Catégorie : Lévy

Communiqué d’Appel aux Dons

La lutte contre l’antisémitisme et l’antisionisme n’a pas de prix mais elle a un coût.

Nous devons sans relâche poursuivre et faire condamner celles et ceux qui se livrent à des actes répréhensibles dont le but est d’installer durablement l’antisémitisme dans notre pays.

Vos dons sont essentiels.

LA FISCALITÉ AU SERVICE DE VOTRE GÉNÉROSITÉ :

Vous êtes assujetti à l’Impôt Sur le Revenu
75 % du montant de votre don est déductible de votre Impôt sur le Revenu dans la limite d’un don de 1000€. Au-delà de ce montant, la réduction d’impôt est de 66 % dans la limite de 20 % de vos revenus imposables.

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Ou faites un Chèque à l’ordre de l’ Observatoire Juif de France

Observatoire Juif de France : 22, avenue de Suffren 75015 Paris – 06 08 27 14 18

 http://www.ojfrance.org/- E-mail : [email protected]

 

Vous êtes assujetti à l’IFI

Dans le cadre de la collecte de l’Impôt sur la Fortune Immobilière nous avons l’honneur d’être hébergé à la Fondation France Israël dans le cadre de collecte de dons pour l’IFI, (chèque à libeller à l’ordre de « Fondation France Israël – OJF » et à envoyer à l’Observatoire Juif de France , 22 avenue de Suffren 75015 Paris.

Vous pouvez déduire 75% du montant de votre don dans la limite de 50.000 euros.

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter René Lévy, Président de l’Observatoire Juif de France au 06 08 27 14 18 qui reste à votre disposition, à votre écoute.

Un reçu CERFA vous sera délivré par la Fondation France Israel dès réception de votre don.

Avec nos remerciements anticipés,

L’Observatoire Juif de France

 

L’université de Tel Aviv signale une vague record d’antisémitisme – étude – The Times of Israël

L’université de Tel Aviv signale une vague record d’antisémitisme – étude

Dans le sillage de la récente étude de l’ADL sur l’antisémitisme aux États-Unis, les enquêteurs ont noté une augmentation de l’antisémitisme liée au Covid et à Gaza

 

Des tombes recouvertes de croix gammées photographiées dans un cimetière juif à Westhoffen, dans l’est de la France, le 3 décembre 2019. (Crédit : AP Photo)
Des tombes recouvertes de croix gammées photographiées dans un cimetière juif à Westhoffen, dans l’est de la France, le 3 décembre 2019. (Crédit : AP Photo)

Une nouvelle étude de l’université de Tel Aviv révèle un nombre record d’incidents antisémites signalés dans le monde en 2021, grandement liés à la pandémie et au conflit qui a opposé Israël aux groupes terroristes palestiniens dans la bande de Gaza en mai, l’an dernier.

Le document indique que le nombre d’attaques antisémites a presque doublé au Royaume-Uni, passant de 97 agressions en 2020 à 173 l’année dernière et augmenté de plus d’un tiers en France en 2021 par rapport à l’année précédente, passant de 44 à 60. Le nombre total d’incidents antisémites en Allemagne a atteint son plus haut niveau ces dernières années, avec 3 028 cas en 2021, contre
2 351 en 2020 et 2 032 en 2019.

« Le rapport annuel sur l’antisémitisme dans le monde en 2021, publié à la veille de Yom HaShoah, n’est pas porteur de bonnes nouvelles », écrivent les auteurs de l’étude.

Le rapport annuel, produit par le Centre d’étude de la communauté juive européenne contemporaine de l’université, appelle à l’introspection alors que des décennies d’efforts pour contrer l’antisémitisme, suite à la Shoah, semblent avoir échoué.

« Quelque chose ne fonctionne pas. Ces dernières années, la lutte contre l’antisémitisme a bénéficié de ressources considérables dans le monde entier, et pourtant, malgré les nombreux programmes et grandes initiatives, le nombre d’actes antisémites, parfois violents, augmente rapidement », indique Uriya Shavit, le chef du centre.

Les auteurs du rapport sont encore plus directs. « Il est temps de l’admettre: la lutte [contre l’antisémitisme] est un échec », ont-ils écrit dans leur communiqué.

L’enquête, « Antisemitism Worldwide Report 2021 », fait suite à un précédent rapport, publié mardi par l’Anti-Defamation League, axé, lui, sur l’antisémitisme aux États-Unis. Cette enquête a elle aussi mis en évidence le plus haut niveau d’incidents antisémites depuis que l’organisation a commencé à suivre la question, dans les années 1970.

Des manifestants néo-nazis avec des croix gammées et des drapeaux aux couleurs du « Mouvement national-socialiste », foulent aux pieds un drapeau israélien, à Orlando, en Floride, le 29 janvier 2022. (Crédit : Capture d’écran Twitter/Luke Denton)

Le rapport de l’université de Tel Aviv a examiné les plus grandes communautés juives du monde, en dehors d’Israël, et constaté une augmentation des incidents antisémites dans la quasi-totalité d’entre elles entre 2020 et 2019, à l’exception de l’Italie et de l’Argentine, qui ont connu respectivement une diminution modérée et la stabilité.

L’étude n’a pas été en mesure de calculer les niveaux d’antisémitisme dans deux pays comptant parmi les populations juives les plus importantes en nombre – la Russie et le Brésil – car les décomptes officiels des gouvernements en matière d’événements antisémites étaient sujets à controverse. « À titre d’exemple, le Centre russe d’information et d’analyse SOVA a enregistré un acte de violence antisémite et trois actes de vandalisme en 2021 (la même chose qu’en 2020), un chiffre pour le moins discutable », assurent les auteurs du rapport.

Dans une certaine mesure, l’augmentation des événements antisémites dans le monde peut être analysée comme révélatrice de l’amélioration de la collecte des données, mais il est peu probable que cela suffise à tout expliquer. Par exemple, en 2021, la police de Los Angeles a enregistré presque deux fois plus de crimes haineux antisémites en 2021 – 79 – par rapport aux 40 cas documentés en 2020 ou les 42 cas en 2019.

Les auteurs de l’étude, qui ont travaillé sur le rapport pendant six mois, ont identifié deux catalyseurs spécifiques des actes antisémites au cours de l’année écoulée : le conflit entre Israël et Gaza en mai 2021 et la pandémie de COVID-19. Le rapport a également mis en évidence une tendance plus générale encore à l’origine de la montée de l’antisémitisme – la montée de la « droite populiste radicale et de la gauche radicale antisioniste » de par le monde.

Selon les auteurs de l’étude, la droite populiste se serait approprié les tropes antisémites classiques de riches Juifs contrôlant le monde, tandis que la gauche excluait les Juifs de la liste des groupes méritant d’être protégés.

« Un autre facteur explicatif de cette augmentation des attaques antisémites est que certains militants des droits de l’homme ont fini par évacuer de manière consciente les Juifs et Israël du champ de leurs luttes », selon les termes du rapport. « Le racisme, affirment-ils, concerne les Afro-Américains et les Afro-Européens, les Roms, les LBGTQ, les minorités autochtones, les demandeurs d’asile et les travailleurs étrangers, pas les Juifs. »

Le rapport a noté une augmentation majeure des attaques contre les Juifs pendant le conflit de mai 2021. Au Canada, les 61 agressions physiques perpétrées ce mois-là ont établi le record absolu des incidents signalés en un mois au cours des 40 dernières années, soit près de sept fois plus qu’en mai 2020. En mai 2020, on avait enregistré neuf attaques, 14 en 2019.

Une hausse similaire du nombre d’attaques antisémites, actes de vandalisme et harcèlement a été signalée ailleurs dans le monde, à la même période, dans le sillage des combats que se sont livrés Israël et les groupes terroristes palestiniens à Gaza, mais aussi des conflits intérieurs entre citoyens juifs et arabes israéliens qui se sont déroulés en même temps.

Un autre catalyseur majeur des incidents antisémites en 2021 a été la pandémie, qui a tout à la fois suscité des rumeurs sur le rôle des Juifs dans la propagation de la maladie et conduit des opposants au vaccin et aux mesures de sécurité à se comparer aux victimes de la Shoah.

Dans le rapport, Dina Porat, professeure à l’université de Tel Aviv, assure que ce dernier phénomène contribue à banaliser la Shoah, en opérant une « distorsion complète du sens profond des crimes nazis et des leçons que l’humanité aurait dû en tirer ».

Porat ajoute que les comparaisons avec la Shoah ne devraient pas être considérées comme innocentes, car elles accompagnent souvent un contenu ouvertement antisémite.

Manifestation contre le « laissez-passer vert » à Milan, en Italie, le 24 juillet 2021. Des manifestants en Italie et en France ont porté des étoiles de David jaunes, comme celles que les Nazis imposaient aux Juifs pendant la Shoah. (Crédit : AP Photo/Antonio Calanni, Dossier)

« Les comparaisons étaient souvent accompagnées d’accusations contre les Juifs pour avoir contribué à la propagation du virus. Un journal grec a ainsi publié une photo d’Albert Bourla, PDG de Pfizer et fils de survivants grecs d’Auschwitz, aux côtés de celle de Joseph Mengele, comme pour suggérer que les deux hommes avaient mené des expériences sur des êtres humains », indique-t-elle.

Au-delà de l’identification de grandes tendances, les chercheurs ont mené plusieurs études de cas d’antisémitisme dans le monde.

En France, la chercheuse Talia Naamat s’est penchée sur le cas de Sarah Halimi, Juive française assassinée pour des motifs ouvertement antisémites, mais dont le meurtrier se trouve en établissement psychiatrique, et non en prison, pour avoir fumé de la marijuana avant de commettre le crime, ce qui, selon les tribunaux, ne le rend pas pénalement coupable.

Selon Naamat, l’explication est à rechercher dans la tension qui existe au sein de la société française sur l’antisémitisme des citoyens musulmans. Comme le phénomène est utilisé pour justifier les politiques anti-musulmanes, ceux qui s’opposent à de telles mesures ont tendance à en minimiser la portée.

« L’antisémitisme islamiste est en effet l’argument massue de l’extrême droite en France, un prétexte pour une islamophobie radicale qui, à son tour, amène la gauche à rejeter ce discours », a écrit Naamat.

Des manifestants défilent avec une banderole de Sarah Halimi, femme juive assassinée, lors d’une manifestation à Marseille, dans le sud de la France, le 25 avril 2021 (Crédit: AP Photo/Daniel Cole)

Les chercheurs Carl Yonker et Lev Topor se sont, pour leur part, penchés sur les États-Unis et l’attaque contre le Capitole des États-Unis, en janvier 2021, à laquelle ont participé un certain nombre d’antisémites et de suprémacistes blancs.

Yonker et Topor ont conclu que l’hyperpolarisation partisane et l’existence d’un mouvement extrémiste de plus en plus influent au sein du parti républicain avaient contribué à l’attaque et étouffé toute velléité de critique ouverte après coup.

« Dans une atmosphère politique très polarisée, comme c’est le cas aux États-Unis aujourd’hui, même une attaque violente contre la démocratie soutenue par des antisémites notoires se transforme en question partisane », écrivent-ils.

Inna Shtakser, qui fait des recherches sur les mouvements sociaux et politiques dans l’ancien empire russe, a enquêté sur le discours antisémite relayé à plusieurs reprises en Biélorussie au cours de l’année écoulée, tandis que l’homme fort au pouvoir, Alexandre Loukachenko, réprimait avec la plus extrême violence les manifestations contre les conditions de son élection en 2021.

Shtakser a identifié plusieurs cas dans lesquels les autorités ont elles-mêmes fait référence à des tropes antisémites pour justifier l’arrestation ou la torture de dissidents.

Des manifestants portent un drapeau de l’opposition lors d’une manifestation sur la place de l’Indépendance à Minsk, en Biélorussie, le 23 août 2020. (Crédit : AP Photo/Fichier)

« Dans sa propagande contre l’opposition, le régime biélorusse a insisté sur le fait que les étrangers soutenaient le mouvement et suggéré que des Juifs étrangers soutenaient le mouvement de protestation pour faire avancer leurs propres intérêts », écrit-elle.

L’idée que la communauté juive mondiale est hostile au régime de Loukachenko s’est répandue à l’industrie du divertissement. Dans le film « Killing the President », diffusé à la télévision d’État biélorusse, un ‘cercle de Juifs’ ourdit un complot d’assassinat contre Loukachenko et sa famille », assure Shtakser.

Elle a relevé que ce discours avait ouvert la voie à une loi, adoptée par le régime de Loukachenko, suivant laquelle il est illégal de dire que la Shoah en Biélorussie était dirigée spécifiquement contre les Juifs ou tout autre groupe minoritaire. Les autorités biélorusses considèrent que la Shoah visait le peuple biélorusse dans son entier.

Loukachenko avait justifié l’adoption de cette loi en réaction aux Juifs, qui avaient « réussi à amener le monde entier à se prosterner devant eux, sans que personne n’ose élever la voix ou nier la Shoah ».

« Exiger la reconnaissance du statut de victime au peuple biélorusse n’est pas en soi antisémite. En revanche, affirmer que les Juifs ont réussi à intimider et manipuler le monde pour reconnaître la Shoah l’est sans conteste », conclut Shtakser.

Source : https://fr.timesofisrael.com/luniversite-de-tel-aviv-signale-une-vague-record-dantisemitisme-etude/

Cérémonie de Yom HaShoah 2022

 
L’Observatoire Juif de France vous invite à cette cérémonie,  réalisée sous l’égide de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, en partenariat avec le Judaïsme en Mouvement (JEM), l’association des Fils et Filles des déportés juifs de France (FFDJF) à l’initiative de cette cérémonie, et le Consistoire de Paris.
 
Du 27 avril 2022 à 19h au 28 avril 2022 à 19h seront lus sur le parvis du Mémorial de la Shoah 31 convois : du convoi 38 au convoi 73.

La cérémonie de Yom HaShoah est date retenue par l’État d’Israël pour la commémoration en mémoire des victimes de la Shoah et des héros de la Résistance juive pendant la Seconde Guerre mondiale, elle se déroule sous la forme d’ une lecture publique ininterrompue de 24 heures, de jour comme de nuit.

Des 76 000 noms inscrits sur le Mur des Noms, sont prononcés, un à un, les noms des personnes déportées de France. Quelque 200 personnes, anciens déportés, parents, bénévoles, enfants… liront à tour de rôle, à partir des listes issues du Livre Mémorial de la déportation de Serge Klarsfeld, (éd. Association des FFDJF), les noms de « ceux dont il ne reste que le nom » (Simone Veil).

La cérémonie est ouverte au public sur le parvis du Mémorial de la Shoah de 19h à 1h45 puis de 6h à 19h.

De 1h45 et 6h, les lectures des convois 49 à 55 seront lus en distanciel, sur zoom.

Témoignage d’Isabelle Choko, ancienne déportée.

La cérémonie sera entièrement diffusée en direct sur le site internet du Mémorial de la Shoah, ainsi que sur les pages Facebook et Youtube.

Manifestation réalisée sous l’égide de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, en partenariat avec le Judaïsme en Mouvement (JEM), l’association des Fils et Filles des déportés juifs de France (FFDJF) à l’initiative de cette cérémonie, et le Consistoire de Paris.

 

 

 
 

Mort de Jérémie Cohen : détention provisoire requise pour les deux suspects arrêtés mardi – Le Parisien

Mort de Jérémie Cohen : détention provisoire requise pour les deux suspects arrêtés mardi

Les deux hommes qui étaient en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur la mort de Jérémie Cohen, écrasé par un tramway à Bobigny (Seine-Saint-Denis), ont été déférés ce jeudi après-midi. Le parquet a requis leur mise en examen et leur placement en détention provisoire.

Le procureur de la République, Eric Mathais, a annoncé que le parquet de Bobigny avait requis, ce jeudi après-midi, le placement en détention provisoire pour deux suspects interpellés après la mort de Jérémie Cohen. DR
Le procureur de la République, Eric Mathais, a annoncé que le parquet de Bobigny avait requis, ce jeudi après-midi, le placement en détention provisoire pour deux suspects interpellés après la mort de Jérémie Cohen. DR
Le 14 avril 2022 à 19h08, modifié le 15 avril 2022 à 06h05

Les deux hommes, âgés de 23 et de 27 ans, qui avaient été placés en garde à vue ce mardi dans le cadre de l’enquête sur la mort de Jérémie Cohen, renversé par un tramway le 16 février à Bobigny (Seine-Saint-Denis), ont été déférés ce jeudi dans l’après-midi et présentés à un juge, indique le procureur de la République, Éric Mathais. Le parquet a requis des placements en détention provisoire à leur encontre.

Les deux hommes s’étaient rendus mardi après-midi d’eux-mêmes aux services de police. Au cours de leurs auditions, ils ont décrit deux scènes de violences survenues ce jour-là. Sur une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, on apercevait la victime de 31 ans courir pour échapper à ses agresseurs, traversant la chaussée puis les voies de tramway avant d’être percuté.

«Aucun élément objectif permettant de caractériser un motif discriminatoire» à ce stade, insiste le procureur

« Une première scène, qui n’apparaissait pas sur la vidéo, impliquait les deux individus et la victime, précise le parquet dans un communiqué. Une seconde scène (visible, celle-ci) intervenait ensuite, toujours au préjudice de la victime. Un seul des deux individus y prenait part. » Le motif des deux agressions reste à déterminer. Dans leur témoignage, les deux jeunes hommes placés en garde à vue ont évoqué « le comportement de la victime, auquel ils auraient réagi en lui portant des coups », poursuit le procureur, sans donner plus de détails.



L’agression a-t-elle eu un caractère antisémite ? L’enquête sur commission rogatoire, entre les mains de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis, devra éclaircir ses circonstances. « À ce stade, il n’existe aucun élément objectif permettant de caractériser un motif discriminatoire, en particulier antisémite, à l’origine de ces violences », a de nouveau indiqué ce jeudi Éric Mathais.

Concernant l’homme qui n’aurait participé qu’à la première scène de violence, le parquet a requis une mise en examen pour « violences volontaires en réunion ». Une autre mise en examen pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner » a été requise concernant le second suspect, qui aurait donné des coups à Jérémie juste avant l’accident.

L’avocat de la famille satisfait de voir « les choses prises en main de façon très sérieuse »

Joint en milieu d’après-midi, l’avocat de la famille, Me Franck Serfati, a réagi avant de connaître l’issue des deux déferrements. « C’est la suite logique de l’enquête et comme j’ai eu l’occasion de le dire : le dossier est tout sauf vide. Maintenant, il va y avoir des interpellations, des gardes à vue et des mises en examen », se félicite-t-il. S’il avait dénoncé un travail « lacunaire et insatisfaisant » de la police au démarrage de l’enquête, il salue désormais le fait que « les choses sont prises en main de façon très sérieuse par la juge d’instruction qui a été désignée le 29 mars ».

Quelques jours avant le premier tour de l’élection présidentielle, le drame avait pris une tournure politique. La famille de la victime avait notamment été reçue par le candidat d’extrême droite Éric Zemmour, lequel avait exigé à ce que la « clarté complète » soit faite, par la justice, concernant le drame.

https://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/mort-de-jeremie-cohen-detention-provisoire-requise-pour-les-deux-suspects-arretes-mardi-14-04-2022-2RRD7ID5JZDNPONH5FL3TBKWBE.php

L’Observatoire Juif de France demande à monsieur le Préfet de Toulouse d’interdire la manifestation du « Comité contre la dissolution du Collectif Palestine Vaincra » qui appelle à « une Réunion Publique contre l’offensive sécuritaire » mardi 12 avril 2022 à 18H30 à la faculté du Mirail de Toulouse. 

Ce « Collectif Palestine Vaincra » a été dissout récemment à l’initiative du Ministère de l’Intérieur, ce qui n’empêche pas ces individus à appeler non seulement, à organiser une réunion dans un lieu d’enseignement et de culture, (la faculté de Toulouse), en violation de la décision du gouvernement français de dissoudre une entité illégale et violente qui introduit un conflit étranger à la France, mais encore, incite à s’opposer à l’Ordre Public.

En effet, ce comité contre la dissolution appelle à « s’opposer à l’offensive sécuritaire ».
 
Nous constatons avec stupéfaction que ce slogan est un appel au désordre et au renversement de la République, puisque les mesures de sécurité qui permettent aux citoyens et aux habitants de France de vivre dans la paix à l’ombre des valeurs de la République, sont qualifiées par ce comité « d’offensive sécuritaire ».
 
L’Observatoire Juif de France dénonce avec force cette dérive qui aggrave le délitement du lien social et incite au démembrement du pays.
 
L’Observatoire Juif de France invite les Pouvoirs Publics, toutes les Institutions, les citoyens, à s’opposer, à poursuivre et à déférer ces individus devant les Juridictions compétentes afin de répondre de leurs agissements qui outrepassent le simple respect de l’Ordre Public et constituent des actes de rébellion contre la Nation.
 

René Lévy
Président de l’Observatoire Juif de France
Contact Presse : 06 08 27 14 18
Email : [email protected]

                                                                                          

 

 

Suite à la plainte de l’Observatoire Juif de France à l’encontre de “Panamza”, le parquet a retenu cette plainte.

L’Observatoire juif de France a déposé une plainte en août 2021, contre l’entité raciste et antisémite dite « Panamza » connue pour ses provocations permanentes antisémites et anti-israéliennes. Cette fois c’est en ses termes que les auteurs déversent leur haine sur Twitter Panamza (@Panamza) · Twitter https://twitter.com/Panamza

« Lionel Messi, serviteur du business israélien www.panamza.com/140821-… #PSG #Messi #LionelMessi Twitter »

Même le sport ne trouve pas grâce aux yeux de ces personnes, aveuglées de haine fanatique.

Le Parquet a retenu la plainte de l’Observatoire Juif de France et l’informe qu’une enquête est en cours.

L’Observatoire Juif de France souhaite que des poursuites soient lancées contre ces fauteurs de troubles à l’ordre public et qu’ils répondent devant les juges du fond, dont on espère qu’ils jugeront sans faiblesses ces indignes personnages.                                        

René Lévy 

Président 

[email protected]

 

L’Observatoire Juif de France a déposé plainte contre un certain David BELLACHE, beaucoup plus courageux derrière son écran que devant ses Juges, en effet cet individu a déjà été condamné et récidive.

L’Observatoire Juif de France ne renonce pas à agir pour que cet individu lâche et Vulgaire, qui se complait dans des allusions graveleuses, qui ne se présente pas aux audiences et ignore les décisions correctionnelles soit poursuivi et traduit en Justice.

Il ose réitérer ses élucubrations haineuses dans une vidéo qu’il répand sur la Toile.

Il évoque « les goys français » « les palestiniens français » tombant dans le piège de la vaccination anti-covid, il met en cause « CNews la chaine du milliardaire breton on y croit entre Michel Onfray et Moïse Zemmour, Christine pourquoi vous invitez jamais Alain Soral ».

Ces propos négationnistes empreints d’antisémitisme relèvent de la Loi pénale.

Le Parquet informe l’Observatoire Juif de France que l’enquête se poursuit devant une autre Juridiction.

L’Observatoire juif de France espère que les investigations des Parquets aboutissent à l’interpellation de cet individu qui mérite d’être déféré devant la Juridiction répressive.

                                                                                                     René Lévy                                                                                                                                                                                                                       Président

                                                                                                    [email protected]

Il y a dix ans, à Toulouse à l’Ecole Ozar Hatorah et à Montauban, en ce dixième anniversaire de ce moment d’épouvante, notre pensée va aux familles Sandler et Monsenego, Legouade, Chenouf et Ibn Ziaten, brisées à jamais.

 

Les évènements graves qui nous émeuvent, la guerre en Ukraine en particulier, ne doivent pas nous faire oublier les assassinats islamistes qui eurent lieu il y a dix ans, à Toulouse à l’Ecole Ozar Hatorah et à Montauban, lesquels ont provoqué une onde de choc dans la Communauté juive en particulier mais aussi dans la société française en général.

Ces attentats ont marqué le début d’un terrorisme islamiste avec un terreau favorable qui posait une question cruciale, à savoir si le danger venait d’une démarche organisationnelle ou solitaire.

En ce dixième anniversaire de ce moment d’épouvante, notre pensée va aux familles Sandler et Monsenego, Legouade, Chenouf et Ibn Ziaten, brisées à jamais.


Que les malheureuses victimes de ces attentats terroristes reposent en paix, nous ne les oublierons jamais. 

 

Un million de personnes assisteront aux funérailles du rabbin Kanievsky

Entre 700 000 et un million de personnes devraient assister aux funérailles du grand rabbin haredi lituanien.

Le rabbin Chaim Kanievsky, l’un des principaux rabbins haredi lituaniens, sera inhumé dimanche.

Le rabbin Kaniesvky est décédé juste avant le début du Shabbat (sabbat) vendredi après-midi. Il avait 94 ans.

Les funérailles débuteront à 11h00. Dimanche matin. L’heure exacte sera décidée samedi soir par la famille.

La police israélienne estime qu’entre 700 000 et un million de personnes assisteront aux funérailles à Bnei Brak.

“Le rabbin Kanievsky est mort d’un baiser”

Beau-frère du rabbin Kanievsky : “Ne vous mettez pas en danger”

Le Magen David Adom prépare les funérailles du rabbin Chaim Kanievsky

“Oy, oy”: le rabbin Edelstein pleure son collègue le rabbin Kanievsky

Pour donner suite à une évaluation de la situation sur la question, la police israélienne, en collaboration avec le ministre de la Sécurité publique Omer Bar Lev (Travail) et le commissaire de la police israélienne Yaakov Shabtai, ont décidé que 3 000 policiers seraient déployés pour assurer l’ordre pendant les funérailles.

Barlev a dit, Découvrez-le en moins d’une minute !

Arlev a déclaré : “Demain à Bnei Brak, la police israélienne gérera un événement d’une ampleur jamais vue auparavant dans notre district. L’ensemble des forces de police s’est joint à l’effort pour cette tâche, afin de s’assurer que les funérailles se déroulent comme prévu et pour assurer la sécurité du public présent. La clé pour cela est la coopération entre les ministères et avec les autorités locales, au premier rang desquelles celle de Bnei Brak.”Par-dessus tout, la police israélienne a besoin de la coopération du public participant aux funérailles et du grand public dans la région centrale.”Shabtai a déclaré : “J’appelle le public à suivre les mises à jour de la police concernant les barrages routiers et les arrangements pour les funérailles, et évidemment à écouter les instructions des policiers, qui seront déployés dès le petit matin autour de Bnei Brak et ses environs. Il s’agit d’un événement national, l’un des plus importants que l’État d’Israël ait jamais connu, et la police israélienne fera appel à toutes les parties concernées, y compris les autres organisations de défense et de sauvetage, et les bureaux du gouvernement, afin de permettre la tenue de l’événement. de la meilleure façon possible.”Shabtai a ajouté que 3 000 policiers seront déployés et qu’il s’attend à ce que l’opération dure plus de 15 heures.Les routes seront bloquées à partir de 7h00, dont la Route 4 entre l’échangeur de Ganot et l’échangeur de Ra’anana. La circulation et la participation aux funérailles seront ouvertes uniquement aux bus. Un terminal sera installé à proximité de l’échangeur Coca Cola.On s’attend à ce que samedi soir également, il y ait un trafic intense à la sortie de Jérusalem.