Auteur/autrice : Observatoire Juif de France

Marcel Hoffmann, cheminot lillois nommé Juste parmi les nations

Les faits :

 

Marcel Hoffmann a reçu à titre posthume la médaille et le diplôme de Juste parmi les nations, lors d’une cérémonie organisée vendredi 26 novembre au Sénat. Ce cheminot, décédé en 1957, a sauvé une quarantaine d’enfants et d’adultes juifs en gare de Lille-Fives, le 11 septembre 1942.

  • Julie Connan, 

Lecture en 3 min.

Marcel Hoffmann, cheminot lillois nommé Juste parmi les nations
 
Marcel Hoffmann a été décerné par le mémorial israélien de Yad Vashem du titre de Juste parmi les nations, la plus haute distinction de l’État d’Israël.COMITÉ FRANCAIS POUR YAD VASHEM

« J’ai réussi de 13 à 23 heures à sauver une quarantaine d’enfants et adultes, qui furent recueillis par des personnes charitables et hébergés durant toute l’occupation allemande… » Ces mots étaient de Marcel Hoffmann, qui s’est vu remettre à titre posthume la médaille et le diplôme de Juste parmi les nations. Le cheminot lillois, décédé en 1957, était représenté par sa fille Monique Pradel, lors d’une cérémonie organisée au Sénat, vendredi 26 novembre. Ce titre, décerné par le mémorial israélien de Yad Vashem, est la plus haute distinction de l’État d’Israël.

→ PORTRAIT. Camp de Drancy : Camille Mathieu, un Juste parmi les nations

Ce qui compte vraiment dans l’actualité
 
« Voyez, j’ai un nom allemand »

Marcel Hoffmann a été un des « héros de l’ombre » dans ce que Serge Klarsfeld a qualifié de « plus grand sauvetage de juifs d’une gare française ». Le 11 septembre 1942, plusieurs enfants juifs, dont Jacques et Jean Stulzaft, enfants de marchands lillois, sont transférés à la gare de Lille-Fives, après avoir été arrêtés et emmenés à la Kommandantur à Lille. Parmi les cheminots de cette gare, dont nombreux sont des résistants, se trouve Marcel Hoffmann.

« Le 11 septembre 1942, les Israélites furent ramassés et parqués en gare de Fives sous la surveillance de gendarmes allemands pour être ensuite dirigés vers les camps de la mort. N’écoutant que mon patriotisme et par humanité, je me suis glissé dans ce groupe et, au mépris du danger que j’encourais et des péripéties parfois dangereuses, j’ai usé de ruse », explique Marcel Hoffmann dans un document d’archives.

Un second sauvetage

Une fois sauvés, les deux frères sont hébergés par une famille de cheminots. Mais Jacques est blessé lors du bombardement du 8 novembre 1942. Opéré à l’hôpital Saint-Sauveur de Lille, le garçon reçoit la visite de Marcel Hoffmann qui comprend très vite que l’infirmière en chef a des soupçons sur l’origine du garçon et risque de le livrer à la Gestapo. Le cheminot lui sauve une seconde fois la vie en le faisant sortir immédiatement de l’hôpital. Dans l’après-guerre, il ira même jusqu’en Allemagne pour ramener les quelques membres de la famille Stulzaft rescapés de l’extermination nazie, rapporte Yad Vashem.

« Je suis très émue d’être là. La France a fait beaucoup pour les juifs après la Seconde Guerre mondiale. Même des années après, le pays a continué à en accueillir de la meilleure façon, y compris des juifs venant des pays arabes », explique Émilie Moatti, vice-présidente de la Knesset et membre du parti travailliste Haavoda, venue assister à la cérémonie à Paris. « C’est important de montrer notre appréciation. »

Au 1er janvier 2021, 27 921 personnes de 51 pays ont reçu la distinction de Juste parmi les Nations pour leur protection apportée à des juifs pendant la Shoah.

Source : https://www.la-croix.com/France/Marcel-Hoffmann-cheminot-lillois-nomme-Juste-parmi-nations-2021-11-26-1201187190

 

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Yana Grinshpun : Le Petit Robert et la grande révision sur Israël

Au-delà de la polémique du “iel”, la linguiste dénonce des définitions orientées et des partis pris idéologiques du dictionnaire autour du conflit israélo-palestinien.

Le Petit Robert est sous les feux de la rampe et tout le monde en parle.

Le Petit Robert est sous les feux de la rampe et tout le monde en parle.

afp.com/CORALDINE ZAINAPar Yana Grinshpun*Publié le 26/11/2021 à 11:57, mis à jour à 13:19Newsletter
Le SeptLes 7 infos qui comptent pour commencer la journéeEnvoyée chaque matin Je m’inscris

Le Petit Robert est sous les feux de la rampe et tout le monde en parle. Mais ce texte ne portera pas sur le nouveau-né par insémination artificielle : “iel”. Les linguistes se sont déjà demandé quelles en sont les formes pronominales correspondant à un complément d’objet direct et indirect, d’autres ont remarqué les incohérences d’accord (“iel est con” reste toujours masculin, hélas), d’autres encore ont vu que le neutre a curieusement une forme féminine “ielle”. Bref, tout cela a déjà été dit et qu’ “iels” se débrouillent comme ils peuvent. Après tout, la créativité lexicale est à l’honneur et le français commun est d’ores et déjà “has been”. Allons, enfants de la matrie, laissons “iels” faire. PUBLICITÉLIRE AUSSI >> Entrée de “iel” dans Le Robert : “La langue a un effet sur les représentations”

Les dictionnaires sont réputés décrire le patrimoine linguistique aussi objectivement que cela est possible. Or, les ouvrages lexicographiques ne sont pas “neutres”, ils sont fabriqués par des êtres humains qui ne sont pas exempts de préférences idéologiques. Ils sont engagés dans les débats sociétaux, ils ont leurs opinions en matière d’enseignement, de langue, d’usages, etc. Il est donc impossible d’exclure le fait que des choix tout à fait personnels transparaissent dans les dictionnaires. Alain Rey, dans sa préface de La lexicographie militante écrit à propos des discours lexicographiques : “On voit ici que la décision de produire un dictionnaire, que le projet lui-même peut faire partie d’une action militante qui peut dépasser en l’englobant l’activité lexicographique même”. 

Anachronisme

Le militantisme peut être bénéfique pour l’avancement vers l’émancipation, le progrès et toutes les bonnes causes socio-politiques ; de cela, il n’y a aucun doute…

Source :
https://www.lexpress.fr/actualite/idees-et-debats/yana-grinshpun-le-petit-robert-et-la-grande-revision-sur-israel_2163158.html

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

HANOUKA, LA LUMIERE QUI VIENT. Charles Baccouche

Il est admis que la lumière vient du ciel pour éclairer la terre et nous ouvrir les portes du ciel. Pour Hanouka, c’est la lumière vient d’en bas et s’élève vers les nues, c’est exceptionnel mais Hanouka est exceptionnelle (comme toutes les fêtes juives d’ailleurs)

Donc, le 19 et 20décembre 2019, les juifs vont célébrer Hanouka la fête des lumières, on allumera pendant huit jours une bougie, chaque jour une de plus, en plus de la précédente, en partant de la droite vers la gauche, on n’a d’ailleurs pas le choix.

Chez nous c’est toujours de la droite vers la gauche, chez les autres c’est l’inverse, allons savoir pourquoi ils font le contraire, ils écrivent de gauche à droite.

Nous avons surement raison, même si les autres peuples plus nombreux et plus puissants persistent dans cette étrangeté, et que plus étonnant, ils n’ont pas l’air de s’en plaindre.

C’est peut être nous, qui voulons nous distinguer du reste des humains, fâcheuse habitude qui nous a couté quelques déboires et bien des déconvenues.

Ce n’est pas nécessaire que tout soit toujours logique, voyez, la hanoukia comporte huit branches surmontées d’un bougeoir, toutes alignées à la même hauteur, avec un gardien qui les regarde de plus haut : le Shamach, mais elle ressemble à la Menourah qui elle, a six branches plus le Shamash. Elle  trônait devant l’entrée du Temple une fois reconstruit et deux fois détruit.  

Il parait qu’on n’a pas le droit de la reproduire.

Pourtant, elle orne l’entrée de la Knesset, notre Parlement qui ressemble plus souvent à une arène de gladiateurs qu’à une enceinte démocratique, depuis le retour des hébreux sur la terre jurée par l’Omniprésent à son peuple depuis la nuit des temps, depuis notre père Abraham.

Alors on peut ou on ne peut pas la reproduire ? Le débat est sans objet puisque nul ne sait à quoi ressemblait la Ménourah d’Origine qui sanctifiait à la fois, l’unité de l’Humain et l’éternité d’Israël. 

La Hanoukia– Quant à elle, serait un néologisme crée par l’épouse de Eliezer Ben-Yehuda, l’homme qui revivifia l’hébreu qu’il parlait dit-on, avec son chien faute de d’interlocuteurs.

Une fois de plus, nous voilà emportés dans des abimes de supputations. Nous allons distinguer selon nos canons: la Hanoukia est la représentation du miracle de Hanouka,

C’est un miracle auquel l’Homme participe activement, comme l’Histoire nous la conte:

Cette fête des lumières  nous rattache directement aux conquêtes d’Alexandre le Grand, fils de Philippe de Macédoine, qui soumit l’Asie depuis la Grèce jusqu’à l’Indus. A la mort de cet illustre roi-guerrier, son immense conquête fut partagée en plusieurs Royaumes dont l’un, manque de chance, engloba la Terre sainte qui tomba entre les mains de grecs idolâtres installés en Syrie et nommés les Séleucides.

Ils souillèrent tant et tant le Temple de Salomon, le lieu de la Résidence du Tout Puissant sur Terre, que le Saint des Saint se vit affublé d’une statue de Zeus qui bien sur, n’est qu’une idole sans pouvoir et sans vie.

Une offense sans pardon pour les enfants du Dieu vivant. Le sang des Hébreux ne pouvaient supporter ce suprême outrage, Mattathias (Matityahou) de la famille des Maccabim et ses enfants dont Judas, se leva et avec ses frères, combattit ces envahisseurs sans vertu, qui, miracle furent vaincus. Ce ne fut pas une mince affaire, car nos victoires dans l’Histoire sont quasi inexistantes, ni contre Babel, ni contre les Assyriens, ni contre Rome nous ne pûmes résister à la puissance de leurs armes.

En -175 Antiochus IV Epiphane. Le nouveau roi des grecs d’Asie se présenta comme le « défenseur de l’hellénisme » et enflamma les juifs pieux de Jérusalem et alentours d’une sainte colère, qui entamèrent une inévitable guerre en -167, qui conduisit à la défaite des Séleucides en -104 et à la restauration de l’indépendance d’Israël.

Est-ce si net ? Hélas non, car Rome était tapie en embuscade. En -188 le traité d’Apamée affirme la domination romaine sur la Syrie séleucide qui conserve une large autonomie, alors les hébreux qui eux manquent pas de se quereller comme il se doit selon nos mœurs.

Onias III grand prêtre est assassiné à Jérusalem, -172

Les Macchabés vainqueurs voulurent s’accaparer tous les attributs du pouvoir, le sceptre et le sacerdoce, et en désaccord, ils en appelèrent à l’arbitrage de Rome qui d’un seul coup les avala et soumit la Judée.

C’est une autre histoire qui n’a pas sa place ici.

Cette victoire au sein de nos défaites, ne peut qu’être célébrée et fêtée depuis ces temps anciens et encore plus, depuis que les juifs rentrés au pays de leurs pères, non seulement tiennent tête à leur ennemis, mais encore, remportent toutes les batailles.

Après la victoire et le reflux des idolâtres, il fallait nettoyer et purifier le Temple, comment faire, alors qu’il faut de l’huile d’olive pure pour rallumer la Ménourah d’or qui brulait en permanence, dit-on depuis Moïse et d’Aaron. Les vainqueurs découvrent une fiole d’huile d’olive qui a la contenance pour brûler pendant seulement un jour,  ils l’allument malgré tout et le miracle se produit: la Ménourah reste allumée pendant huit jours, juste le temps de préparer des nouvelles fioles d’huile.

Hanouka est donc bien à double titre,  une fête parce que les Hasmonéens ont remporté une victoire improbable et parce qu’une petite fiole d’huile a brulé pendant huit jours, pour leur permettre de restaurer la sainteté du Saint des Saints (kodesh hakodashim)

En souvenir les lumières de Hanouka, sont allumées pendant huit jours à partir du

25 Kislèv.

Hanoucca symbolise la victoire de la lumière contre les ténèbres; chaque flamme de la Hanoukkia est une lumière qui perce la nuit et se voit de loin.

Mais une lumière à quoi sert-elle si ce n’est pour éclairer et quand il s’agit de sainteté !

C’est évidemment pour enseigner; car Hanoucca a aussi pour racine hanokh qui signifie Enseignement et Education et plus précisément pour étudier et transmettre la THORA.

Ce n’est donc pas une petite fête, tant elle porte de significations. 

On rapporte que nous avons adopté l’étrange coutume de faire tourner des toupies sur les cotés desquelles, sont gravées des lettre hébraïques. C’est une bien étrange Cité que la Cité juive.

Quant aux toupies, il apparaît que lorsque les despotes et autres dictateurs nous interdisaient d’enseigner la Thora, les enfants, lors des descentes de police (faire tourner des toupies et une activité fort dangereuse en fait) faisaient tourner leurs toupies et se pénétraient des lettres hébraïques à la barbe des pandores qui eux, n’y voyaient goutte.

L’enseignement est donc une lumière. Oui si on l’entend comme l’apprentissage progressif des mitsvot qui sont l’apprentissage de la vraie vie, tout comme l’allumage des bougies qui illuminent progressivement les branches de la Hanoukia, et nous laisse entrevoir le retour de la grandeur d’Israël et la gloire de son père qui siège dans les hauteurs.

On fait des gâteaux et on s’offre des cadeaux et les enfants sont les rois de la fête, car nous savons que le «  Monde tient grâce au souffle des enfants à l’école »

Alors on chante et on danse à la mémoire des combattants qui chassèrent les idolâtres du Temple et de la Terre sainte et aussi et surtout, pour apprendre à nos enfants et aux enfants de nos enfants, que la barbarie sera toujours vaincue par la connaissance et l’éducation et que la mémoire juive reste la lumière qui inonde le Monde, si le Monde consent à ouvrir les yeux.

Notre pays, celui donné au peuple sans pareil, tient depuis peu de temps, par le courage et la force de nos armées, revenues d’un si long exil pour restaurer la beauté et la grandeur du pays ou coulent le lait et le miel.

Alors, chantons et dansons à Hanouka et tournent et tournent nos toupies, qui tourneront encore dans les siècles à venir, sous le regard tendre de l’Eternel qui ni dort ni ne sommeille à l’aplomb de son peuple.

© Charles Baccouche

HANOUKA, LA LUMIERE QUI VIENT. Charles Baccouche – Tribune Juive

Communiqué de presse : L’Observatoire Juif de France dépose plainte contre Jérôme BOURBON, Florian ROUANNET et le journal RIVAROL

Paris, le 23 novembre 2021

L’Observatoire Juif de France dépose plainte entre les mains de Monsieur le Procureur du Tribunal judiciaire de Paris, à l’encontre de Jérôme BOURBON, Florian ROUANNET et le journal RIVAROL.

Dans une vidéo publiée sur Odysee en date du 19 juillet 2021, Jérôme Bourbon est interrogé par Florian Rouannet dans le journal Rivarol. Les propos échangés sont violemment et directement antisémites.

Lors de cet entretien, des échanges calamiteux et antisémites abondent de formules qui mêlent « la Shoah » à un supposé complot soit sioniste, soit judéo maçonnique selon l’humeur des mis en cause.

Jérôme Bourbon, a été condamné à de nombreuses reprises à des peines de prison avec sursis pour provocation à la haine, injure raciale, contestation de crime contre l’humanité.

Florian Rouanet, accessoirement mégaphone de Rivarol, est également bien connu des services de Police et des tribunaux. Certains médias le nomment comme disciple d’Hitler.

L’Observatoire Juif de France, demande à la justice de mettre ces deux multirécidivistes hors d’état de nuire et de les condamner à des peines exemplaires.

Notre équipe a élaboré ce dossier avec la collaboration de BTA.

L’Observatoire Juif de France a pour vocation de lutter contre l’antisémitisme, la résurgence du nazisme et l’apologie du terrorisme par toutes les voies de droit.

L’Observatoire juif de France reste mobilisé et continuera à poursuivre sans relâche les antisémites en tout lieu et à tout instant.

Le Président

René Levy

Email : [email protected]   – https://observatoirejuifdefrance.fr/ 

Zemmour : C. Lagarde s’est tiré une balle dans la tête | JForum

 

Christophe Lagarde s’est tiré une balle dans la tête, en cherchant à discréditer Éric Zemmour, mais il n’est pas le seul. France-Info complice de l’ignominie s’est pris les pieds dans le tapis, et se trouve obligé de retirer la vidéo. Mais trop tard, le mal est fait. Après avoir poussé C. Lagarde à la faute en faisant de la surenchère, en mentant effrontément, en déformant les propos de E. Zemmour , l’intéressé qui a voulu se rendre intelligent, est tombé dans l’appel au meurtre, et devrait être poursuivi pour ses propos. Mais la démocratie française est à géométrie variable. Alors que les propos sont publics, sur un audiovisuel public , aucun procureur ne semble s’être ému de la chose. Les grands donneurs de leçons, sont devenus sourds et muets. Pourvu qu’ils le restent.

 

L’auteur d’une menace de mort encourt 5 ans de prison et 75 000€ d’amende lorsqu’elle est émise sans ordre. La peine est portée à 7 ans d’emprisonnement et 100 000€ d’amende lorsqu’elle est émise avec un ordre de remplir une condition (L’article 222-18-3 du Code pénal).

« Une balle dans la tête » – Eric Zemmour réagit aux menaces du patron de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde : « De toutes les racailles qui me prennent pour cible, tu n’es pas la plus dangereuse, mais la plus traîtresse”.

 

18h35: Eric zemmour a réagit par un communiqué après les menaces du Président de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde: « Il dénonce “la duplicité”, “la lâcheté, “le cynisme” du président de l’UDI. “Depuis des mois, je suis probablement l’homme le plus menacé de mort de France. Je m’y suis fait. De toutes les racailles qui me prennent pour cible, tu n’es certainement pas la plus dangereuse, mais incontestablement la plus traîtresse”.

 

15h28: Éric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes a réagi aux propos du président de l’UDI: “Propos monstrueux de Jean-Christophe Lagarde (…). Déclaration d’une violence inouïe qui mérite des sanctions exemplaires. J’espère que ses propos seront dénoncés unanimement par tous les responsables républicains de France”.

“Le débat politique atteint une violence intolérable. Celle des mots annonce celle des actes. Et qu’un centriste, le comble, prête au défunt Charles Pasqua des intentions de meurtre est insupportable”, a quant à lui réagi Bernard Carayon, l’un des porte-parole de Michel Barnier.

13h23 : Après le tollé suscité sur les réseaux sociaux depuis ce matin sur l’absence de réaction en plateau des journalistes de France Info suite aux menaces de mort de Jean-Christophe Lagarde contre Eric Zemmour, la télé et la radio France Info ont publié un communiqué en début d’après-midi indiquant « que la séquence allait être coupée et non rediffusée »

12h11: Jean-Christophe Lagarde, le Président du groupe UDI et Indépendants a dérapé en plein direct ce matin sur France Info alors qu’il était invité de l’interview politique. A une question sur Eric Zemmour, il a ainsi péter les plombs en plein direct en menaçant le journaliste et sans doute futur candidat à la Présidentielle : « Il ose se prétendre du RPR, mais si Pasqua était là tu prendrais une balle dans la tête ! »

Des propos légitimant ainsi l’usage de la violence pour faire taire Eric Zemmour et qui n’ont provoqué aucune réaction de la part des journalistes présents qui ont enchaîné comme si de rien n’était.

Mais ce n’est pas tout car Jean-Christophe Lagarde, en roue libre a également menti à plusieurs reprises de façon grossière. Ainsi, par exemple, il affirme ainsi que « Eric Zemmour ne supporte pas la contradiction comme il l’a montré dans Face à la rue à Drancy ». Mais le patron du l’UDI a oublié de dire que pendant l’émission en direct Eric Zemmour a bien eu de la contradiction car a été confronté, par exemple, à un député En Marche, à un responsable de La France Insoumise ou encore à un militant LGBT. La seule personne qui a refusé de débattre est la femme de Mr Lagarde qui est la Maire de la ville. On se demande donc qui a peur de la contradiction

Mr Lagarde affirme également que personne n’a dit « qu’une boucherie traditionnelle se trouvait à 150m du lieu où il circulait. Mensonge également, car il est très simple de revoir le passe où dans la boucherie, un employé répond à Eric Zemmour « qu’il y a une boucherie à 150m ».

Autant de faits que personne n’a opposé aux mensonges et aux menaces du patron de l’UDI.

Source : JFORUM.FR 

 

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Communiqué de presse : L’Observatoire Juif de France dépose plainte contre Remy Daillet

Paris, le 2 novembre 2021

L’Observatoire Juif de France dépose plainte entre les mains de Monsieur le Procureur du Tribunal judicaire de Paris, à l’encontre de Rémy Daillet Wiedemann et de Valérie D qui font ouvertement l’apologie d’Hitler et du nazisme.

Cet individu et sa complice font montre de leurs regrets de l’époque où Hitler et la pieuvre nazie assassinaient des millions de personnes et des millions de juifs en particulier au nom d’une idéologie raciste et dévoyée que l’Histoire a reconnu comme le crime le plus abject commis contre l’Humanité.

Ils accusent « les juifs » de crimes et de complotisme.

Nous rappelons que le dénommé Rémy Daillet a été mis en examen pour avoir comploté en vue de renverser la République. Il s’est aussi rendu coupable d’apologie de crime contre l’Humanité et d’antisémitisme.

L’Observatoire Juif de France a pour vocation de lutter contre l’antisémitisme, la résurgence du nazisme et l’apologie du terrorisme par toutes les voies de droit.

L’Observatoire juif de France reste mobilisé et continuera à poursuivre sans relâche les antisémites en tout lieu et à tout instant.

Le Président

René Levy

 

 Email : [email protected]   – https://observatoirejuifdefrance.fr/ 

                 

 

Espagne : 5200 Juifs sauvés par le «Schindler espagnol»

5200 Juifs sauvés par le «Schindler espagnol»

 Publié le Mis à jour le 
Sanz Briz
 
L’histoire d’Oskar Schindler est bien connue. Cet industriel polonais a sauvé durant la Shoah entre 1100 et 1200 Juifs en les faisant travailler dans ses usines. Moins célèbre est l’acte d’héroïsme de l’espagnol Sanz Briz qui a pourtant aidé 5200 Juifs à la même époque. Voici son histoire. 

Sanz Briz est un illustre inconnu. Pourtant, entre juin et décembre 1944, ce diplomate espagnol de 32 ans en fonction en Hongrie, a créé 5200 passeports espagnols pour sauver autant de vies juives. Sanz Briz et ses assistants ont accordé la nationalité espagnole aux Juifs hongrois sur la base d’une loi de 1924 qui a étendu la citoyenneté aux descendants de Juifs séfarades expulsés d’Espagne en 1492.

Sanz Briz a loué 11 immeubles pour loger environ 5000 personnes. Il a hissé le drapeau espagnol sur ces bâtiments, les faisant passer pour des propriétés officielles espagnoles, s’assurant ainsi que les Nazis ne les saisiraient pas lors de leur entrée dans la ville. Il a également caché des familles à l’ambassade d’Espagne à Buda.

Par ailleurs en avril 1944, Sanz Briz a réussi à mettre la main sur un croquis d’Auschwitz, remis par deux fugitifs échappés de ce camp de concentration. A l’époque où la dimension industrielle du camp de la mort était peu connue, ce croquis est devenu l’une des preuves les plus importantes présentées au procès de Nuremberg de 1945.

L’hostilité du régime de Franco

Si les faits de Sanz Briz ont si longtemps été passés sous silence, c’est en raison de l’hostilité que le régime dictatorial de Franco portait aux Juifs. D’ailleurs, le gouvernement de l’époque a interdit à Sanz Briz d’accepter la médaille des Justes,  la plus haute distinction honorifique délivrée par l’État d’Israël à un civil.

Aujourd’hui, le Centro Sefarad-Israel, une institution culturelle séfarade liée au ministère espagnol des Affaires étrangères, veut restaurer la mémoire de ce diplomate. Grâce aux archives du gouvernement espagnol, il est possible de retrouver les noms des 5200 personnes que Sanz Briz a sauvées. L’objectif du Centro Sefarad-Israel est de retrouver les descendants de ces familles et de raconter leurs histoires.

angel sanz briz

Au terme de la Seconde Guerre mondiale, Sanz Briz a quitté son poste en Hongrie en 1960 pour être nommé ambassadeur au Guatemala. En 1962, il est devient consul général à New York, puis ambassadeur d’Espagne au Vatican, où il acheva sa vie le 11 juin 1980.

Si Sanz Briz est peu connu en Espagne, ce n’est pas le cas en Hongrie. Il a reçu l’Ordre du Mérite de ce pays en 1994 et une rue de Budapest porte son nom.

Le Centro Sefarad-Israel peut être joint via le mail [email protected] pour que toute personne reconnaissant son nom ou celui d’un membre de sa famille sur les listes de Sanz Briz puisse se manifester.

Source : https://www.equinoxmagazine.fr/2021/11/01/5-200-juifs-sauves-le-schindler-espagnol/

 

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Raphaël Nisand – Non au vote juif – lemonde.co.il

Raphaël Nisand – Non au vote juif

En cette période préélectorale les Juifs de France voient l’ensemble des autorités cultuelles monter au créneau pour donner leurs avis et leurs préférences en vue de l’élection présidentielle.

Il est toujours bon de rappeler ici que le concept même de vote juif est inexact et dangereux.

Les juifs français sont des citoyens éclairés, souvent engagés de façon citoyenne et tous les votes possibles peuvent émaner des juifs de France.
Dans les injonctions faites ces derniers jours de voter comme ci ou comme ça il a manqué semble-il l’essentiel.

Cet essentiel ce sont les thématiques vitales pour les juifs vivant dans ce pays, et à cet égard il faudrait que nos dirigeants se saisissent de l’élection pour faire progresser ces causes qui nous sont chères.

La première bien sûr c’est la sécurité.

Dans un article du Monde daté du 28 octobre le quotidien analyse les cicatrices laissées à Toulouse par l’attentat antisémite meurtrier de 2012.
10 000 juifs de moins à Toulouse dans le silence et l’indifférence générale.
L’actualité récente vient encore aggraver ce phénomène.

L’imam de la grande mosquée de Toulouse Mohamed TATAÏ a été relaxé le 14 septembre 2021 par le Tribunal de la ville après avoir dit devant 3000 fidèles « les juifs se cachent derrière les rochers et les arbres, et les rochers et les arbres diront : ô musulman, ô serviteur d’Allah, il y a un juif qui se cache derrière moi, viens le tuer ».

Le Tribunal a estimé que ces propos, pour être religieux, ne constituaient pas une incitation à la haine ou à la discrimination. Il a donc acquitté l’imam.

Ce jugement a été prononcé « sous les applaudissements de certains habitants des cités déplore Maître Simon COHEN l’avocat toulousain défenseur des parties civiles. Le parquet a fait appel.

Dans un récent documentaire télévisé le Président du Consistoire de la ville disait qu’il se sentait comme un syndic de liquidation.

Depuis lors, outre Toulouse, ce sont des dizaines de milliers de juifs de France qui ont été contraints de quitter leur ville ou leur quartier en raison d’un antisémitisme quotidien et massif qui leur rend la vie impossible.
Certains vont dans d’autres villes de France, d’autres s’en vont inexorablement, faisant leur alya ou partant dans des pays plus paisibles pour les juifs.

On aurait aimé entendre l’avis de nos dirigeants sur le jugement de Toulouse et sur le devenir des communautés en péril.

C’est bien sûr la première demande que nous devons présenter aux autorités de la République et à tous les candidats. Pour le moment le compte n’y est pas et la saignée continue malgré les belles paroles.

Les juifs de France sont également attachés à Israël et à cet égard nous devons constater la glaciation totale des relations officielles franco-israéliennes.

Quelques exemples ?

Il a été décidé de façon implicite de boycotter toute relation gouvernementale ou présidentielle avec Israël. Le dernier ministre de l’économie et des finances à s’être rendu en Israël c’était un certain Emmanuel MACRON du temps de François HOLLANDE (il avait à cette époque tenu des propos plutôt sympathiques). Depuis lors, le premier ministre Edouard PHILIPPE a annulé son voyage prévu en Israël et le Président MACRON s’est rendu en Israël pour une commémoration de la Shoah en refusant de rencontrer NETANYAHOU et en faisant un scandale comme il n’en a jamais fait à l’étranger à l’entrée d’une église à Jérusalem.

Il n’y a plus NETANYAHOU mais le ministre des affaires étrangères LE DRIAN n’est pas en reste. Il n’a jamais mis les pieds en Israël et dit officiellement craindre que cela soit un pays d’apartheid, une accusation qui place une cible sur chaque juif de France qui devient ipso facto un soutien de l’apartheid, un raciste de la pire espèce.

Le 28 octobre le ministère des affaires étrangères toujours lui, fait un communiqué pour se dire « pleinement mobilisé » pour que le terroriste franco-palestinien Salah HAMOURI puisse rester vivre à Jérusalem.
Qui est Salah HAMOURI ? Membre du FPLP (front populaire de libération de la Palestine) , organisation reconnue terroriste par l’Union Européenne Salah HAMOURI a été emprisonné de 2005 à 2011 pour sa participation à la tentative d’assassinat du Grand Rabbin d’Israël Ovadia YOSSEF.
Cette « mobilisation » est juste scandaleuse.

Sur ces thématiques, nos autorités devraient pouvoir obtenir une meilleure compréhension d’Israël et du lien franco-israélien.

En tout cas le retour vers les urnes ne peut être en l’occurence le moment de l’alignement inconditionnel que l’on constate de la part de nos dirigeants.

Last but not least.

On a pu voir cette semaine, dans un silence de plomb, le candidat écologiste JADOT annoncer que lui élu, l’abattage rituel autrement dit la casherout, serait interdite.

Encore une menace claire et nette sur l’existence de la communauté juive de France.

Qu’ont dit nos responsables ?

Et puis allons dans le symbolique, mais cela compte, on aimerait que nos responsables honorent Georges BENSOUSSAN, historien victime du djihad judiciaire lancé par le CCIF, organisation dissoute depuis par le gouvernement pour séparatisme.

Georges BENSOUSSAN a été innocenté par la justice à la suite de poursuites islamistes auxquels s’étaient joints le parquet de Paris, la LICRA, la LDH et le MRAP. Il demeure boycotté par nombre de médias et victimes d’un ostracisme évident. BENSOUSSAN un DREYFUS moderne ?

En tout cas il mérite réhabilitation, excuses et légion d’honneur.

Voici quelques idées qui, j’espère seront reprises pour être utiles et aller au-delà des incantations de circonstance.

Je suis sûr que c’est en fonction de ces paramètres également que voteront en toute liberté nos concitoyens.

Raphaël Nisand

Chroniqueur sur Radio Judaïca

Source : https://www.tribunejuive.info/2021/10/31/raphael-nisand-non-au-vote-juif/

 

 

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Mélenchon et « la question juive » – Charlie Hebdo

À la question posée par Bruce Toussaint de savoir si Éric Zemmour est, ou pas, antisémite, Jean-Luc Mélenchon s’est lancé dans une explication oiseuse, alambiquée et totalement fausse au regard de l’histoire du judaïsme.

« Monsieur Zemmour ne doit pas être antisémite parce qu’il reproduit beaucoup de scénarios culturels : on ne change rien à la tradition, on ne bouge pas, la créolisation, mon dieu, quelle horreur ! Et tout ça, ce sont des traditions qui sont beaucoup liées au judaïsme. Ça a ses mérites d’ailleurs, ça lui a permis de survivre dans l’histoire. Donc moi je ne crois pas qu’il soit antisémite. »

Si vous ne saviez pas qu’il existait des « scénarios culturels du judaïsme », Mélenchon, lui, le sait. Et parmi ces scénarios culturels, on trouverait, explique Mélenchon, le « zemourisme », une manière de voir qui aspire à ne rien changer à la tradition, et refuse la créolisation. Je sais, c’est difficile à suivre, et pénible à lire comme à entendre, puisque ce sont les propos que le leader de la France Insoumise a tenu sur BFM le 28 octobre.

En découvrant ces mots, on songe aux « Scénarios culturels du mélenchonisme », les étranges propos qu’il tient, de loin en loin, sur les juifs. Et toujours parmi ces « scénarios culturels du Mélenchonisme », il se trouvera certainement des exégètes de la parole de Jean-Luc pour nous expliquer que cet homme est un authentique universaliste, ou bien encore qu’il n’a rien d’un antisémite. Mais peu importe ce qu’est, au fond de son âme, Monsieur Mélenchon, par rapport à la question juive. Ce qui est clair, en revanche, c’est que ces propos sont parfaitement essentialistes, et même, explicitement culturalistes. Selon ce discours, il existe une « culture juive » qui prédisposerait les juifs à être conservateurs et mixophobes, autrement dit à refuser de se mélanger.

Monsieur Mélenchon n’a rien inventé ; cette thèse est aussi vieille que l’empire romain – seulement on la pensait enterrée avec Jules César ou presque. Il y a deux mille ans, déjà, on accusait les juifs d’être arc-boutés sur leurs traditions, et de refuser de s’assimiler. Ce qui est rigolo, c’est qu’il y a un peu plus d’un demi-siècle, un historien du judaïsme antique, Cecil Roth, s’est amusé à mesurer le nombre de mariages mixtes, et de conversions, au sein de l’empire romain. Et il s’est rendu compte que les juifs s’étaient en masse fondus dans la culture majoritaire, battant en brèche ce vieux stéréotype.

On ne peut pas reprocher à Mélenchon de ne pas avoir lu Roth. On pourrait, en revanche, lui en vouloir de ne pas mesurer les conséquences de ses propos : reprendre dans sa bouche les préjugés les plus éculés formulés à l’encontre des juifs. 

Source: charliehebdo.fr 

 

 

L’Observatoire Juif de France dépose plainte contre les auteurs des tracts antisémites distribués dans les boîtes aux lettres de Romainville

Communiqué du 30 octobre 2021

Le 29 octobre 2021, l’Observatoire Juif de France (OJF) a déposé une plainte devant le Procureur de la République contre les auteurs des tracts antisémites distribués dans les boîtes aux lettres de Romainville et découverts samedi 16 octobre 2021.

Ces tracts qui prennent la forme de pages de journaux modifiés portant des inscriptions antisémites, dénonçant « le racket juif depuis 1945 », « le pouvoir juif, menace planétaire » ou encore les « banquiers juifs ripoux ». Ces tracts critiquaient également des personnalités françaises de haut rang.

Parmi les personnalités visées, une liste d’anciens ministres de gauche fichés comme juifs. Laurent Fabius, Dominique Strauss-Kahn ou encore Jean-Christophe Cambadélis. On peut ainsi lire, « Tous juifs, tous socialos ».  Sur d’autres tracts, ce sont des propos négationnistes qui sont visibles : « Aucun juif n’est mort par le gaz !!! 60 ans de bourrage de crâne et de tyrannie, réagissez !»

Ces Tags indignes constituent une provocation à la discrimination nationale raciale religieuse, d’injures publiques qui est prévu et sanctionné par les dispositions du Code pénal.

L’Observatoire Juif de France lutte contre le racisme, l’antisémitisme, le négationnisme, l’apologie du terrorisme et du nazisme.
L’Observatoire Juif de France ne laisse passer aucun dérapage et reste toujours mobilisé aux fins de traquer inlassablement les antisémites.

Le Président
René Levy