Catégorie : CRIF

Crif – Réflexions sur la dernière vague antijuive. Antisionisme radical et islamisme, par Pierre-André Taguieff | Crif – Conseil Représentatif des Institutions Juives de France

ACTU – RÉFLEXIONS SUR LA DERNIÈRE VAGUE ANTIJUIVE. ANTISIONISME RADICAL ET ISLAMISME, PAR PIERRE-ANDRÉ TAGUIEFF

Pierre-André Taguieff nous fait découvrir ce texte, destiné à paraître en décembre 2022, dans un ouvrage collectif publié en hommage à Sarah Halimi, sous la direction de Haïm Korsia et Michel Gad Wolkowicz : Celle qui murmurait à l’oreille des enfants.

Réflexions sur la dernière vague antijuive. Antisionisme radical et islamisme*, par Pierre-André Taguieff

(*Texte à paraître en décembre 2022 dans un ouvrage collectif publié en hommage à Sarah Halimi, sous la direction de Haïm Korsia et Michel Gad Wolkowicz : Celle qui murmurait à l’oreille des enfants).

 

     En France, depuis le début des années 2000, des Juifs sont assassinés en tant que juifs. Ces meurtres ne sont pas commis par des extrémistes de gauche ou de droite, mais par de jeunes musulmans, souvent des délinquants ou d’ex-délinquants, se réclamant de l’islam, qu’ils soient ou non des jihadistes en mission – comme Mohamed Merah ou Amedy Coulibaly. Rappelons le cas de Sébastien Sellam, DJ âgé de 23 ans, massacré le 20 novembre 2003 par Adel Amastaibou, qui déclare aussitôt après le meurtre : « J’ai tué un Juif ! J’irai au paradis », et précise ensuite aux policiers : « C’est Allah qui le voulait ». Rappelons le massacre commis le 19 mars 2012 dans l’école juive Ozar Hatorah de Toulouse par Mohamed Merah qui, en assassinant des enfants juifs, a déclaré vouloir « venger les enfants palestiniens ». Rappelons les quatre victimes juives de la folie meurtrière d’Amedy Coulibaly dans l’épicerie « Hyper Cacher » à Paris, le 9 janvier 2015, le tueur ayant déclaré qu’il voulait « venger ses frères musulmans », et plus précisément les « musulmans opprimés », notamment « en Palestine ». Rappelons que Sarah Halimi (65 ans) fut torturée pendant plus d’une heure dans sa chambre, puis défenestrée par l’islamiste Kobili Traoré (27 ans), d’origine malienne, dans la nuit du 3 au 4 avril 2017, à Belleville. Pendant qu’il massacrait sa victime juive à coups de poing, Traoré hurlait « Allaou akbar », traitait sa victime juive de « Sheitan » (« démon », en arabe) et récitait des sourates du Coran. Rappelons enfin l’assassinat de Mireille Knoll, âgée de 85 ans, malade et handicapée, dont le corps a été découvert chez elle, à Paris, dans la soirée du 23 mars 2018, lardé de onze coups de couteau et en partie brûlé. Le meurtrier de cette rescapée de la Shoah est encore un jeune délinquant musulman, Yacine Mihoub (28 ans), qui, selon son comparse, aurait crié « Allahou akbar » en poignardant sa victime. Il faut y voir les indices les plus récents d’un grand phénomène idéologique observable depuis les années 1960 : l’islamisation progressive des représentations et des passions antijuives à travers l’islamisation de la « cause palestinienne », érigée en « cause universelle ».

      On observe parallèlement le rôle déterminant d’Internet et des réseaux sociaux dans l’intensification, l’accessibilité croissante et la globalisation des incitations à la haine et à la violence contre les Juifs. Les prédicateurs islamistes médiatiques, tel Hassan Inquioussen, sont au premier rang dans ces opérations d’endoctrinement et de propagande. Or, face à cette flambée antijuive multiforme et persistante, la mobilisation des citoyens français a pu paraître aussi faible que timide. Alors même que d’excellents travaux universitaires et des enquêtes sérieuses ont été consacrés au phénomène, les pouvoirs publics réagissent avec un temps de retard. Tout se passe comme si, confrontée à cette vague antijuive ponctuée par des attaques terroristes, la société française ne voulait rien voir ni savoir. L’indifférence à la propagande et à la violence antijuives se rencontre notamment à l’extrême gauche et dans les milieux antiracistes qui privilégient la lutte contre « l’islamophobie » en présupposant que l’antisémitisme est une chose du passé. De nombreuses études critiques ont montré comment, avec la banalisation d’Internet entre le milieu des années 1990 et la fin des années 2000, s’est produite une grande transformation des discours de propagande structurés par des thèmes d’accusation visant les Juifs.

      Désormais, en France comme dans la plupart des démocraties occidentales, les producteurs, les entrepreneurs et les propagateurs du discours antijuif globalisé forment trois groupes relativement distincts, mais nullement clos sur eux-mêmes : l’extrême droite plurielle, l’extrême gauche anticapitaliste et la nébuleuse islamiste (Frères musulmans, salafistes, jihadistes). Des ponts sont jetés entre certaines mouvances d’extrême droite et certains courants de l’islamisme, leur ennemi commun étant un « sionisme mondial » fantasmé. Le site de l’association Égalité et réconciliation d’Alain Soral en offre une frappante illustration. Des convergences ou des alliances sont également observables entre milieux d’extrême gauche et milieux islamistes, notamment sur la base d’un antisionisme radical, niant le droit à l’existence de l’État d’Israël. En témoignent par exemple les islamo-gauchistes du Parti des Indigènes de la République, ainsi que de nombreux réseaux qui se réclament de la « pensée décoloniale ». Si le mythe du « complot sioniste mondial » est l’objet de croyance le mieux partagé par les trois principales populations antijuives, le négationnisme joue parallèlement le rôle d’un drapeau et d’un signe de ralliement pour la plupart des courants judéophobes. Mais, encore une fois, seuls des musulmans endoctrinés par des prédicateurs islamistes passent à l’acte et deviennent des tueurs de Juifs. 

      Après la Seconde Guerre mondiale et le grand massacre nazi des Juifs d’Europe, nombreux sont ceux qui ont cru que la page de l’antisémitisme était tournée. Il n’en est rien. Les trois grands mythes antijuifs, celui du complot juif mondial, celui du Juif meurtrier rituel et celui du Juif riche, reformulés de diverses manières, hantent toujours l’imaginaire social et se traduisent par la circulation de stéréotypes criminalisants dans les nouveaux discours antijuifs prenant pour cibles privilégiées Israël, le « sionisme » et les « sionistes », ces derniers étant stigmatisés comme « racistes », comploteurs, manipulateurs et sanguinaires. La métamorphose des composantes de ces mythes est toujours en cours, faisant surgir un nouveau paysage antijuif international dont l’évolution est largement due à l’importance croissante des réseaux sociaux dans le processus de formation de l’opinion ainsi que dans la transmission des représentations et des croyances. La globalisation des accusations antijuives favorise autant la circulation à grande vitesse des rumeurs, des légendes et des « fake news » que leur adaptation à divers publics, selon les objectifs des propagandistes.

      L’hostilité moderne et contemporaine envers les Juifs présuppose que ces derniers sont puissants et solidaires, que leur puissance est liée à l’argent, qu’ils forment un groupe caractérisé par son ubiquité et qu’ils exercent une influence illégitime et maléfique sur la marche du monde. C’est en tant que tels qu’ils suscitent méfiance, haine ou peur, et non pas une simple agressivité. Il faut noter cependant que, depuis environ 140 ans, quelles que soient les passions dont elles dérivent, toutes les formes de l’hostilité ou de l’aversion envers les Juifs sont caractérisées comme « antisémites », alors qu’elles devraient être qualifiées, d’une façon plus claire, d’« antijuives » ou de « judéophobes ». Ce dernier qualificatif combine les références à la haine et à la peur, sur le modèle du néologisme « xénophobe » (1903), qui signifie « hostile aux étrangers, à ce qui vient de l’étranger ». Les peurs se colorent de haine : point de « phóbos » (peur) sans « mîsos » (haine), comme dans la xénophobie ou la misoxénie faisant de l’étranger un objet de peur et de haine mêlées. Les peurs se traduisent souvent par des haines qui les fixent sur des ennemis.

      L’hostilité envers les étrangers, dite xénophobie, se compose principalement de haine et de crainte : le sens étymologique du suffixe « phobie » ne doit pas empêcher d’y comprendre la haine. Il en va de même pour l’hostilité envers les Juifs, dite judéophobie, qui se traduit par un jeu de passions dans lequel prévalent la haine et la peur, indissociables. Pour désigner cette haine mêlée de crainte dont les Juifs sont la cible, j’ai forgé le néologisme « judéomisie ». Vus par leurs ennemis, les Juifs constituent une menace contre laquelle il convient de se défendre : « Le Juif », c’est l’ennemi. Il s’ensuit qu’il est légitime de haïr les Juifs, qui sont supposés « nous » haïr. Ce mode de légitimation récurrent de la haine des Juifs constitue le premier des grands récits antijuifs, fondé sur l’accusation de « haine du genre humain », dont dérive le stéréotype de la « cruauté juive ». C’est ainsi qu’au début du IIe siècle après J.-C., Tacite impute aux Juifs une haine hostile (hostile odium) à l’endroit des autres peuples (adversus omnes).  

      Depuis plus de deux siècles, la figure répulsive par excellence du Juif est celle d’une puissance internationale criminelle qui complote contre le genre humain. On la trouve au centre des Protocoles des Sages de Sion, ce célèbre faux antijuif qui, fabriqué au début du XXe siècle, fournit une sorte de résumé de la vision conspirationniste du Juif, laquelle s’était largement diffusée durant les trente dernières années du XIXe siècle en Europe. Encore faut-il ne pas négliger le fait que les Protocoles visent deux cibles : d’une part, les francs-maçons, supposés dirigés ou manipulés par les Juifs, et, d’autre part, les « sionistes », fantasmés comme les représentants de la puissance juive internationale dont l’objectif est de dominer le monde, pour instaurer un gouvernement juif mondial. On doit souligner le fait que la première publication des Protocoles, fin août 1903, par Krouchevan, l’organisateur du pogrom de Kichinev (21 avril 1903), suivait de peu l’ouverture, le 23 août de la même année, du 6e Congrès sioniste, tenu à Bâle. Publié dans une version courte dans le journal Znamia (« Le Drapeau ») sous le titre Programme de la conquête du monde par les Juifs, le document, structuré en 22 séances, est présenté par le « traducteur » comme étant les « Protocoles des séances de l’Union [ou de l’Alliance] mondiale des francs-maçons et des Sages de Sion ». Il s’agissait de laisser entendre que le document provenait de la direction du mouvement sioniste. Il s’ensuit que les Protocoles constituent un document censé révéler les secrets des « sionistes », ces derniers, créatures chimériques, n’ayant rien à voir avec les sionistes réels qui, comme on le sait, se définissent fondamentalement par leur engagement dans le mouvement de libération du peuple juif, impliquant la création d’un État pour les Juifs. Les Protocoles constituent un texte antisioniste majeur, tant par leurs visées originelles que par leurs usages politiques ultérieurs. 

      Parmi les formes dérivées de ces récits accusatoires, qui prolifèrent notamment dans des contextes de crise sanitaire, on trouve des énoncés selon lesquels « les Juifs » auraient créé le virus du SIDA, le virus H1N1 (responsable de la grippe A) ou le coronavirus Covid-19 pour réaliser tel ou tel objectif criminel. Il en va ainsi de l’accusation, lancée le 26 février 2020 au moment de l’épidémie de coronavirus, par un « analyste politique » irakien, Muhammad Sadeq al-Hashemi : « Le coronavirus est un complot juif américain financé par Rothschild pour réduire la population mondiale. » Il y a là une condensation de quatre stéréotypes antijuifs majeurs : les Juifs sont riches, puissants, conspirateurs et criminels. Ils sont capables de créer et de propager un « tueur de masse » tel qu’un virus.

      En France comme dans d’autres démocraties occidentales, nombreux sont ceux, parmi les élites intellectuelles et politiques, le regard fixé autant sur l’« islamophobie » que sur les nouvelles mobilisations nationalistes dites « d’extrême droite » ou « populistes », ont largement ignoré, négligé ou sous-estimé l’islamisme radical, en même temps qu’ils détournaient le regard de la dernière vague antijuive qui, commencée à l’automne 2000, est portée principalement par la propagande islamiste et ses relais politico-culturels. Ce qui fait écran, c’est l’idée fausse selon laquelle la haine des Juifs serait exclusivement fixée à « l’extrême droite » (néofasciste, néonazie, etc.) ou localisée dans les milieux « réactionnaires », par exemple chez les catholiques traditionalistes, ou encore dans les mouvances nationalistes.

      Depuis les années 1950, dans la période postnazie, on a donc assisté à la lente réinvention d’une vision antijuive du monde. La rediabolisation des Juifs s’est opérée principalement sur la base de la diabolisation d’Israël et du « sionisme », fantasmé comme « sionisme mondial », puissance occulte censée diriger la marche du monde. Cette diabolisation complotiste est diffusée par un grand récit qui se présente comme un savoir qui éclaire et qui sauve, c’est-à-dire une gnose. Chez les Modernes, cette gnose consiste à offrir une nouvelle clé de l’histoire. L’antisionisme gnostique est au cœur ce que j’ai appelé en 1989 la « nouvelle judéophobie », et qui est aussi bien une nouvelle « judéomisie ». Cette réinvention n’est pas réductible à un recyclage des traditionnels schèmes d’accusation visant les Juifs, empruntés au corpus antijuif européen, qu’ils relèvent de la judéophobie antique, de l’antijudaïsme chrétien médiéval, de la judéophobie moderne antichrétienne (Voltaire, d’Holbach), de la judéophobie anticapitaliste (socialiste et révolutionnaire), de l’antisémitisme d’État des milieux nationalistes ou de l’antisémitisme raciste et exterminateur de type hitlérien. Elle s’opère sur de nouvelles bases idéologiques, dont certaines sont étrangères à l’héritage antijuif occidental et puisent dans la culture musulmane.

      Mais il ne faut pas sous-estimer l’importance du négationnisme tel qu’il s’est développé à partir des écrits de Maurice Bardèche et de Paul Rassinier publiés entre 1948 et 1950, avant d’être largement diffusé par Robert Faurisson à partir du milieu des années 1970. Désormais, la thématique négationniste, fondée sur le dogme de l’inexistence des chambres à gaz homicides et la négation du génocide nazi des Juifs d’Europe, joue le rôle d’un drapeau et d’un signe de ralliement pour la plupart des courants antijuifs, qu’ils soient d’extrême droite, d’ultragauche ou d’obédience islamiste. Elle permet d’accuser mensongèrement les Juifs ou les « sionistes » de mensonge.  

      S’il est vrai que les passions antijuives se sont mondialisées, c’est avant tout parce qu’elles se sont islamisées. Avec cette transformation, impliquant une refonte doctrinale en même temps qu’un déplacement du principal foyer de l’hostilité antijuive, s’est opéré un « retour à la théologie comme justification, puis comme source de la haine des Juifs », comme l’a noté l’historienne Rivka Yadlin. Il s’agit désormais d’une théologie non plus chrétienne mais musulmane. Pour comprendre la récente vague judéophobe mondiale, il faut commencer par reconnaître cette matrice théologico-politique islamique. C’est principalement sur cette nouvelle base politico-culturelle que s’accomplit et se légitime désormais la démonisation des Juifs.

      À l’islamisation de la judéophobie s’ajoutent la criminalisation des « sionistes », voire leur nazification, et le retournement contre les Juifs de la rhétorique antiraciste. Dans et par la propagande « antisioniste », l’État d’Israël est diabolisé en tant qu’« État d’apartheid » ou « raciste » et l’amalgame polémique « sionisme = racisme » est devenu un lieu commun. L’antisionisme radical représente la plus récente forme historique prise par la haine des Juifs. Son objectif est de légitimer la destruction d’Israël C’est ainsi que la haine idéologisée envers les Juifs a été globalisée. Mais il faut souligner la spécificité de l’antisionisme radical : l’État d’Israël est critiqué et condamné non pas pour ce qu’il fait, mais pour ce qu’il est. C’est la définition même du racisme. Il faut donc combattre l’antisionisme radical comme une forme de racisme, d’autant plus redoutable qu’elle n’est pas reconnue d’une façon consensuelle.

       Contrairement à une idée reçue, la haine antijuive qui explose dans les réseaux sociaux – qu’il faudrait dire asociaux, voire antisociaux – ne dérive pas de la simple intolérance, attitude ethnocentrique universellement observable. Elle est inséparable d’une passion d’accuser, de dénigrer, de salir et de diaboliser qui confine au délire, et prend la figure d’un récit mythologique d’inspiration complotiste, qui constitue une nouvelle démonologie. Elle possède donc une dimension pathologique. La haine attire et attise la haine, elle est pour ainsi dire contagieuse. Encore faut-il ne pas oublier les représentations et les croyances associées, qui se propagent selon divers mécanismes mis en évidence par la psychologie sociale. D’abord les cascades informationnelles, fondées sur la propension des individus humains à prendre en compte ce que disent ou font les autres, ce qui favorise le ralliement à l’opinion majoritaire. Les initiateurs d’un message attractif sont suivis par une série indéfinie d’imitateurs qui le propagent. Ensuite, la polarisation de groupe, fondée sur la radicalisation ou l’extrémisation des opinions au sein d’un groupe de discussion. À ces mécanismes s’ajoutent divers biais cognitifs, à commencer par le biais de confirmation d’hypothèse et celui de disponibilité, le premier nous incitant à chercher ou retenir les informations confirmant nos convictions et à écarter les autres, le second consistant à privilégier et à surestimer les informations immédiatement disponibles à la mémoire, à s’en tenir aux faits qui nous viennent le plus facilement à l’esprit ou aux données qui circulent sur les réseaux sociaux que nous fréquentons habituellement.

      Derrière les dénonciations et les accusations qui se répandent par un effet « boule de neige », et qui se présentent souvent sous les couleurs de la critique des « vérités officielles » et de la démystification, on discerne une totale indifférence à la vérité des faits et une passion du faux, voire un goût du mensonge. Le relativisme cognitif autorise ce mélange du vrai et faux qui, selon le mot de Paul Valéry, est « pire le faux ». Au sein du cyberespace, on observe en même temps un auto-accroissement des passions négatives, faisant du village global un espace de guerre civile discursive sans frontières intérieures. En témoigne cette montée aux extrêmes qu’on rencontre dans les échanges sur Internet : sur Twitter notamment, les propos diffamatoires, les dénonciations calomnieuses, les injures et les menaces se reproduisent à l’infini, comme par l’effet d’une rivalité mimétique suscitant un mutuel renforcement. Cette synergie dans l’expression de la haine et de la volonté de nuire suscite quelque chose comme une incitation permanente à la violence.

      Depuis la fin du XXe siècle, les Juifs sont traités une nouvelle fois, sur des bases idéologiques et rhétoriques en partie inédites, comme des ennemis du genre humain auxquels on tend à imputer les événements jugés négatifs. Face à ces accusations mensongères diffusées par divers canaux de propagande, il importe de ne pas baisser la garde, en dénonçant l’indifférence et la fuite dans le confort idéologique offert par les « rassuristes » de toute obédience, qui ne cessent d’affirmer que les passions antijuives ne sont plus que des survivances vouées à une prochaine disparition. Comme l’a noté René Girard, « vouloir rassurer, c’est toujours contribuer au pire ». Certes, l’indignation morale ne suffit pas, mais elle doit accompagner le nécessaire travail d’analyse critique de la dernière vague antijuive alimentée autant par les divers courants de l’islamisme que par les mouvances d’extrême gauche professant un antisionisme démonologique et éradicateur. Sans une forte impulsion morale, la pensée critique peut convaincre une poignée d’intellectuels mais non pas mobiliser les esprits et les inciter à s’engager dans un combat aussi difficile qu’incertain. 

 

 

Dans son ouvrageL’Antisémitisme, collection Que sais-je ?, paru en octobre 2022, Pierre-André Taguieff, fait le tour de toutes les judéophobies pour montrer en quoi elles se fondent sur des rationalisations a posteriori destinées à légitimer des aversions, des peurs et des passions injustifiables.

1666143078-9782715413146-v100

 

Pierre-André Taguieff, philosophe, politiste et historien des idées, directeur de recherche au CNRS, est l’auteur de plus d’une cinquantaine d’ouvrages. Derniers livres publiés sur la question : L’islamisme et nous. Penser l’ennemi imprévu, Paris, CNRS Éditions, 2017 ; Judéophobie, la dernière vague, Paris, Fayard, 2018 ; Criminaliser les Juifs. Le mythe du « meurtre rituel » et ses avatars (antijudaïsme, antisémitisme, antisionisme), Paris, Hermann, 2020 ; Hitler, les Protocoles des Sages de Sion et Mein Kampf. Antisémitisme apocalyptique et conspirationnisme, Paris, PUF / Humensis, 2020 ; Liaisons dangereuses : islamo-nazisme, islamo-gauchisme, Paris, Hermann, 2021 ; Sortir de l’antisémitisme ? Le philosémitisme en question, Paris, Odile Jacob, 2022 ; L’Antisémitisme, 2e édition revue, Paris, Que sais-je ? / Humensis, 2022.
Source : http://www.crif.org/fr/content/actu-reflexions-sur-la-derniere-vague-antijuive-antisionisme-radical-et-islamisme-par-taguieff

————————————————————————

 

L’Observatoire Juif de France a besoin de vous.

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Crif/Vel d’Hiv – Discours de Philippe Labro, fils de Justes parmi les Nations à la cérémonie nationale d’hommage | Crif – Conseil Représentatif des Institutions Juives de France

La cérémonie nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites et d’hommage aux Justes de France, commémorant la rafle du Vel d’Hiv, a eu lieu dimanche 17 juillet 2022, en présence de Madame la Première ministre, Elisabeth Borne. Philippe Labro, fils de Justes parmi les Nations, a prononcé un discours fort à la cérémonie nationale d’hommage. Le voici.
 
Discours de Philippe Labro, fils de Justes parmi les Nations à la cérémonie nationale d’hommage

Madame la Première Ministre, Mesdames et Messieurs les Ministres, Madame la Maire, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Mesdames et Messieurs les Présidents et Présidentes et représentants des différentes obédiences et organisations, cher Serge, chère Beate, chère Madame Arlette Testyler.

Un sentiment mélangé d’émotion et de fierté me saisit en ce jour bouleversant de commémoration, fierté qu’il m’ait été proposé par Yad Vashem de narrer l’histoire de mon père et ma mère honorés comme « Justes parmi les Nations ». Fierté et humilité car leur histoire n’est pas singulière, elle symbolise « ce réseau informel de bonté et compassion », termes évoqués par Jacques Chirac lorsque les Justes sont entrés au Panthéon, il y a 15 ans.

C’est une histoire de solidarité, de courage et d’amour.

À Montauban, dans une grande maison entourée de jardins sur les hauteurs de la ville, où il s’est installé avec sa femme, Henriette et ses 4 garçons, début 40, mon père reçoit un appel. Quand il était conseil juridique à Paris, avant l’exode, il avait, entre autres relations, celle d’un français juif, Norbert. Celui-ci l’appelle depuis Paris : « Je me réfugie à Biarritz, je m’enfuis, je m’enfuis !, pouvez- vous m’héberger quelques temps ? » « Bien sûr », répond mon père. Norbert va rester quelques jours chez nous. En partant, il dit à mon père : « Puis-je vous recommander quelques amis ? ». « Bien sûr », répond à nouveau ce dernier. Et c’est ainsi qu’un bouche à oreille démarre, et les « quelques amis » vont arriver, et désormais, cela ne s’arrêtera plus. On les héberge, certains restent longtemps. Les enfants, nous étions 4 garçons, constatent qu’il y a beaucoup de jardiniers dans le jardin et des hommes qui n’ont pas tout à fait l’usage complet du français, l’un d’entre eux, en particulier, Monsieur Germain. Il y a aussi une jeune femme, Dora. Elle va devenir comme une sœur pour ma mère. Dora est née Kummer. Elle fournira plus tard un document dont j’ai conservé l’essentiel : « Dans la maison de Monsieur Labro, a-t-elle écrit, on était toujours prêt à abriter les israélites traqués par la police. J’ai amené une nuit la petite Edith Kanfer, 13 ans, dont les parents réfugiés d’Autriche étaient poursuivis. Monsieur Labro a gardé la jeune Kanfer pendant plus d’un an, la traitant comme l’une de ses propres enfants. Il a accueilli toute la famille Abramovici, recueilli Madame Jeannette Grumbach en la faisant passer pour sa gouvernante, facilité l’évasion de Monsieur Kraus, ingénieur, également hébergé Monsieur Horowitz, originaire de Pologne, dont la femme avait été arrêtée la veille par la Gestapo.» D’autres exemples suivent – nombreux.

Nous, les enfants, 4 petits garçons, n’étions évidemment pas au courant de tout cela. Ce n’est que beaucoup plus tard que j’ai compris comment, à partir d’une simple requête d’un simple ami que mes parents sont devenus les acteurs de ce geste de soutien qui vit alors naître et se développer une sorte de petit réseau utilisant les deux fermes possédées par mon père pour procéder à trois opérations. Un : recevoir et héberger les Juifs dans la maison elle- même. Deux : les exfiltrer ensuite vers les fermes plus éloignées dans la campagne pour que, Trois : ils partent pour les Pyrénées, munis de faux papiers. Certains d’entre eux demeurèrent dans les fermes, certains même pendant toute l’Occupation. Tant que la zone française est libre, le système se déroule sans trop de difficultés, mais avec la discrétion et le secret nécessaires, car les délateurs ne manquent pas en ville, les collabos. Lorsque les nazis occupent toute la France et que la division SS Das Reich investit Montauban, tout change. Le danger est plus constant, le risque plus grand, cela ne freine pas la chaîne de solidarité dont mon père et ma mère sont le rouage   principal   et   la   maison,   une   sorte   de   carrefour   des « visiteurs ». Nous les appelions ainsi : « les visiteurs ». Je me souviens encore de ces « visiteurs ». J’entends encore le bégaiement de Judith que la tombée de la nuit terrifiait. Je revois le visage hanté de Jeannette et puis celui de ce Monsieur Germain qui était, d’une certaine manière, le jardinier en chef. Monsieur Germain prenait un vélo pour chercher des engrais. Un jour, les garçons, pour s’amuser, pour faire les imbéciles, avons poussé l’arrière du vélo en criant : « Monsieur Germain ! Monsieur Germain ! ». Ceci, en pleine avenue de Beausoleil, hors de la propriété et à l’écoute des voisins. Mon père, prévenu de cette brèche de confidence, nous convoque dans son bureau, au milieu des livres, face au buste de Voltaire. Et là, il nous dit tout. Il identifie Monsieur Germain, il s’appelle Monsieur Bloch. Il nous informe de ce que lui et ma mère ont entrepris. Il nous apprend qui sont les nazis, ce qu’ils font. Leur machine à exterminer. Il nous apprend qui sont les juifs. Nous lui posons des questions. Il parle d’intolérance. L’un de nous demande : « C’est quoi l’intolérance ? » Il répond : « C’est quand des gens refusent qu’on ait une opinion contraire à la leur, ou qu’on n’ait pas la même couleur de peau qu’eux. Et quand ils sont prêts à tuer à cause de cela. Et bien, mes enfants, l’antisémitisme, c’est exactement cela. Les nazis sont prêts à tuer. Et ils tuent. » Il va administrer, pendant une heure et demie, une leçon de vertu, de valeurs, et de silence que je n’ai jamais oubliée.

Le silence, il en faudra encore plus lorsque le Sturmbannführer, commandant la place de Montauban, décide de réquisitionner le 1er étage de notre maison. Son ordonnance avait fait le tour des maisons et trouvé que la nôtre était la meilleure. C’est, selon lui, plus agréable que de vivre à la caserne, en bas, en ville. Dès lors, et cela va durer à peu près 3 à 4 mois (on est en février 1944 à 5 mois du débarquement allié), notre vie quotidienne se résume dès lors à une situation exceptionnelle, presque invraisemblable, car au premier étage, il y a l’officier nazi et son ordonnance. Au rez-de-chaussée, mon père couché sur un canapé pour tout contrôler, au milieu du couloir d’entrée. Les 4 garçons dans une seule chambre, ma mère dans la sienne. En bas, au sous-sol, dans la buanderie, une famille de juifs, les Bernard, un couple avec un petit garçon de mon âge, le petit Maurice, que je retrouverai 50 ans plus tard. Malgré la présence de l’officier nazi, nos parents vont continuer, de façon plus prudente, mais plus parcimonieuse certes, leur mission d’aide et d’exfiltration. Lorsque, devenu adulte, j’ai pu tout comprendre et me documenter, j’ai écrit un livre à ce sujet. Une femme vivant en Israël, Colette Hazan, elle-même sauvée par les Justes, m’a écrit : si je recueille quelques témoignages, mes parents devraient être honorés par Yad Vashem. Ce fut le cas, en l’an 2000. Dossier numéro 9 041 dans le dictionnaire des Justes. Ce dictionnaire, je l’ai longuement parcouru et j’y ai lu d’innombrables anecdotes, récits, gestes équivalents à ceux de mes parents. Je me suis toujours posé 2 questions : mes parents avaient-ils conscience du risque qu’ils ont pris pour eux- mêmes et leurs enfants ? Deuxième question, qu’aurais-je fait à leur place ?

S’il y a 4 150 Justes, il y a, en fait, et en vérité, des milliers de Justes, voire, peut-être, un million. En effet, ce sont ceux qui n’ont pas été honorés. Les Justes honorés, c’est la partie émergée d’un iceberg. Mais chacun sait que la partie la plus importante d’un iceberg, c’est celle qu’on ne voit pas. Et bien, ce sont les concierges, les instituteurs, les curés, les médecins, les ouvriers agricoles, les employés municipaux qui fabriquaient les faux-papiers, les maitresses d’école, les passeurs à la frontière du Jura pour aller en Suisse, les paysans, les modestes citoyens qu’ils soient catholiques ou laïcs, toutes celles et ceux jamais recensés qui ont fait un petit ou un grand geste respectant ainsi la phrase prononcée par Monseigneur Saliège: « Les Juifs sont des hommes, les Juifs sont des femmes, tout n’est pas permis contre eux ». (Toulouse, 23 août 1942). Les Justes ce sont tous ces êtres humains qui, d’une façon ou d’une autre, ont aidé. C’est une concierge qui dit : « Ne rentrez pas chez vous, la police arrive ». Ou un autre, un policier ? Y-en-a-t-il eu 1 ou 2 policiers conscients de l’horreur que leur préparait la Préfecture de Police de Paris sous les ordres du Gouvernement de Vichy ? – et qui dit : « Demain, il va y avoir une rafle, ne venez pas ». Il l’a dit. Ce sont tous ces anonymes dans le sud-ouest, le sud-est, la Provence, la Franche Comté, dans Paris, Lyon, et d’autres villes, qui ont formé un « tissu social complice, voire une résistance civile », pour employer les formules de Jacques Semelin, auteur d’un livre capital : « La survie des Juifs en France ».

J’ai la conviction que l’honneur fait à mes parents doit être partagé avec ces centaines de milliers de héros ordinaires qui, un jour ou l’autre, ont tendu la main. C’est à eux que je dédie cet honneur. Cher Serge, tu l’as si bien dit, en vérité, selon moi, il y avait 3 France, la France des collabos et des délateurs, oui, la France des salauds, Papon, Laval, Bousquet, et celle des inertes, des neutres ou des prudents et des peureux – sans doute la majorité, mais il y avait une autre France, celle de l’action, la décision, la générosité. Ça n’était pas la France du Chagrin et de la Pitié, c’était celle de la Bonté et du Courage. Ce sont les « Justes de l’ombre », (comme il y eut une armée des ombres) – et dont les noms n’ont jamais été gravés dans aucun marbre.

Ma mère, alors que mon père avait déjà disparu, a été honorée par Yad Vashem, à Nice, en Janvier 2001. Petite cérémonie intime, elle ne peut plus se déplacer ou presque. Devant mes enfants et mes frères, car nous voulions que nos enfants soient là, après quelques interventions des responsables régionaux de Yad Vashem – venus de Marseille, je lui demande : « Tu as quelque chose à dire ? » Elle a répondu, avec un sourire, de sa petite voix cristalline : « Oh, vous savez, ça n’était pas très difficile de faire ce qu’on a fait. On les aimait. »

On les aimait !

Amour, fierté, humilité, il nous appartient, à nos enfants, petits- enfants, et arrière-petits-enfants de Justes parmi les Nations de conserver et transmettre de telles vertus, offrir ces chances que les martyrs du Vel d’Hiv, les déportés – les victimes – les martyrs de Pithiviers – les martyrs des camps – n’ont jamais eu le droit de vivre ou de connaître.

Je vous remercie.”

Philippe Labro

http://www.crif.org/fr/content/crifvel-dhiv-discours-de-philippe-labro-fils-de-justes-parmi-les-nations-a-la-ceremonie


Vous aussi combattez l’antisémitisme et l’antisionisme avec l’Observatoire Juif de France, soutenez nous  

 

L’Observatoire Juif de France a besoin de vous.

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

INTERVIEW CRIF – “JUDAÏSME EN MOUVEMENT VEUT FAIRE VIVRE UN JUDAÏSME OUVERT, ÉGALITAIRE ET MODERNE”, JEAN-FRANÇOIS BENSAHEL & GAD WEIL

 

L’association Judaïsme En Mouvement (JEM) est née le 23 septembre 2019, suite au vote des deux plus grandes communautés juives libérales françaises : le Mouvement Juif Libéral de France (MJLF) et l’Union Libérale Israélite de France (ULIF). Quel est son objectif ? Quelles sont ses valeurs ? Entretien avec Jean-François Bensahel et Gad Weil, Co-présidents de Judaïsme En Mouvement.

Judaïsme En Mouvement (JEM) est né en septembre 2019, de la fusion du rapprochement du Mouvement Juif Libéral de France (MJLF) et de l’Union Libérale Israélite de France (ULIF Copernic). Quel est son objectif?

Jean-François Bensahel et Gad Weil : JEM veut faire vivre un judaïsme ouvert, égalitaire et moderne. Dans la tradition de Hillel et de son école qui avait disparu dans notre pays. Chacun y vient à la rencontre de sa judéité comme il l’entend, sans que personne ne juge personne. Le judaïsme est pluriel par essence ; c’est tout le contraire du monolithisme. Chacun a quelque chose à apporter, quelque chose à apprendre, et quelque chose à enseigner, quelque chose à donner.

C’est le judaïsme de la majorité des Français juifs qui ne savaient pas à quelle porte frapper pour se faire entendre. Et nous leur proposons de ne pas renier les acquis de la modernité à laquelle ils sont tant attachés ainsi que leur attachement à la France. Il est en effet vital de renouer les liens distendus entre la France et sa composante juive. Comme d’entretenir l’ahavat Israël.

 

Quels messages et quelles valeurs souhaitez-vous véhiculer ?

Jean-François Bensahel et Gad Weil : JEM défend un judaïsme qui se tient aux avant-postes de la modernité, de l’égalité des sexes, du combat pour les droits de l’homme et pour les valeurs de la République. Nous croyons fermement que le judaïsme n’est pas figé et ne l’a jamais été, c’est pourquoi nous nous attachons sans cesse à confronter les sagesses du passé aux réalités du temps présent, en cherchant toujours leur point d’harmonie.

En hébreu il est question de nos textes comme d’une Torat Hayim : un enseignement de vie. Dans ce sens, fidèles à l’enseignement de nos Sages, nous nous efforçons de toujours trouver en eux un enseignement nouveau et de nous demander comment des textes millénaires continuent de nous parler. Cette obstination parfois paradoxale à se renouveler autant qu’à se transmettre est au cœur de l’essence de JEM.

 

Quels sont les projets en cours et à venir de JEM ?

Jean-François Bensahel et Gad Weil : Malgré le contexte difficile lié à la situation sanitaire, JEM fourmille de projets pour 2021. Nous souhaitons poursuivre notre croissance. Des communautés qui se reconnaissent dans nos valeurs vont nous rejoindre, à Paris et en province.

Nous voulons également toucher des familles éloignées géographiquement de Paris à travers tout le contenu que nous offrons en ligne. Depuis le premier confinement, nous proposons une grande partie de nos activités à distance. Nous allons continuer dans cette direction, avec l’objectif de construire une véritable synagogue digitale, proposant des offices, mais aussi des cours et des activités culturelles en streaming. Nous voulons permettre à chacun, où qu’il se trouve, de rester connecté à sa judéité. Et d’agir en juif.

Nous n’oublions pas le « présentiel » pour autant : nous sommes impatients de pouvoir rouvrir à 100% nos lieux de culte, que nous concevons comme des lieux de vie à part entière, où l’on vient pour prier mais aussi pour se rencontrer, apprendre, échanger.

 

Que proposez-vous pour la jeunesse ?

Jean-François Bensahel et Gad Weil : Nous nous attachons tout particulièrement à proposer une programmation ambitieuse pour la nouvelle génération, car c’est sur elle que repose notre avenir, et parce que ce sont nos jeunes qui pâtissent peut-être le plus terriblement de la période actuelle. Pour les aider à trouver leur place dans ce monde de plus en plus complexe, JEM a mis en place le LAB : un programme qui les accompagne dans la construction de leur projet professionnel.

Nous leur proposons aussi un peu de légèreté, avec le Catskills Comedy by JEM, un tremplin pour permettre aux talents humoristiques de s’exprimer. Parce que le judaïsme, c’est aussi l’humour juif !

Enfin, nous voulons faire de JEM un lieu d’engagement pour les jeunes, à travers « l’école de la solidarité », un programme qui leur permettra de s’impliquer auprès des plus fragiles.

 

Comment concevez-vous vos relations avec le Crif ?

Jean-François Bensahel et Gad Weil : Le Crif est un acteur essentiel et incontournable du judaïsme de France et que nous aimons beaucoup. Nous partageons avec le Crif de nombreux combats, notamment la lutte contre l’antisémitisme sous toutes ses formes, et l’engagement pour la transmission de la mémoire de la Shoah. Nous partageons également un attachement profond à la République française et à ses valeurs.

JEM et le Crif ont travaillé main dans la main à plusieurs reprises, (en particulier) et très récemment à l’occasion de la commémoration des 40 ans de l’attentat de la rue Copernic, à l’automne dernier. Nous sommes très attachés à cette coopération, et avons la ferme volonté de continuer sans relâche à développer notre travail en commun.

 

Manifeste Judaïsme en Mouvement