordanie. Rappelons que Mahmoud Abbas a été élu président de l’Autorité palestinienne en 2005. Cela fait donc plus de 15 ans qu’il dirige la Cisjordanie à la tête du Fatah, un parti laïc qui a misé sur la coopération avec Israël en échange d’une autonomie limitée. Son grand rival le Hamas est un parti islamiste qui a pris le pouvoir à Gaza par les urnes et a chassé le Fatah par les armes. Le Hamas a fait le choix d’une politique extrémiste qui vise à mettre en œuvre la Charia ; son but est de détruire Israël, conformément à ce que prévoit sa Charte.

Or, parce qu’il est devenu impopulaire après toutes ces années de pouvoir, Mahmoud Abbas risquait donc de perdre les élections au profit des islamistes, ce qui a certainement pesé sur sa décision d’annuler les élections. Ce faisant, il a créé une grande frustration chez les Palestiniens. Son intérêt était donc de détourner leur colère vers les Israéliens.

A ce premier élément vient s’en ajouter un autre, tout aussi important : la situation politique dans laquelle se trouve Israël à la suite des élections législatives qui se sont tenues en mars dernier. Ces élections ont en effet créé une situation difficile pour le Likoud de Benyamin Netanyahou, si bien que ce dernier n’a pas réussi à former une majorité. Du coup, le président d’Israël a chargé le parti centriste Yesh Atid, dirigé par Yaïr Lapid, arrivé en deuxième position, de constituer un gouvernement. Or, ce parti s’est tourné vers un parti arabo-musulman, le Ra’am, dirigé par Mansour Abbas, et ce dernier avait l’air ouvert à l’hypothèse d’une coalition, ce qui aurait constitué un événement considérable puisque cela aurait démontré qu’une union politique entre juifs et musulmans était possible. Mais un tel scénario est difficilement acceptable par les dirigeants Palestiniens. On peut alors se demander si, contrairement à l’explication spontanée, ce n’est pas justement parce que l’intégration politique des Arabes en Israël est en cours que les dirigeants Palestiniens ont intérêt à tout faire pour déclencher des violences, seule manière d’empêcher une réconciliation, donc de justifier leur rôle. Il s’agirait aussi pour eux de forcer les pays arabes de la région à mettre un terme à leur volonté de rapprochement avec Israël.

Il faut ajouter que l’élection de Joe Biden a ouvert une fenêtre d’opportunité. Avec Donald Trump, qui était un soutien inconditionnel d’Israël, les dirigeants palestiniens n’avaient guère de chance d’obtenir quoi que ce soit ; mais avec le nouveau président, le jeu est plus ouvert, et ils peuvent espérer que celui-ci interviendra en leur faveur.

Au total, beaucoup de monde avait donc intérêt à déclencher des troubles. L’embrasement est d’autant plus facile que nous sommes en période de ramadan, période de haute tension qui prédispose les esprits au passage à l’acte.

Depuis les accords d’Abraham, le conflit ne semble plus intéresser le monde arabe. Cette libération de la violence peut-elle avoir un impact en Occident où le sujet est devenu très politique ?

Le paradoxe est effectivement que les Européens s’intéressent davantage à la cause palestinienne que ne le font les Etats arabes eux-mêmes. Ces derniers ont souvent eu une attitude ambiguë à l’égard des Palestiniens, qu’ils utilisent au gré de leurs intérêts. Aujourd’hui, leur préoccupation est plutôt de contenir l’Iran, ce qui les pousse à s’allier avec Israël. Quant au Maroc, il s’intéresse plus à ses intérêts dans le Sahara occidental qu’à l’avenir des Palestiniens, d’autant que, en bénéficiant du soutien américain, il espère pouvoir développer ses ambitions régionales, y compris en s’opposant aux Etats européens.

Dans ce contexte, la situation des Palestiniens est clairement fragilisée. En Europe aussi, la cause palestinienne semble perdre de son intérêt : puisque même les Etats arabes s’en désintéressent, à quoi bon s’en préoccuper ? La situation géopolitique joue désormais en défaveur des Palestiniens, alors qu’elle a longtemps joué en leur faveur.

En outre, avec la montée du fondamentalisme islamiste en Europe, Israël suscite davantage de compréhension. On voit bien que les médias français sont moins radicaux que lors des crises précédentes qui datent de 2008 (opération « Plomb durci ») et de 2014 (guerre de Gaza), soit avant la crise migratoire de 2015 et les attentats islamistes de 2015-2016. A l’époque, Israël était l’objet d’une condamnation largement unanime, ce qui est moins vrai aujourd’hui. Cela n’empêche pas certains médias d’éprouver plus de compassion à l’égard des Palestiniens qu’à l’égard des Israéliens, mais les 1800 roquettes du Hamas peinent malgré tout à trouver des défenseurs. La politisation de la cause palestinienne s’essouffle, ce qui s’explique aussi, de manière plus générale, par le relatif discrédit dont souffre désormais la gauche pro-islam, qui a dû mal à convaincre que l’islamisme représente un mouvement d’émancipation pour les déshérités.

Une manifestation en soutien à la Palestine a été interdite. N’y a-t-il pas le risque d’alimenter un ressentiment, une idée selon laquelle la France serait islamophobe ? Des leaders comme Erdogan peuvent-ils en profiter pour jeter de l’huile sur le feu ?

Interdire une manifestation est toujours inconfortable et risqué. Mais pour ce type de manifestations, il y a quand même eu des précédents très problématiques, marqués par des débordements et des violences. On se souvient notamment qu’en juillet 2014, des slogans comme « morts aux juifs » ont résonné.

Une manifestation qui aurait pour mot d’ordre la réconciliation et la paix ne poserait guère de problème. Mais on n’en est pas là. Comment ne pas être troublé par exemple par ce slogan qui appelle à « libérer Gaza ». Un tel slogan n’est visiblement pas destiné à souhaiter l’avènement de la démocratie à Gaza et pourrait presque être interprété comme un appel à l’expansion du Hamas. On se demande du reste pourquoi les manifestants ne condamnent jamais l’islamisme : pourquoi n’appellent-ils jamais à l’instauration d’un régime démocratique à Gaza ? C’est bien tout le problème. La grille de lecture est ici exclusivement à charge, et les manifestants désirent surtout exprimer leur détestation d’Israël, ce qui crée un climat malsain puisque les manifestations ne semblent viser qu’à libérer la parole antisémite, et certainement pas à résoudre quoi que ce soit.

Or, le problème majeur est que les événements du Proche-Orient ont un effet direct sur ce qui se passe en France. On sait en effet que les violences antisémites suivent de très près la situation en Israël : plus la situation s’intensifie là-bas, plus des violences sont commises en France. Les organisateurs des manifestations ne peuvent l’ignorer. Ils ont beau jeu de plaider pour la liberté de manifester ou de critiquer Israël ; ils savent très bien qu’ils contribuent à nourrir la haine à l’égard des juifs et aggravent les fractures au sein de la société française. On ne voit pas en quoi ils espèrent contribuer ainsi à la résolution du conflit israélo-arabe.

Quant à Erdogan, il est évident que celui-ci a une carte à jouer dans la configuration actuelle. Faisant le constat que les Etats arabes délaissent la cause palestinienne, il va certainement tenter de s’ériger en nouveau protecteur des Palestiniens, ce qu’il a déjà commencé à faire. Cela va lui permettre de renforcer son image de nouveau calife en se présentant comme le seul leader authentiquement protecteur des Arabes déshérités. Au passage, il peut aussi utiliser cette question pour détourner l’attention de son opinion publique en Turquie. Le propre des régimes autoritaires est toujours de désigner un bouc émissaire pour fuir ses responsabilités.

Avec le déconfinement, risque-t-on aussi d’assister à un déconfinement de la violence ?

C’est possible, car de vives tensions se sont accumulées dans la société française : la crise des Gilets jaunes n’a pas vraiment eu de réponses, la question de l’islamisme reste en suspens et la demande d’ordre et de sécurité prend une nouvelle dimension avec les interventions des militaires dans le débat public.

Deux éléments incitent cependant à rester prudent. D’abord, on a pu constater l’an dernier que la sortie du premier confinement s’est faite en douceur ; il n’y a donc pas de raison de penser que la situation sera très différente cette fois-ci, d’autant que le déconfinement va se produire à l’approche de l’été, au moment où les gens auront certainement d’autres projets à l’esprit que de faire la révolution.

Ensuite, il ne faut pas sous-estimer le rôle régulateur des élections. Nous allons en effet avoir une première séquence électorale avec les régionales et les départementales en juin, puis nous allons rapidement entrer dans la préparation de l’élection présidentielle d’avril 2022. Or, les élections ont un rôle pacificateur. C’est à cela qu’elles servent : leur fonction est d’absorber les crises en donnant l’occasion aux citoyens d’exprimer leurs émotions. Cette fonction cathartique ne peut toutefois opérer que si les débats ont lieu en toute liberté et équité.

Vincent Tournier Juifs israéliens contre Arabes israéliens : sombre présage pour l’Europe ?
Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Ou faites un Chèque à l’ordre de l’ Observatoire Juif de France

Observatoire Juif de France : 22, avenue de Suffren 75015 Paris – 06 08 27 14 18

 http://www.ojfrance.org/- E-mail : [email protected]

Edition spéciale – Informations 15-16 mai 2021 : Opération “Gardien des murailles”

 
 
Edition spéciale – Informations 15-16 mai 2021 : Opération “Gardien des murailles”

Israël n’est pas en guerre contre les Palestiniens. Israël mène une opération anti-terroriste contre le mouvement Hamas.
 
 
Les services de secours du Magen David Adom ont fait paraître ce matin les chiffres suivants concernant les victimes israéliennes des bombardements du Hamas depuis le début de l’opération actuelle, le 10 mai dernier.  
Depuis le début de l’opération, sont à déplorer 275 blessés, dont 7 dans un état grave. 10 personnes ont perdu la vie. 


Centre ville de Ramat Gan touché par une roquette tirée par le Hamas (Photo : ville de Ramat Gan-15 mai 2021)

2400 roquettes et missiles ont été tirés sur Israël depuis le début de l’opération. Plus de 400 roquettes sont retombées à l’intérieur du territoire gazaoui, faisant blessés et morts dont de nombreux enfants. 
Hier samedi 15 mai, 120 roquettes et missiles ont été tirés vers Israël, continuant de cibler délibérément les zones civiles à forte densité de population.
Le système anti-aérien a pu intercepter dans les airs près de 90% des roquettes et missiles tirés depuis Gaza.


Vidéo : Frappe d’une roquette de Gaza dans un quartier de Ramat Gan (source : IDF)

Durant l’opération l’armée israélienne Tsahal a ciblé des tunnels à visée terroriste, des dépôts d’armements, des infrastructures militaires et du renseignement du Hamas, les bureaux d’officiers supérieurs du Hamas. Elle a intercepté hier un drone portant des explosifs destinés à perpétrer un attentat de masse en Israël.

Ce matin, dimanche 16 mai, ont été bombardé des tunnels terroristes du Hamas (« Metro »). Plusieurs dizaines de terroristes de l’organisation ont pu être atteints. 

Le bombardement du bâtiment abritant les chaines AP et Al Jazeera dans le quartier de Rimal à Gaza hier avait pour objectif de neutraliser  les services de renseignement du Hamas qui s’y abritaient, ainsi que des infrastructures militaires appartenant au Hamas et au Jihad islamique sur place. Le Hamas y avait installé des chaines de television internationales afin qu’elles servent de bouclier humain et que le Hamas par là même évite les frappes israéliennes sur le site.
En plus des bureaux de renseignement militaires de l’organisation, cet immeuble abritait une unité de recherche et développement militaire du Hamas destinée à la mise au point d’équipements de haute technologie utilisés contre Israël.
Le propriétaire de l’immeuble ainsi que ses habitants civils ont été avertis par téléphone de l’imminence d’une frappe aérienne afin qu’ils puissent quitter les lieux. 

Dans un discours aux citoyens israéliens hier soir, le Premier ministre Netanyahu a remercié les gouvernements étrangers qui ont apporté leur soutien à Israël dans sa lutte légitime pour la défense de ses citoyens.
Il a rappelé une nouvelle fois que l’armée israélienne prenait toutes les mesures possibles pour protéger les civils israéliens et gazaouis.
Il a réitère son appel à un retour à la paix civile en Israël et à la mobilisation de tous les citoyens israéliens, juifs et musulmans, contre la violence qu’il qualifie de totalement inacceptable.  


Barrage de roquettes tirés par le Hamas, vers le centre et le sud d’Israël, intercepté par le Dôme de fer (photo : IDF)

Des frappes chirurgicales :
En réponse aux bombardements massifs du Hamas, les Forces de Défense d’Israël ont lancé des centaines de frappes de précision sur les infrastructures du mouvement terroriste: sites de lancement, sites de renseignement, entrepôts navals d’armements et sites de stockage.
Tsahal a frappé des hauts gradés du Hamas responsables de cette nouvelle vague terroriste, notamment le commandant de la Western Jabalia Company, responsable du programme de recherche et développement militaire du Hamas, le Chef du département du renseignement militaire ainsi que le Chef du département de contre-espionnage.


Tirs de précision sur les tunnels du Hamas, creusés en milieu urbain fortement peuplé (photo : IDF)



Vidéo : Les pilotes des Forces de Défense d’Israël ont interrompu leur mission pour sauver des enfants. (Source FDI)

Le Hamas place délibérément et systématiquement des cibles militaires ou stratégiques au sein de la population civile, exposant ses citoyens. Israël continue de faire tous les efforts, malgré l’utilisation par le Hamas de boucliers humain, pour minimiser les dommages causés aux civils tout en ciblant les infrastructures terroristes.
France Info : Daniel Saada, Chargé d’affaires d’Israël en France « Lisez la charte du Hamas. C’est la destruction du plus grand nombre de Juifs possible. Ça n’a rien à voir avec la Palestine. » 16 mai 2021
France 24 : Interview de Simon Seroussi, Porte-parole près l’Ambassade d’Israël en France sur la situation en Israël – 16 mai 2021
Le Hamas est en train de créer une catastrophe humanitaire à Gaza.

Les roquettes du Hamas tirées sur Israël ont endommagé et coupé les lignes électriques de  Gaza.

Le Hamas a ensuite mis hors service la station d’épuration d’eau de Gaza, afin de préserver l’électricité pour ses activités terroristes.
 
 
15 secondes pour sauver sa vie..

 Les missiles du Hamas qui bombardent sans cesse les villes d’Israël depuis 4 jours ne prennent que 15 secondes pour TOUCHER et TUER des civils israéliens.
Pour suivre les derniers développements suivez-nous sur nos réseaux :

    Facebook   

    Twitter      
 
Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Ou faites un Chèque à l’ordre de l’ Observatoire Juif de France

Observatoire Juif de France : 22, avenue de Suffren 75015 Paris – 06 08 27 14 18

 http://www.ojfrance.org/- E-mail : [email protected]