Auteur/autrice : Observatoire Juif de France

Alain Soral définitivement condamné pour une «quenelle» à Colmar

Alain Soral définitivement condamné pour une «quenelle» à Colmar

Alain Soral avait été condamné le 6 janvier 2021 pour «injure publique en raison de l'origine, l'ethnie, la nation, la race ou la religion».
 
Alain Soral avait été condamné le 6 janvier 2021 pour «injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion». LOIC VENANCE / AFP

 

Le 6 janvier 2021, la Cour d’appel de Colmar l’avait condamné pour «injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion» après la diffusion sur Twitter et son site internet d’une photo prise le 5 mai 2019 le montrant en train de faire une «quenelle» devant le tribunal de Colmar. Relaxé en première instance, il avait été cette fois condamné à verser «150 jours-amende d’un montant unitaire de 150 euros», ce qui signifie qu’en cas de défaut total ou partiel de paiement, il sera incarcéré pour une durée correspondant au nombre de jours-amende impayés.

Une «signification antisémite»

La «quenelle» (bras tendu vers le bas et main opposée posée sur l’épaule) a été popularisée par le polémiste Dieudonné, condamné à plusieurs reprises pour des déclarations antisémites, geste qu’il qualifiait d’«anti système». Il est pourtant «notoire» que ce geste est «parfois un faux nez de l’antisémitisme», relevait la Cour d’appel, rappelant qu’Alain Soral avait été condamné pour l’avoir fait au milieu du Mémorial de la Shoah de Berlin. Elle notait que, «dans l’esprit» d’Alain Soral, elle revêt donc une «signification antisémite». Dès lors, en diffusant une photo de lui faisant une «quenelle», Alain Soral entendait «persister et signer dans une provocation antisémite».

Dans son arrêt, la Cour de cassation a par ailleurs déclaré «irrecevable» la constitution de partie civile du consistoire israélite du Haut-Rhin, qui avait pourtant obtenu des dommages et intérêts en appel. Selon la plus haute juridiction française, Alain Soral devra en outre payer 2500 euros à chacune des deux autres parties civiles, la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) et SOS Racisme.

Alain Soral a déjà été condamné à une vingtaine de reprises, en grande partie pour des infractions de provocation à la haine, diffamation et injure antisémite. En novembre, la cour d’appel de Paris avait confirmé sa condamnation à des jours-amendes pour des propos imputant aux juifs les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis.

La rédaction vous conseille
Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Ou faites un Chèque à l’ordre de l’ Observatoire Juif de France

Observatoire Juif de France : 22, avenue de Suffren 75015 Paris – 06 08 27 14 18

 http://www.ojfrance.org/- E-mail : [email protected]

Edith Ochs. Pourquoi Zemmour, demandez-vous ? Après l’affaire Sarah Halimi, l’insulte faite aux enfants morts d’Ozar Hatorah – Tribune Juive

   

Pourquoi Zemmour, demandez-vous ? Après l’affaire Sarah Halimi, l’insulte faite aux enfants morts d’Ozar Hatorah

Est-ce à cause des élections que les choses ont pris une tournure déplaisante lors de la commémoration de la tuerie antisémite à l’Hyper Cacher ? Les crimes antisémites semblent avoir du mal à échapper à l’intrusion du politique.

C’était porte de Vincennes, dimanche dernier. Une cérémonie se tenait à la mémoire des 4 victimes du 9 janvier 2015 : Yohan Cohen, 20 ans, Yoav Hattab, 21 ans, Philippe Braham, 45, et Jean-Michel Saada, 63 ans. Deux jours plus tôt, le carnage à Charlie Hebdo avait donné lieu à une autre cérémonie, avec lecture des noms et dépôt de gerbes, rue Nicolas Appert. Entre des deux dates, la policière Clarisse Jean-Philippe avait été abattue devant une école juive de Montrouge.

Sur une longue table tendue de bleu dressée devant le magasin, on avait déposé les portraits des victimes face à la foule, et devant chaque image, une bougie dans un photophore. La dernière image représentait les bouilles des petites victimes d’Ozar Hatorah : Arie, 6 ans, Gabriel 3 ans, et Myriam Monsonego, 8 ans, et Jonathan Sandler, le jeune père.

Pourtant, aucun membre de la famille Sandler n’était présent, apparemment. Il y a 3 mois, les propos d’Eric Zemmour concernant les victimes de Merah avaient suscité la colère. M. Samuel Sandler, père et grand-père, lui avait répliqué dans Le Monde, avec, comme toujours, une dignité exemplaire.

Les élections approchent, et il semble écrit dans notre époque que les Juifs victimes de crimes antisémites, des « crimes de haine » comme on dit en anglais, doivent en plus apporter aux politiques des gages de leur non-désamour.

L’honneur d’allumer les bougies

La voix du chanteur Renaud annonce le début de la cérémonie : « C’était un petit endroit pépère, Tout près du métro Saint-Mandé… » On aurait pu le prendre un instant pour Francis Lemarque. La cérémonie associait aussi un hommage à « toutes les victimes du terrorisme islamiste dans le monde ». « C’était l’enfer, C’était l’enfer, » poursuit la chanson.

Elle avait lieu en présence de nombreux ministres et d’élus. Elle devait être sobre, pas de discours. Il faisait froid et derrière le masque, difficile parfois de reconnaître les personnalités, mais un des organisateurs tenait le micro pour éclairer la petite foule. Avec les élus de la République drapés de leur écharpe, les membres du gouvernement étaient venus en nombre.

Il y avait 11 bougies, et ces personnalités ont eu l’honneur d’accompagner les proches. Les 4 premières furent allumées au nom des victimes de Coulibaly. A chaque fois, deux membres de la famille étaient accompagnés par un ministre ou un secrétaire d’Etat, et l’allumage était suivi d’une minute de silence respectueuse. Les parents, les sœurs ou les enfants du mort — à quoi bon parler de « victimes » ici ? — ont appris à maîtriser leur émotion.

Puis une bougie fut allumée pour Charlie Hebdo par Marika Bret et Riss assistés par Anne Hidalgo. Manuel Valls alluma celle au nom d’Arnaud Beltrame, et Jean-Michel Blanquer celle de Samuel Paty.

La septième, qui associait Sarah Halimi et Mireille Knoll, les deux femmes juives massacrées dans leur lit à Paris, à un an d’intervalle, fut allumée par les fils de cette dernière. Ils étaient escortés par Meyer Habib qui représentait le combat judiciaire pour la vérité dans l’affaire Sarah Halimi.

Les deux bougies suivantes illustraient les effets du terrorisme dans le monde : d’abord deux jeunes Israéliens, victimes du terrorisme islamiste en Judée Samarie en décembre 2021, puis une autre pour le maréchal des logis de la Force Barkhane tombé en octobre dernier au Mali.

La 11e bougie

La vraie surprise, ce fut quand Me Dupond-Moretti, suivi par Francis Khalifat, président du CRIF, s’avança d’un pas ferme pour allumer la dernière bougie posée devant la photo des enfants Arie, Gabriel et Myriam, et de Jonathan Sandler, « victimes du terrorisme islamiste », comme ce fut annoncé, il y aura 10 ans en mars.

En vieil habitué, le ministre de la Justice a allumé la flamme, s’est penché aussitôt à l’oreille de son voisin qui a opiné du chef, a croisé confortablement les mains sur son ventre, s’est incliné modérément et est reparti sans traîner, Khalifat sur les talons.

Service accompli.

Le culot d’un ministre, l’impudeur d’un homme

Camus disait, dans Le premier homme : « Un homme, ça s’empêche. » On attend d’un homme qu’il sache faire preuve de dignité et de respect sans céder à ses fantaisies. Faudrait-il croire que la formule ne s’applique pas à l’homme politique ? Celui-ci est-il à ce point un animal différent ?

Me Dupond-Moretti fut, on s’en souvient, le défenseur en 2019 d’Abdelkader Merah, le frère de l’assassin des enfants de l’école Ozar Hatorah.

Inutile d’évoquer ici les propos que l’avocat a tenus au cours du procès — Sarah Cattan les rappelait il y a quelques jours — mais comment les Institutions juives de notre pays ont-elles pu les oublier et se prêter à cette nouvelle mascarade ? 

Encore une fois, la proximité des élections brouille tragiquement les cartes, ainsi que la vue des édiles juifs. Au lieu de regarder devant, ou vers le haut, qu’ils regardent un peu à leurs pieds, ce petit peuple dont ils sont les élus… ou devraient l’être. Nul ne peut tolérer longtemps de se sentir dans une situation sans issue.

Après l’affaire Sarah Halimi, où la police et la justice ont pour le moins « dysfonctionné », le ministre de la Justice insulte une nouvelle fois les proches des victimes d’Ozar Hatorah qui ont subi ses affronts pendant le procès.

Alors si quelqu’un vous demande : pourquoi Zemmour ? au lieu de hurler au loup, posez-vous sincèrement la question. Car ça crève les yeux.

© Edith Ochs

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Edith-Image-3-ConvertImage-1564326678-200x200-1-1.jpg.

Edith est journaliste et se consacre plus particulièrement, depuis quelques années, aux questions touchant à l’antisémitisme. Blogueuse au Huffington Post et collaboratrice à Causeur, Edith est également auteur, ayant écrit notamment (avec Bernard Nantet) “Les Falasha, la tribu retrouvée” ( Payot, et en Poche) et “Les Fils de la sagesse – les Ismaéliens et l’Aga Khan” (Lattès, épuisé), traductrice (près de 200 romans traduits de l’anglais) et a contribué, entre autres, au Dictionnaire des Femmes et au Dictionnaire des intellectuels juifs depuis 1945.

www.tribunejuive.info/

 

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Ou faites un Chèque à l’ordre de l’ Observatoire Juif de France

Observatoire Juif de France : 22, avenue de Suffren 75015 Paris – 06 08 27 14 18

 http://www.ojfrance.org/- E-mail : [email protected]

UN MANIFESTANT ANTI-PASS CONDAMNÉ POUR DES INSCRIPTIONS ANTISÉMITES DANS L’OISE

E.F. avec AFP
(Photo d'illustration)

(Photo d’illustration) – AFP

L’homme, âgé de 27 ans, a été condamné ce mardi à trois mois d’emprisonnement avec sursis pour “provocation publique à la haine ou à la violence”.
 

Un manifestant anti-pass de 27 ans, Eloi Fauvergue, a été condamné ce mardi à trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Compiègne pour “provocation publique à la haine ou à la violence” envers la communauté juive.

Les faits qui lui sont reprochés remontent au mois d’août 2021. Alors qu’ils prend part à une manifestation anti-pass vaccinal à Compiègne, il arbore sur son bob et son torse l’inscription “Qui ?” avec le “Q” surmonté de cornes, signe antisémite utilisé dans les milieux d’extrême-droite pour pointer du doigt des personnalités juives.

Une semaine plus tôt, la photo d’une jeune femme coiffée d’un béret, brandissant fièrement une pancarte avec ce même logo lors d’une manifestation antivax à Metz, avait suscité un tollé dans la classe politique et les organisations de lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

Les noms de plusieurs responsables politiques, hommes d’affaires et intellectuels, la plupart juifs, étaient ciblés sur ce panneau. Des noms qui encadraient le slogan “Mais qui?” et l’exclamation “Traîtres!!!”. La jeune femme, Cassandre Fristot, ex-candidate RN aux législatives, a été condamnée le 20 octobre 2021 à six mois de prison avec sursis pour “provocation à la haine raciale”.

 
 

Un “soutien” à Cassandre Fristot

“Mon but était de soutenir Cassandre Fristot pour son courage de manifester. Il n’y avait pas d’interprétation. Je soutenais la liberté d’expression. J’ai trouvé ça beau et original de mettre des cornes sur le Q du Qui”, a déclaré le prévenu ce mardi. Il a jugé “surréaliste” d’avoir été placé en garde à vue “pour ça”. Interpellé à l’issue de la manifestation les épaules ceintes d’un drapeau “royaliste”, il a assuré qu’il ne connaissait pas la signification du logo incriminé.

“J’ai vécu durant un an au sein d’une communauté religieuse. Je n’avais pas accès aux réseaux sociaux, ni à la télévision”, a-t-il affirmé.

“Vous avez pourtant posté sur Facebook en mars, mai et juillet 2021”, lui a rétorqué la procureure de la République, Marie-Céline Lawrysz. “Monsieur savait quelle communauté était visée par ce ‘Qui ?'”, a-t-elle estimé. “C’est un racisme perfide qui se nourrit de bons sentiments”, a-t-elle dénoncé, requérant 4 mois de prison avec sursis.

“Rien ne prouve qu’il vise une communauté en particulier”, a pour sa part plaidé son avocat, Ludovic Sartiaux. “Pour le citoyen moyen, le ‘Qui ?’ ne peut évoquer la haine ou la violence contre une communauté.”

E.F. avec AFP
 
 
 
Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Ou faites un Chèque à l’ordre de l’ Observatoire Juif de France

Observatoire Juif de France : 22, avenue de Suffren 75015 Paris – 06 08 27 14 18

 http://www.ojfrance.org/- E-mail : [email protected]

Gérald Darmanin annonce fermer une mosquée à Cannes – Le Parisien

Gérald Darmanin annonce fermer une mosquée à Cannes

Le ministre de l’Intérieur annonce ce mercredi la fermeture d’une mosquée en raison des « propos antisémites » tenus en son sein.

Le ministre de l'Intérieur annonce fermer une mosquée. LP/Fred Dugit
Le ministre de l’Intérieur annonce fermer une mosquée. LP/Fred Dugit
Le 12 janvier 2022 à 09h30, modifié le 12 janvier 2022 à 09h40

« Nous fermons l’une des mosquées de Cannes », annonce Gérald Darmanin ce mercredi matin sur CNews. Le ministre de l’Intérieur explique qu’il est reproché à l’établissement religieux « des propos antisémites, du soutien à CCIF (NDLR. Collectif contre l’islamophobie en France) et Barakacity ».

Selon le membre du gouvernement, le maire de Cannes David Lisnard soutient « courageusement » cette décision.« Nous disons à l’immense majorité des musulmans de France que l’on ne veut pas les laisser en otage des islamistes », ajoute-t-il.

99 établissements soupçonnés de séparatisme

Les associations « islamistes », selon le ministre, CCIF et BarakyCity ont été dissoutes dans le sillage de l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020.

Par ailleurs le ministre a indiqué que sur les « plus de 2.500 lieux de culte musulmans », on comptait « 70 lieux de culte radicalisés ».

Selon le ministère de l’Intérieur, en décembre, 2 623 mosquées et salles de prières sont établies sur le territoire national et parmi ces lieux de culte, « 99 étaient soupçonnés de séparatisme ». Tous ont « été contrôlés au cours de ces derniers mois ». « Pour 36 lieux de culte, les contrôles ont permis de démontrer que la loi de la République y était strictement respectée, par exemple à la suite d’un changement d’imam ou de gouvernance associative », a indiqué le ministère.

En outre, « 21 lieux de culte sont actuellement fermés, du fait de prescriptions administratives, d’une décision judiciaire, d’une reprise de bail, de travaux ou d’une fermeture administrative », six « font l’objet d’une instruction qui permettra d’engager une fermeture, notamment sur la base de la loi séparatisme ».

Cinq faisaient « l’objet d’une instruction » en vue d’une possible fermeture, dont celle de Cannes. Fin décembre, la justice a confirmé la fermeture de la mosquée de Beauvais pour des prêches d’un imam faisant notamment l’apologie du djihad armé.

La préfète de l’Oise avait ordonné quelques jours auparavant la fermeture sous 48 heures de cette mosquée, accueillant environ 400 fidèles, que le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait accusé à la mi-décembre d’attaquer le « modèle républicain et la France ».

Fin octobre, c’est la mosquée d’Allonnes, près du Mans, accueillant environ 300 fidèles, qui a été fermée pour six mois sur décision préfectorale car soupçonnée de légitimer le djihad armé ou le terrorisme lors de ses prêches.

https://www.leparisien.fr/

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Ou faites un Chèque à l’ordre de l’ Observatoire Juif de France

Observatoire Juif de France : 22, avenue de Suffren 75015 Paris – 06 08 27 14 18

 http://www.ojfrance.org/- E-mail : [email protected]

L’OBSERVATOIRE JUIF DE FRANCE A DÉPOSÉ PLAINTE A L’ENCONTRE DE « RIPOSTE LAIQUE » ET Monsieur PIERRE CASSEN.

L’Observatoire Juif de France a déposé une plainte devant le Procureur de la République contre le groupement « Riposte Laïque » et Monsieur Pierre Cassen,

Les diatribes de Monsieur Pierre Cassen rappellent les heures les plus sombres de la barbarie nazie, ils portent atteinte non seulement à l’honneur, à la probité et à la considération d’un groupe de citoyens de la Communauté nationale mais ils troublent aussi l’ordre public.

Ce groupement se dit également membre de l’association dissoute « Bloc identitaire » qui prône un antisémitisme virulent, continu et obstiné, et le revendique au nom de ses membres et des responsables de cette officine à caractère fascisant.

https://ripostelaique.com/les-juifs-de-gauche-ont-sur-les-mains-le-sang-des-victimes-de-merah.html

En outre, ils tendent à légitimer l’antisémitisme comme un acte de défense.

La plainte de l’Observatoire Juif de France vise plusieurs griefs dont la provocation à la discrimination raciale et religieuse ainsi que la diffamation envers particulier(s) en raison de sa race, de sa religion ou de son origine, et ce, par paroles, écrits, images ou moyens de communication au public.

L’Observatoire Juif de France lutte contre le racisme, l’antisémitisme, le négationnisme, l’apologie du terrorisme et du nazisme.

Le Président    

René Lévy

                                                                                                                                                                                                                                                          

[1] https://observatoirejuifdefrance.fr/

 

 

 

L’OBSERVATOIRE JUIF DE FRANCE DÉPOSE PLAINTE A L’ENCONTRE DE DIEUDONNÉ

L’Observatoire Juif de France a déposé une plainte devant le Procureur de la République contre Dieudonné, auteur d’une vidéo antisémite sur VK, réseau social russe.

Il déclare que feu Stéphane Blet était dépressif mais que le Crif et la Licra seraient responsables pour l’avoir poursuivi devant les Tribunaux, et en conclut, avec son absurde et meurtrière logique que c’est la « Mafia juive qui l’a tué » :

  • « Les associations de la haine, le CRIF, LA LICRA, se sont eux les responsables de la mort de Stéphane…” 
  • ” Oui, je le dis haut et fort, Stéphane Blet mon ami, a été tué par ” LA MAFIA JUIVE”»

La plainte de l’Observatoire Juif de France vise plusieurs griefs, dont délit de diffamation envers particulier(s) en raison de sa race, de sa religion ou de son origine, par parole, écrit, image ou moyen de communication, et de Provocation à la haine et à la discrimination nationale raciale religieuse par parole, écrit, image ou moyen de communication au public par voie électronique.

L’Observatoire Juif de France[1] lutte contre le racisme, l’antisémitisme, le négationnisme, l’apologie du terrorisme et du nazisme, reste mobilisé et continuera à poursuivre sans relâche les antisémites en tout lieu et à tout instant.

Boris Le Lay, administrateur de Démocratie Participative, a également tenu des propos similaires et sollicitons la Justice d’en prendre acte et d’ajouter ce nouveau délit à notre plainte précédente.

Ce signalement nous a été communiqué par BTA.

René Lévy

Président

                                                                                                                                               

 

 

Email : [email protected]   – [1] https://observatoirejuifdefrance.fr/ 

                                                                                                       

 

Koide9enisrael: Laetitia Casta est la pianiste Clara Haskil au Théâtre du Rond-Point

LUNDI 10 JANVIER 2022

Laetitia Casta est la pianiste Clara Haskil au Théâtre du Rond-Point
 
 
Un destin unique pour une virtuose du piano, juive roumaine dont la vie a été pétrie par le malheur mais la reconnaissance de son génie, Clara Haskil revit aujourd’hui sous les traits de Laetitia Casta, royale dans son premier seul en scène écrit par Serge Kribus. La pianiste Isil Bengi déploie aussi son talent dans des concertos mémorables pour ce spectacle qui rend justice à une artiste trop tôt disparue…….Détails & Video…….
 
Ainsi parlait le pianiste et pédagogue Anton Door en 1902, alors qu’on lui présentait une petite fille de 7 ans. Sans aucun enseignement musical, entourée de ses sœurs et d’une mère musicienne, Clara Haskil débarque à Vienne avec un oncle qui fait office de manager inflexible et fait immédiatement grande impression face à des spécialistes. Elle joue sans partition, juste après avoir entendu une sonate de Beethoven, à l’oreille et dans toutes les tonalités. À Paris, elle fera l’expérience du maître tout puissant Alfred Cortot avant d’obtenir un premier Prix de Conservatoire. 
Mais une méchante scoliose, à laquelle s’ajoutent une angoisse non maîtrisée de la scène et une exigence sans faille vis-à-vis d’elle-même, qui ne se permettait aucune satisfaction, l’empêchent de signer des contrats comme elle le souhaite. La Première Guerre mondiale où elle subit un traitement de choc pour sa colonne vertébrale, l’invasion nazie qui l’oblige à rester en Suisse et sa santé fragile retardent une reconnaissance publique qui ne sera totale qu’après la Seconde Guerre mondiale où elle jouera dans les plus prestigieuses institutions, de New York à Berlin.
 
Longue, sculpturale, superbe, la top-modèle et actrice Laetitia Casta se lance pour la première fois dans un seul en scène sur le très beau texte de Serge Kribus, qui s’est inspiré de la biographie que Jérôme Spyket avait consacré à la prodige du piano. 
C’est un véritable choc tant l’investissement charnel, la puissance émotionnelle, la rencontre intime entre les deux femmes, Laetitia et Clara, parviennent à nous rendre le personnage vivant, vibrant de force et d’énergie. 
La comédienne porte le spectacle durant une heure et demi, avec son double au piano Isil Bengi, magnifique artiste belge-turque, qui joue tour à tour Schumann, Mozart, Schubert ou Chopin, Debussy, avec une délicatesse qui est celle du jeu de Laetitia Casta. 
Son physique est pourtant à l’opposé de Clara Haskil, malingre et bossue, qui souffrait à chaque passage sur scène. Mais ce que nous offre l’actrice qui l’interprète, en même temps que sa mère, sa sœur, son oncle tyrannique, ses professeurs, en modulant son corps et sa voix, est un voyage à l’intérieur de sa vie, par delà les meurtrissures familiales, la pauvreté et la maladie, la guerre et ses horreurs. 
C’est en Suisse, à Vevey, qu’elle a finalement trouvé refuge aux cotés de Charlie Chaplin son grand ami. La pureté de son toucher, sa géniale musicalité et sa sensibilité magique, son exigence et sa ténacité, son goût de l’amitié, la comédienne nous les livre avec le coeur et le corps, dans la mise en scène au cordeau de Safy Nebbou. Sans une seule fausse note.
 
 
Clara Haskil
 
 
Source Artistik Reso 
 
Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Ou faites un Chèque à l’ordre de l’ Observatoire Juif de France

Observatoire Juif de France : 22, avenue de Suffren 75015 Paris – 06 08 27 14 18

 http://www.ojfrance.org/- E-mail : [email protected]

Stéphane Blet l’antisémite qui était l’ami d’Alain Soral et de Boris Le Lay est décédé.

Stéphane BLET proche des milieux les plus antisémites tels que « Démocratie participative » vivait une obsession antijuive, qui l’avait mené devant les tribunaux correctionnels à de nombreuses reprises.

Il était multirécidiviste de propos insultants et fallacieux à l’encontre des « juifs », vague dénomination à l’encontre de gens qui ne le connaissaient pas et qui ne lui avaient rien fait.

Il se complaisait à stigmatiser les « youpins ou les youtres » selon l’humeur du moment.

L’association à but non lucratif L’Observatoire Juif de France avait déposé plainte notamment pour de la diffusion d’une vidéo de Manu Desgranges « Entretien avec Stéphane Blet » en février 2021.

 de propos abjectes tels que : 

« …évidemment ils ne pourront pas le faire donc c’est très bien parce que de toute façon YouTube finira dans les poubelles de l’histoire s’ils continuent à accepter ces trucs-là, c’est YOUTRE TUBE pardon YouTube »

 «… il faut toujours sortir l’arbre orthodoxe de la forêt casher, voilà ce qui s’est passé …..et voilà ce qui se passe encore à nouveau c’est pour cela qu’on a là Richard  Berri Benguigui machin chose, et ça tous les jours, Duhamel machin, bon bref … »

« Personne d’autre qu’un juif peut dire ça, c’est clair, et s’il n’était pas de la communauté, pour avoir dit ça ce qu’il a dit pour avoir tenu les propos qu’il a tenu, il serait en prison depuis très longtemps et pour beaucoup plus longtemps qu’Hervé Ryssen, la communauté c’est tout ça ? ça s’arrête là, donc lui a le droit de le tenir et on joue le jeu »

Stéphane BLET le musicien antisémite (on a vu que l’un n’empêche pas l’autre) est décédé dans des circonstances troubles.

L’Observatoire Juif de France ne se réjouit jamais de la mort d’un homme. Elle aurait préféré qu’il soit jugé pour ces faits.

René LEVY                                                       

Président

Le Figaro: Pour Jack Lang, le boycott de l’exposition Juifs d’Orient est «à côté de la plaque»

Pour Jack Lang, le boycott de l’exposition Juifs d’Orient est «à côté de la plaque»

Président de l'Institut du monde arabe, Jack Lang (ci-contre en décembre 2021, en Arabie saoudite) a regretté la circulation d'une pétition contre l'exposition Juifs d'Orient.
 
Président de l’Institut du monde arabe, Jack Lang (ci-contre en décembre 2021, en Arabie saoudite) a regretté la circulation d’une pétition contre l’exposition Juifs d’Orient. PATRICK BAZ / Red Sea Film Festival / AFP

Le président de l’Institut du monde arabe regrette une pétition «dérisoire» et attristante signée par quelque 250 intellectuels. «Des moutons», selon l’ancien ministre de la Culture.

Une pétition «complètement disproportionnée et à côté de la plaque»Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe (IMA) à Paris, n’a pas mâché ses mots, dimanche, en réaction à la pétition signée et diffusée par des intellectuels arabes à l’encontre de l’exposition Juifs d’Orient. Un événement auquel il est reproché de présenter à l’IMA des œuvres prêtées par des institutions israéliennes. Et, par conséquent, de donner «des signes explicites de normalisation» avec un «régime de colonialisme de peuplement et d’apartheid», selon les mots de la pétition.

«C’est un peu dérisoire et attristant, a réagi Jack Lang dimanche matin sur Radio J, au micro de Frédéric Haziza. C’est une réaction qui cherche à détourner de son sens profond cette exposition, qui n’a rien à voir avec tel ou tel débat politique. L’ancien ministre français de la Culture sous la présidence de François Mitterrand a précisé que sur les près de 300 œuvres du monde entier présentes dans l’exposition Juifs d’Orient, seules «trois ou quatre» proviendraient «de Jérusalem». Une attaque d’autant plus dommage contre cet événement de l’IMA que Jack Lang estime avoir «contribué à mettre en lumière la culture palestinienne comme personne, comme aucune institution».

«Ces textes ont fait pschitt»

La pétition en question, lancée au début du mois de décembre par le mouvement pro-palestinien BDS(pour «Boycott, désinvestissement et sanctions»), affirme que l’IMA «trahirait sa mission intellectuelle en adoptant cette approche normalisatrice – une des pires formes d’utilisation coercitive et immorale de l’art comme outil politique pour légitimer le colonialisme et l’oppression». L’initiative se situe dans la lignée des précédentes actions du mouvement BDS, connu pour appeler au boycott systématique d’Israël et au rejet de toute coopération culturelle. Quelque 250 intellectuels et personnalités arabes ont signé la pétition, dont l’écrivain libanais Elias Khoury, le réalisateur palestinien Elia Suleiman ou le diplomate algérien Lakhdar Brahimi.

«Cela m’a attristé de constater que des personnes, certaines de qualité, des écrivains, des philosophes, se laissent embarquer, un peu comme des moutons, dans un texte dont ils n’ont même pas vérifié la véracité», s’est désolé Jack Lang. L’ancien ministre de la Culture a également balayé d’un revers de la main les communiqués de la section CGT-IMA contre la «normalisation avec l’apartheid», la programmation d’artistes israéliens et l’association de l’IMA avec des institutions israéliennes. «Ces textes ont fait pschitt, a estimé Jack Lang, en mettant en valeur la fréquentation de l’événement. L’exposition fait un tabac et rencontre un écho enthousiaste, chaque jour l’affluence est considérable».

Conçue sous le commissariat général de l’historien Benjamin StoraJuifs d’Orient : une histoire plurimillénaire, est le troisième volet d’expositions consacrées par l’IMA à l’empreinte des trois grandes religions monothéistes sur le monde arabe. Inaugurée en novembre, l’exposition porte sur la vie et l’évolution des communautés juives dans le monde arabe, ainsi que sur les nombreux échanges avec la communauté musulmane. Ouverte jusqu’au 13 mars, elle présente un grand nombre de photographies aux côtés de manuscrits, de tableaux, de vestiges archéologiques et d’objets issus de la vie quotidienne comme liturgique.

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Ou faites un Chèque à l’ordre de l’ Observatoire Juif de France

Observatoire Juif de France : 22, avenue de Suffren 75015 Paris – 06 08 27 14 18

 http://www.ojfrance.org/- E-mail : [email protected]

Meurtre de Mireille Knoll : Alex Carrimbacus renonce à faire appel | L’Observatoire Juif de France félicite les avocats

Condamné en novembre à 15 ans de réclusion criminelle, mais innocenté pour le meurtre de Mireille Knoll, Alex Carrimbacus s’est désisté de son appel.

Innocente en novembre pour le meurtre de Mireille Knoll a Paris en 2018, mais condamne a 15 ans de reclusion pour vol aggrave, Alex Carrimbacus, 25 ans, s'est desiste de son appel. (image d'illustration)
Innocenté en novembre pour le meurtre de Mireille Knoll à Paris en 2018, mais condamné à 15 ans de réclusion pour vol aggravé, Alex Carrimbacus, 25 ans, s’est désisté de son appel. (image d’illustration)© LAETITIA PERON / AFP
Source AFP
Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Ou faites un Chèque à l’ordre de l’ Observatoire Juif de France

Observatoire Juif de France : 22, avenue de Suffren 75015 Paris – 06 08 27 14 18

 http://www.ojfrance.org/- E-mail : [email protected]