Catégorie : COMMUNIQUE DE PRESSE

L’Observatoire Juif de France a porté plainte contre Louis Ouis

L’Observatoire Juif de France (OJF) a déposé une plainte devant le Procureur de la République contre M. Louis Ouis, auteur de posts antisémites sur VKontakte ou VK, réseau social russe.

M. Louis Ouis a posté un montage associant une photographie de Jacques Attali lié à une déclaration sur l’absence d’article prévoyant dans le traité de Maastricht la possibilité de sortie d’un Etat et surtitrée « CECI N’EST PAS UN COMPLOT JUIF ».
Il l’a ainsi commenté : « Messianisme belliqueux neuropirate… »
A droite de ce montage, figure la caricature d’un Juif portant une kippa et au visage doté d’un nez proéminent. Ce personnage, dont on ne voit que le haut du corps, se frotte les mains en signe de réjouissance.

M. Louis Ouis a ainsi commenté l’article « L’antisémitisme est tout à fait respectable » de Henry Makow : « C’est un juif, Henry Makov, qui le dit. »

Ces deux posts véhiculent des stéréotypes antisémites sur des Juifs identifiés par des caractéristiques – physiques, kippa – distinctives, et présentés comme bellicistes, maléfiques, complotistes, etc.

En outre, ils tendent à justifier l’antisémitisme, comme un acte de défense.

La plainte de l’Observatoire Juif de France (OJF) vise plusieurs griefs, dont provocation à la discrimination nationale raciale religieuse ainsi que diffamation envers particulier(s) en raison de sa race, de sa religion ou de son origine, et ce, par parole, écrit, image ou moyen de communication au public.

L’Observatoire Juif de France[1] lutte contre le racisme, l’antisémitisme, le négationnisme, l’apologie du terrorisme et du nazisme.

Des visuels sont disponibles sur demande.

                                                                                                                                                                                        Contact presse :

[1] https://observatoirejuifdefrance.fr/

 

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Communiqué : L’Observatoire Juif de France – OJF, dépose plainte à l’encontre de l’administrateur du site www.vivaeuropainfo

L’Observatoire Juif de France – OJF, dépose plainte à l’encontre de l’administrateur du site www.vivaeuropainfo et du ou des auteurs qui publient sur ce site des phrases, des vidéos et des slogans nazis et antisémites d’une rare violence.  

 L’OJF, l’Observatoire Juif de France demande que la République use de toute la puissance de l’Etat pour poursuivre et faire condamner ces individus qui confondent liberté de pensée et diffamation haineuse à l’encontre “de gens qui ne font pas partie de sa race “.

Le dénommé « Grand Monarque » fait ouvertement l’apologie d’Hitler et du nazisme.

Selon lui dans une rubrique intitulée « LES CAHIERS D’ARYANITÉ », « le juif est un ennemi mortel, il ne fait pas partie de sa race ».

L’OJF, l’Observatoire Juif de France qui a déposé plainte, condamne fermement les insultes et propos haineux de cet individu sans scrupule. Ses insultes sont une atteinte à la paix civile et incitent à la division et à la stigmatisation d’une partie de la communauté nationale.

Le Président

René Levy

Communiqué de presse : relaxe de l’Imam Mohamed Tataï jugé pour “incitation à la haine raciale”

La récente relaxe de l’Imam de Toulouse Mohamed Tataï poursuivi pour incitation à la haine raciale suscite l’indignation à triple titre.

Il aura fallu quatre ans pour statuer et juger, et pour affirmer que l’infraction n’était pas caractérisée alors que toutes les preuves de l’apologie à la haine raciale étaient réunies.

La défense de l’imam a salué le courage et la lucidité des magistrats.

Les avocats de l’imam ont laissé entendre que la justice n’a pas plié devant les tentatives de “criminalisation” de ce genre de délit, ils ont, en quelque sorte, rendu coupables les parties civiles.

L’Observatoire juif de France, partie civile, exprime son indignation et sa vive inquiétude face à une justice qui n’accepte pas certaines réalités et se réfugie, dans cette affaire en particulier, dans la pleutrerie.

Ce 21 septembre 2021, le Parquet de Toulouse a décidé de faire appel de la décision du tribunal correctionnel.

 

René Levy

Président de l’OJF

 

L’OJF COMMUNIQUE : Autocollant « Boycott Israel » à Saint Mandé. L’OJF salue la réactivité de Monsieur le Maire.

Le 13 septembre, un membre de la communauté de Saint Mandé a alerté l’Observatoire Juif de France de la présence de plusieurs autocollants «  BOYCOTT ISRAEL ETAT RACISTE » sur des lampadaires de l’avenue principale de la ville de Saint Mandé (94).

L’Observatoire Juif de France condamne avec force ces actes haineux qui tombent sous le coup de la Loi et qui tendent à se banaliser, a saisi le maire de Saint Mandé, Monsieur Julien Weil, qui a fait immédiatement retirer ces affiches et nous en a avisés.

L’OJF salue l’efficacité de Monsieur le Maire, sa volonté en tant que garant de l’équilibre Républicain, de ne pas laisser sa Ville, devenir un lieu d’affichage d’idées nauséabondes.

Par ailleurs, il a demandé à la Police Municipale de porter une attention particulière à ce sujet et de faire le nécessaire, afin que les auteurs de ces messages d’incitation à la haine soient démasqué et poursuivis

René Levy

Président

 

L’Observatoire Juif de France (OJF) partage la douleur des familles et salue la mémoire des victimes de la barbarie islamique qui a ensanglanté Paris, le 13 novembre 2015.

Paris, le 12 septembre 2021

L’Observatoire Juif de France (OJF) partage la douleur des familles et salue la mémoire des victimes de la barbarie islamique qui a ensanglanté Paris, le 13 novembre 2015.

Après une longue et pénible Instruction, le procès du dernier survivant et de ses complices de cette abominable agression contre des innocents s’est ouvert le 8 septembre 2021, au Palais de Justice de Paris.

La prévention de ce procès qui pourrait devenir le procès du siècle, vise les actes de terrorisme commis par les accusés soit en qualité d’auteur, soit en tant que complices.

L’OJF est convaincue que la Cour d’Assise de Paris prononcera des condamnations sévères surtout à l’encontre du principal accusé qui non seulement revendique ses crimes, mais appelle au Djihad en pleine audience qui ne font qu’ajouter à la douleur des parents des victimes déjà terriblement meurtris.

L’O J F est aussi pénétrée par la conviction que les assassinats commis au Stade de France, dans les brasseries et au Bataclan sont marqués par la circonstance aggravante d’antisémitisme, notamment au Bataclan.

Des éléments probants existent qui, de façon précise et circonstanciée, démontrent que les assassins, au Bataclan, ont commis leurs crimes à l’encontre des victimes lâchement exécutées, des blessés ainsi que de toutes les personnes présentes, et ont signifié à certaines victimes qu’ils les tuaient, en les qualifiant de juifs.

Le mot terrorisme dans  son acception «  Djhadiste », enferme en tout état de cause, la dimension éminente pour ses exécutants, un antisémitisme meurtrier dont ils se targuent en toute occasion.

L’Observatoire Juif de France (OJF) a demandé à un de ses Conseils de se constituer à l’audience pour que cette circonstance aggravante d’antisémitisme soit retenue par la Cour.

L’Observatoire Juif de France (OJF) en dépit des difficultés procédurales susceptibles de gêner sa démarche, souligne que ce procès serait incomplet si la Cour d’assise ignorait la face antisémite faits reprochés aux accusés.

L’Observatoire Juif de France, est à même de démontrer avec éléments probants à l’appui que ces actes et précisément la cible du Bataclan était programmée et ce depuis 2008.

C’est là le sens et la portée de sa constitution de Partie civile conformément à ses statuts.

 

 

La célébration de YOM KIPPOUR

         La célébration de YOM KIPPOUR

 Kol Nidré et Néïla

 

Rosh Hachana qui est la nouvelle année universelle s’ouvre sur un procès, pas sur un printemps nouveau, comme on pourrait le croire.

Un Tribunal incorruptible doté de juges invisibles et puissants ouvre son audience le 1er Tichri et entame la mis en accusation de l’univers : tout y passe, les astres, le néant, le ciel, les étoiles, la terre, les pierres et les montagnes, les océans et les plaines, les hommes et les femmes sans distinguer entre les races les religions, les animaux sans distinction d’espèces seront aussi appelés à comparaître.

Mais tous seront jugés selon leurs natures et selon la qualité de leurs âmes.

Le procès durera 10 jours. Au terme du dernier jour, les verdicts tomberont et chacun recevra son du :

Qui vivra et qui mourra. Qui s’épanouira et qui traversera des épreuves sévères ou bénignes.

A Néïla, l’audience sera levée, le Tribunal fermera ses portes, pour que s’écartent les portes de la joie sous la Soucca qui s’ouvre sur la nuit étoilée du pays d’Israël si possible, mais en attendant, sur tous les champs du monde :

« Tu te réjouiras dans tes fêtes et tu seras heureux » Sous le regard riant d’Achem.

Mais nous allons trop vite.

Au 1er Tichri, commence la période des « Jours terribles » (Yamim noraïm) terribles, parce que les magistrats d’en haut entrent silencieusement dans la salle d’audience, qu’eux seuls peuvent occuper toujours sous le contrôle du Juge Suprême.

Les greffiers angéliques mais pas débonnaires, empilent les dossiers devant les juges innombrables. Il en faut évidemment, beaucoup pour juger l’Univers et tout son contenu.

Dix longs jours durant, ils examineront cas par cas, genre après genre, créature après créature les dossiers d’accusation. Ces juges intègres ne feront pas de faveur au pauvre par excès de bonté ni ne donneront d’avantages aux riches pour s’attirer leurs bonnes grâces.

Ils sont impartiaux et jugent selon la Thora qui vient du ciel, la Loi sans défaut, dont les hommes ont héritée pour que le Monde d’en bas, (c’est à dire nous) connaisse que le Tsedek, la Justice est le sommet de la Morale qu’enseigne dans toutes les éternités, d’Achem qui règne dans les hauteurs.

La période est délicate et on peut même se demander pourquoi nous prions, pourquoi nous demandons pardon avec nos « sélikhot » qu’on peut traduire par les «  pardons »  puisque rien ne pourra détourner les arrêts du Ciel.

La Techouva heureusement peut renverser le cours impénétrable du procès. Ouf tout n’est pas perdu !

Nous voici au seuil du 10ème jour.

Le repas consistant est pris avant le coucher du soleil, puis les synagogues, oratoires et salles de téfila s’emplissent lentement dans les frôlements des costumes impeccables enveloppant des chemises d’une blanche pureté, que les banquettes des femmes se complètent par l’arrivées de robes et de manteaux froufroutants des grandes et des petites.

Un murmure inhabituel imprègne l’espace, il n’a pas la même résonance que celui des jours de fêtes ou de shabbat. Il est léger et évanescent.

Quelque chose de particulier se prépare que tout le monde connait mais qui surprendra tout le monde.

Tout à coup silence solennel.

Alors s’élève une voix forte qui, en araméen permet aux délinquants, aux repris de justice de prier avec nous. Cette voix quantile dans les mesures antiques, que les vœux de l’année sont annulés.

 

                                                                     KOL NIDRE

 

Cet instant unique s’appelle. Traduire « Tous les vœux »

Pourquoi tant de solennité dès les premiers instants du jour du grand pardon ?

La Thora est composée de 613 commandements, qui sont les mitsvot positives et les mitsvot négatives les (Taassé « tu feras » et les lo Taassé « tu ne feras pas ») Pourquoi devrions nous ajouter des obligations faites à soi même, alors que la Thora est complète, intègre ? Ne serait ce pas déjà la contester ? Penser et dire qu’il lui manque une catégorie, un ordre ?

La Thora organise le vœu, exige que « ce qui sort de la bouche de l’homme soit exécuté », mais elle ne l’ordonne pas.

Celui qui a fait un vœu est en état de culpabilité devant Son Créateur, tant qu’il n’a pas accompli son serment. (CF Manitou)

Pour se défaire des vœux les rabbins ont instauré une lourde procédure.

Le jour de Kippour les vœux de l’année sont défaits par cette invocation publique, reprise trois fois par trois Autorités de la Communauté (Qéhila.)

Alors on peut entamer l’Office du soir de kippour, qui se continuera le lendemain sans solution de continuité.

Les portes du Tribunal céleste s’ouvrent pour que chacun ait encore une chance de faire retour (Téchouva) et ainsi stopper les verdicts menaçants qui pèsent sur l’assemblée d’Israël.

Le lendemain en effet, l’office reprendra avec ses chants et ses prières, les vidouïés (Les confessions publiques) le rappel de nos fautes et nos demandes de les pardonner et de les excuser.

Les parashiot et les aftarots, seront lues et chantées avec une ferveur renouvelée ainsi que le rappel du service des Cohanim au Temple.

La ligature d’Isaac est un chant puissant :

Il se souvient qu’Isaac était prêt à donner son corps et son âme au Créateur, en remerciement du don de la vie qui nous est donnée gracieusement par le Maitre du Monde.

Le soir, viendra la lecture de Jonas ben Amitaï, qui narre les aventures d’un prophète sans défauts mais rétif à la Parole divine.

Cette histoire nous enseigne combien est grande la Techouva (le repentir et le retour à Sion).

La Téchouva est la grande affaire de Kippour, car elle est capable de briser les décrets du Ciel et de forcer les portes d’en Haut.

La journée est longue, le jeûne est long et fatigant, certains sommeillent, d’autres se trouvent mal.

Les femmes et les enfants arrivent dans la pénombre du soir qui tombe (avec plus de lenteur que d’habitude, semble-t-il) La Synagogue s’emplit d’un fond de plus en plus sonore, dans une fébrilité qui se répand insensiblement.

Enfin, en fin, Les officiants à bout de voix, entament la NEÏLA.

Néïla signifie fermeture, clôture, de l’Office bien sur, mais son sens réel qui est son sens ultime, contient la fin des débats diraient les juristes ; et plus, les délibérés du Tribunal d’en haut.

Les jugements sont rendus tandis que lentement les portes du ciel se referment.

On se dépêche, on prie avec encore plus d’application, pour que nos derniers chants vers LUI, s’infiltrent entre les battants du portail, avant la fermeture définitive.

Le Chofar dans cet ultime moment, vient sonner la délivrance.

Les fautes sont pardonnées serons nous inscrits dans le livre de la vie ?

On se le souhaite avec chaleur les uns aux autres,

Bien sûr qu’ACHEM nous a pardonné et nous tous sommes inscrits dans le livre de la vie.

Nous sortons dans un désordre indescriptible, les uns plient leurs taliths, les autres le déplient et couvrent la tête de la famille (c’est interdit mais on tente tout de même) pour l’ultime bénédiction des Cohanim (Birket Hacohanim) dans le son grandissant du shofar qui  scande les appels qui surgissent de la nuit des temps pour rappeler aux Juifs qu’ils ont un Dieu et à Dieu qu’il a un peuple.

Nous sortons de la mêlée, purifiés, l’âme propre et sereine vers la nouvelle année qui arrive avec ses bénédictions, tandis que l’année qui s’achève, s’enfuit avec ses malédictions.

Les juifs s’embrassent dans la nuit tendre, sous le regard riant du Dieu de bonté.

Charles Baccouche

Pour l’Observatoire Juif de France

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : IL EST PARTI LE GUIBOR, REJOINDRE LES ÉTOILES, POUR QUE SON ÂME SOIT BÉNIE À JAMAIS. QUE L’ÉTERNEL CONSOLE LES ENDEUILLÉS !

Il est parti le soldat d’Israël qui sous le regard de Dieu jamais ne dormait ni ne sommeillait pour que vive Israël. Un barbare du Hamas cruel et pleutre, l’a assassiné lâchement, par derrière, alors que lui et ses camarades avaient des ordres pour retenir leurs armes faces aux émeutes violentes du Hamas à Gaza.

L’OJF- l’Observatoire Juif de France atterré par la mort brutale de ce jeune homme qui accomplissait dans la plénitude de son âge, son devoir de citoyen, se joint à la peine de sa famille et au deuil de tout le peuple d’Israël.

Cet homme sans reproche, qui servait dans l’Armée de défense d’Israël, était un homme paisible, souriant aux siens, à son peuple et à la vie.

Il revêtait les habits de soldat, chaque année comme chacun dans ce pays béni par le Ciel et honni par nombre de Nations, toujours menacé de mort par des ennemis impitoyables.

Il est parti le fils devant sa mère inconsolable et sa famille désespérée.

Ils ont perdu un trésor irremplaçable, un diamant dont l’éclat apaisait sa famille, ses amis, son environnement et tout le pays.

Ils se sont réjouis les monstres de Gaza, ils ont distribué des bonbons les barbares qui règnent sur les gazaouis, pour fêter « l’exploit » d’un candidat au « Martyr ». Dans leur esprit, martyr signifie tuer des juifs même au prix de leur propre mort.  Ils glorifient la mort, qu’ils enseignent à leurs tout petits enfants, face aux Hébreux qui de retour sur leur Terre, dans leur pays, enseignent que la vie ne vaut rien.

Les juifs en Israël et dans le monde entier ont prié pour que ce jeune homme survive, et les médecins à son chevet, ont fait des miracles, mais la balle fut tirée à bout portant dans la tête, parce que le Hamas aime tuer des juifs à l’instar des maîtres nazis.

La colère monte en Israël devant la mansuétude dont font preuve les Autorités qui refrènent la riposte de ses soldats face à ces émeutiers assoiffés de sang juif.

Il est parti le Guibor, rejoindre les étoiles, pour que son âme soit bénie à jamais.

Que l’Eternel console les endeuillés !

D’autres comme lui, sortiront à sa place et poursuivront les ennemis du peuple d’Israël, sans fin et sans faiblesse.

                                                                         Inhumation du soldat Barel Hadaria

 

Charles BACCOUCHE

Communiqué de presse : L’observatoire Juif de France dépose plainte à l’encontre du rappeur Sadek, suite à ses Tweets à caractères antisémites.

Le rappeur Sadek dont la violence est connue tant physiquement que dans ses raps a trouvé comme cible facile de s’attaquer aux juifs.

Il publie sur son compte twitter :

“Je vais baiser Élie le sioniste soumis des enfants de sion”

 

 L’OJF, l’Observatoire Juif de France demande que la République use de toute la puissance de l’Etat pour poursuivre et faire condamner un individu qui confond liberté de pensée et diffamation haineuse à l’encontre de gens qui ne lui ont rien fait.

Ses déclarations sont sans aucun doute des propos antisémites qui versent dans le graveleux et la violence verbale qui ne peut que déboucher sur des violences physiques contre des innocents.

L’OJF, l’Observatoire Juif de France qui a déposé plainte à son encontre, condamne fermement les insultes gratuites et haineuses de cet individu sans scrupule. Ses insultes sont une atteinte à la paix civile et incitent à la division et à la stigmatisation d’une partie de la communauté nationale.

Charles BACCOUCHE

et René LEVY, Président de L’Observatoire Juif de France. (Association française LOI 1901) Email : [email protected]  (tel : 06 08 27 14 18)

Communiqué de Presse : L’Observatoire Juif de France condamne les propos à caractère nazi, proférés par une automobiliste à l’égard d’un membre de la communauté de Deuil la Barre (95).

 L’Observatoire Juif de France condamne avec la plus grande fermeté la renaissance du nazisme en France.

Un juif ne peut plus être identifié comme tel sans être insulté par des gestes et des propos antisémites et désormais par des comportements à caractère hitlérien.

L’Observatoire Juif de France se tient aux côtés des victimes, se félicite de l’arrestation de l’auteure de cet acte ignoble, qui devrait être déférée devant le Tribunal correctionnel.

L’Observatoire Juif de France se constituera partie civile en tant que de besoin, devant la juridiction répressive.

Plus que jamais l’OJF, l’Observatoire Juif de France veille pour que la sécurité civile et l’ordre public soient respectés.

 

Faire un don sécurisé en ligne