Catégorie : COMMUNIQUE DE PRESSE

Selon l’Observatoire Juif de France, les propos tenus par Jean-Luc Mélenchon, représentent une menace pour la démocratie.

L’Observatoire Juif de France n’interfère pas dans les élections, notamment pas dans celles législatives.

Force pour elle d’observer que, candidat autoproclamé de la NUPES (Nouvelle union populaire écologique et sociale) à la fonction de Premier ministre, le député Jean-Luc Mélenchon a multiplié au cours de ces dernières années des déclarations inquiétantes pour la démocratie :

 

  • Le 13 décembre 2019, il a commenté sur son blog les résultats des élections législatives au Royaume-Uni, en particulier la défaite du Parti travailliste (Labour Party) dirigé par Jeremy Corbyn : celui-ci « a passé son temps à se faire insulter et tirer dans le dos par une poignée de députés blairistes. Au lieu de riposter, il a composé. Il a du subir sans secours la grossière accusation d’antisémitisme à travers le grand rabbin d’Angleterre [Ephraim Mirvis] et les divers réseaux d’influence du Likoud (parti d’extrême droite de Netanyahou en Israël). Au lieu de riposter, il a passé son temps à s’excuser et à donner des gages. Dans les deux cas il a affiché une faiblesse qui a inquiété les secteurs populaires… Retraite à points, Europe allemande et néolibérale, capitalisme vert, génuflexion devant les ukases arrogants des communautaristes du CRIF : c’est non ».

Selon l’entourage de Jean-Luc Mélenchon, celui-ci voulait dire qu’il ne se laisserait « pas influencer par des lobbys quels qu’ils soient, financiers ou communautaristes ».

     . Le 4 juin 2022, Jeremy Corbyn a tweeté « faire campagne » à Paris avec Danielle Simonnet et Danièle Obono, candidates de la NUPES.

 

  • Le 6 juin 2021, sur France Info, Jean-Luc Mélenchon alléguait : « Vous verrez que dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, vous aurez un grave incident ou un meurtre… Nous aurons le petit personnage sorti du chapeau et l’événement gravissime, qui va une fois de plus permettre de montrer du doigt les musulmans et d’inventer une guerre civile » ;
  • Le 28 octobre 2021, le journaliste Bruce Toussaint l’a interrogé sur BFM pour savoir si Eric Zemmour était antisémite ou pas. Jean-Luc Mélenchon a répondu: « Monsieur Zemmour ne doit pas être antisémite parce qu’il reproduit beaucoup de scénarios culturels : « On ne change rien à la tradition. On ne bouge pas. La créolisation, oh, mon dieu, quelle horreur ! » Et tout ça, ce sont des traditions qui sont beaucoup liées au judaïsme. Ça a ses mérites : ça lui a permis de survivre dans l’Histoire. Donc, moi je ne crois pas qu’il soit antisémite ».

     . Le 29 octobre 2021, face à l’indignation suscitée par ses propos, le député a publié sur les réseaux sociaux le texte « ENCORE ! ANTISÉMITISME ET ZEMMOURISME : LA NAUSÉE » : « Je suis même prêt à admettre que je me suis mal exprimé puisque j’ai donné prise à des interprétations qui sont au contraire de ce que je pense ». 

 

  • Le 27 janvier 2022, sur C8, lors du débat de « Face à Baba » animé par Cyril Hanouna, le candidat LFI à l’élection présidentielle a crié à Eric Zemmour, candidat de Reconquête !, alors que les deux candidats évoquaient l’immigration : « D’accord, on a compris. A la niche ! Ah, la paix, le chien ! »

« S’il vous plaît, vous ne me parlez pas comme ça », lui a intimé Éric Zemmour.

« Je parle comme je veux », a répliqué Jean-Luc Mélenchon. 

« Vous ne me parlez pas comme à un chien. OK, Mélenchon ? », a asséné Éric Zemmour.

« Ça suffit de parler des gens comme ça ! Si vous n’êtes pas content, vous pouvez partir ! », a ordonné Jean-Luc Mélenchon.

Eric Zemmour lui a rappelé qu’il n’était pas l’organisateur du débat.

Cyril Hanouna a enfin demandé à Jean-Luc Mélenchon de « rester courtois ».

 

  • Le 30 janvier 2022, Jean-Luc Mélenchon a tweeté ses propos tenus lors de l’émission « C dans l’air » sur France 5 : « La France pourrait taper du poing sur la table et dire au gouvernement d’Israël de respecter les résolutions votées à l’ONU. À quoi bon voter s’ils ne respectent rien ? La population de Gaza endure un enfermement révoltant. Je crois toujours à la solution à 2 États. #cdanslair».

 

  • Le 4 juin 2022, lors d’un contrôle dans le XVIIIe arr. de Paris, le conducteur d’une voiture transportant trois passagers n’a pas obtempéré à un contrôle policier. Refusant d’être interpellé, il a foncé sur les policiers. Ceux-ci ont tiré sur le véhicule en blessant gravement le conducteur et une passagère qui décèdera à l’hôpital.

       . Le 4 juin 2022, Jean-Luc Mélenchon a commenté un tweet résumant ces faits : « Encore un abus de pouvoir inacceptable. La peine de mort pour un refus d’obtempérer. Le préfet approuve ? Le ministre félicite ? La honte c’est quand ? »

Placés en garde à vue, les trois agents de police ont argué de leur légitime défense. Ils ont été interrogés aussi par l’IGPN (Inspection générale de la police) et soutenus par des syndicats policiers.

     . Le 6 juin 2022, Jean-Luc Mélenchon a tweeté : « La police tue et le groupe factieux Alliance justifie les tirs et la mort pour “refus d’obtempérer”. La honte c’est quand ? ».

Ce qui a suscité un tollé. Le syndicat de police Alliance a annoncé qu’il allait porter plainte contre Jean-Luc Mélenchon. 

     . Le 7 juin 2022, sur France Inter, le député LFI a déclaré assumer « évidemment » ses propos : « Je dis que ce n’est pas normal qu’on tue quelqu’un parce qu’il refuse d’obtempérer. Il y a la loi, des punitions, des amendes. Mais pas la peine de mort ».

Les trois agents sont ressortis de garde à vue « libres de toute charge ».

La procureure de la République de Paris Laure Beccuau a confié l’enquête sur les tirs des policiers à un juge d’instruction. L’information judiciaire a été ouverte en particulier pour « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Quant au conducteur, il a été placé en garde à vue dans l’enquête ouverte pour « tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique, refus d’obtempérer aggravé par la mise en danger d’autrui, conduite malgré annulation du permis de conduire et conduite sous l’empire d’un état alcoolique et après avoir fait usage de substances classées comme stupéfiants ».

 

  • Le 8 juin 2022, Paris-Match a publié l’article « Obsédé par sa sécurité, Jean-Luc Mélenchon réclame qu’on lui crée une « safe room ». « On y découvre notamment un homme politique qui vit avec la peur d’être victime d’un fou… Il s’est ainsi constitué une petite armée: un service d’ordre national qui compte environ 300 bénévoles et un escadron de 30 personnes – les militants les plus sûrs – dirigé par Benoît Schneckenburger, ce prof de philo ceinture noire de karaté, très engagé jusqu’à la dernière campagne».

       . Le 9 juin 2022, sur CNews, interrogé sur les déclarations de Jean-Luc Mélenchon sur la police, le journaliste Eric Revel a interrogé : « Si Jean-Luc Mélenchon devient Premier ministre, qui assurera sa sécurité ? »

 

Loin d’être exhaustif, ce florilège éclaire sur le style parfois agressif du député, ses ignorances de la distinction entre les résolutions onusiennes contraignantes et celles non contraignantes, ses partis pris – occultation de l’extraordinaire « melting pot » israélien et du blocus égyptien, et son complotisme alléguant la prétendue influence des Juifs ou d’Israël dans certains évènements.

 

Quant aux déclarations sur la « police qui tue », elles sont démenties par les statistiques du ministère de l’Intérieur : sur 26 320 refus d’obtempérer en France en 2021, 201 tirs de policiers et gendarmes ont visé des véhicules refusant un contrôle, soit 0,76% des cas.

 

Ces propos peuvent peut-être s’expliquer par un souci de clientélisme électoral. Mais elles nient que « l’État se caractérise par le monopole de la violence ou de la contrainte légitime » (Max Weber). Or, ce concept politique fonde ce pouvoir spécifique de l’Etat dans notre République démocratique.

 

Enfin, de la part d’un élu de la Nation, du concepteur de la NUPES et d’un éventuel futur chef de gouvernement, ces comportements et déclarations s’avèrent inquiétants pour la France, notamment ses citoyens juifs, l’ordre public et l’unité de la Nation.

 

L’Observatoire Juif de France les condamne fermement.

 

Le Bureau

Contact Presse : 06 08 27 14 18

Email : [email protected]

 

[1] https://www.lefigaro.fr/actualite-france/nouvelles-crise-entre-melenchon-et-le-crif-20191215

L’Observatoire Juif de France salue et félicite les autorités compétentes pour la suppression des publications antisémites émises par Peter CADARACHE de son vrai nom Pierre FOUL.

L’Observatoire Juif de France avait saisi en son temps, le Procureur de la République de Paris des publications à caractère antisémite du dénommé Peter CARADACHE.

Cet individu depuis de nombreuses années déversait sa haine contre les Juifs sur Twitter et Odysee, faisait l’objet d’une surveillance étroite de la part de notre plateforme de veille sur internet.  

Nous félicitons les autorités, les diverses associations ainsi que toutes les entités militants contre l’antisémitisme d’avoir fait bloc tous ensemble afin que ces publications haineuses soient supprimées. #touscontrelantisemitisme

L’Observatoire Juif de France[1] qui lutte contre le racisme, l’antisémitisme, le négationnisme, l’apologie du terrorisme et du nazisme sera toujours là pour faire face aux attaques auxquelles la Communauté juive se doit de faire face.

Le Président,

René Levy

                                                                           [email protected]

 

[1] https://observatoirejuifdefrance.fr/

COMMUNIQUÉ de l’Observatoire Juif de France – Un vieil homme juif est assassiné

L’Observatoire Juif de France est consterné par le drame qui s’est déroulé à Lyon, et présente ses sincères condoléances à sa famille.

La presse lyonnaise rapporte : « suite à une dispute, un homme de 90 ans décède après avoir été poussé d’un balcon par GRÉGOIRE GINDRE »

« Mardi 17 mai, un homme de 90 ans est décédé dans le 9e arrondissement de Lyon, après avoir été poussé d’un balcon par l’un de ses voisins. Le nonagénaire est mort avant l’arrivée des secours. »

« Drame à Lyon la Duchère. Un homme de 90 ans est décédé après avoir été poussé d’un balcon d’un immeuble par son voisin, mardi 17 mai. La victime, habitant au deuxième étage, a pu être identifiée. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’homme est tombé d’un étage plus élevé de cet immeuble.

Un suspect âgé de 51 ans.

Selon le Progrès, la victime a succombé avant l’arrivée des secours, aux alentours de 20 heures. Un suspect de 51 ans a été placé en garde à vue, suite à une enquête de voisinage réalisée par la police. Le quinquagénaire aurait poussé du balcon l’homme de 90 ans suite à une dispute. »

La Presse traite cette affaire comme un banal fait divers, et s’empresse de souligner qu’il s’agit d’une dispute qui aurait mal tourné.

Mais, un très Vieil homme de 90 ans, juif et coiffé de sa kippa est projeté par un homme de 51 ans, en pleine force de l’âge, par-dessus un étage de l’escalier de l’immeuble ou ils résident tous les deux.

 On annonce hâtivement qu’il s’agit d’une dispute de voisinage, comment le sait-on ?  Pourquoi tant de hâte ?

Une simple dispute de voisinage est-elle la seule cause d’un acte si violent dont l’auteur savait qu’il serait fatal à sa victime ?

L’Observatoire Juif de France s’interroge sur la véritable motivation du meurtrier. Cette violence gratuite rappelle les errements qui ont ponctué la procédure dans l’affaire de la malheureuse Madame S. Halimi massacrée et défenestrée par un « irresponsable sous l’emprise du cannabis ».

Il est curieux que ce soit presque toujours un musulman qui massacre un juif en état de faiblesse (une vielle dame dans son sommeil), (une dame impotente, Mme Knoll) (un garçon seul enlevé et torturé à mort par un clan de barbares, Ilan Halimi), les coups à plusieurs contre des élèves et lycéens juifs et que l’on rechigne à nommer les choses.

L’Observatoire Juif de France est troublé et si comparaison n’est pas raison, on sombre de plus en plus dans la déraison pour éviter de découvrir l’horreur antisémite et pour se réfugier dans la moiteur d’un fait divers.

 René Lévy

Président de l’Observatoire Juif de France

Email : [email protected]

 

L’Observatoire juif de France est indigné par la « position mensongère » d’Amnesty international qui condamne systématiquement l’État d’Israël. 

BDS est une organisation créée et animée par Mr Barghouti qui a pour but réel et de son aveu même, la destruction de l’État d’Israël.

Le MAN (Mouvement pour une Alternative Non-violente) est une organisation nouvelle qui se calque sur BDS.

Amnesty international s’est orientée pour des raisons inavouées mais claires pour qui sait lire, sur la condamnation systématique de l’État d’Israël et se retrouve alliée des deux sus dites entités dont le but est seulement l’éradication d’Israël de la carte du Proche Orient sans se soucier de l’Histoire, ni du sort des juifs en cas de réalisation des espérances de ses alliés de circonstance.

Amnesty prétend avoir mené une enquête approfondie et naturellement impartiale, quant à l’apartheid d’Israël à l’encontre des Palestiniennes, elle conclue avec assurance qu’il convient que la Communauté Internationale sanctionne cet État finalement sans droit :  

« Une demande d’interdiction des démolitions illégales, le droit au retour pour les réfugiés, la fin des restrictions discriminatoires de déplacements…pour l’état d’Israël. 

Des plaidoyers à la CPI où plusieurs enquêtes sont en cours ou doivent l’être… 

Une demande aux états de jugements au titre « de la compétence universelle » c’est à dire pouvoir permettre de juger les crimes de guerre contre l’humanité.  Or en France il existe quatre verrous qui empêchent d’appliquer cette compétence universelle. … 

Une demande à L’ONU d’un embargo strict sur l’armement, des sanctions économiques ciblées pour les responsables de haut niveau et la libération immédiate de l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri »

Amnesty s’abstrait de la réalité, qu’il convient de lui rappeler :

En vertu de quelle règle légale les constructions israéliennes seraient elles illégales ? Aucun traité de paix n’est envisagé par les dits palestiniens qui effacent Israël des livres scolaires et présentent la Palestine de la mer au Jourdain.

 Le droit au retour des réfugiés ! Il s’agit là d’une construction scabreuse qui a été inventée par les pays arabes qui ont tenté par la force des armes à détruire le jeune État en 1948, puis en 1967, puis en 1973 mais défaits par Israël.

Sans jamais renoncer à cette intention d’anéantissement, les chefs arabes ont cherché d’autres voies, : Le boycott ou liste noire, les trois non de Khartoum, la création des camps de réfugiés pour des gens qui avaient été invités à fuir pour revenir plus tard dans les « wagons » arabes, (les arabes qui sont restés sont devenus citoyens israéliens) l’invention du                  

« peuple palestinien» en 1967 par Yasser Arafat. Ces inventions sont des armes en vue du même but :

La fin de l’État d’Israël.

Le retour des réfugiés est devenu un leitmotiv qui voudrait que des millions d’arabes s’installent en Israël pour précipiter sa chute.

Une demande aux états de jugements au titre « de la compétence universelle » c’est à dire pouvoir permettre de juger les crimes de guerre contre l’humanité.

Amnesty devrait avoir honte de mentir effrontément : Qui commet sans relâche des crimes contre l’Humanité ? Sinon le Hamas, le Djihâd, le Hezbollah qui sans vergogne, bombardent les villes israéliennes dans le but de faire le maximum de victimes juives.

Amnesty sait-elle que lorsque les arabes parlent des Israéliens, ils disent les JUIFS ?

 Une demande à l’ONU d’un embargo strict sur l’armement, des sanctions économiques.

L’embargo et les sanctions économiques n’ont pour unique intention que d’étouffer Israël, vu qu’il ne peut être détruit par les armes.

Amnesty sait bien tout cela, mais Amnesty se détourne de graves conflits, guerres, tueries, génocides qui ensanglantent la planète pour se focaliser quasi exclusivement sur Israël.

Amnesty rejoint les bourreaux de l’Histoire qui ont tour à tour tenté de détruire le peuple juif.

Amnesty ment, Amnesty est antijuive.  

René Lévy

Président de l’Observatoire Juif de France

Courriel : [email protected]

 

 

Un individu se disant Manu Desgranges, antisémite virulent, croyait pouvoir insulter les juifs en toute impunité. Il se plaisait à les insulter et à les diffamer, accusés de comploter contre la République.

 

Il citait des noms de personnes connues, ayant des noms à consonance juive sur sa page  YouTube nommée « Le réveil des moutons ». La Justice l’a rattrapé.

Sur YouTube, et d’autres plateformes internet, il accusait les juifs de comploter contre la République avec des commentaires orduriers.

L’Observatoire juif de France a déposé plainte le 24 février 2021, le Parquet a suivi et déclenché les poursuites qui ont fait comparaître cet individu devant le Tribunal correctionnel de Valence.

Le Tribunal correctionnel de Valence a rattrapé cet individu et l’a condamné à une amende

de 5 000 € dont 2 000 € assortie du sursis et a fait droit à la constitution de partie civile de l’O J F en lui allouant la somme de 2 500 € à titre de dommages et intérêts.

L’Observatoire Juif de France, qui ne relâche pas sa lutte contre l’antisémitisme, se déclare satisfait de la décision du Tribunal de Valence et se félicite que la Justice de la République barre la route  empruntée,  par les antisémites mais souhaite toutefois des sanctions plus sévères pour dissuader les racistes de tenir des propos haineux et leur faire savoir les risques qu’ils encourent.

 

René Lévy

Président

[email protected] 

 

L’Observatoire Juif de France dépose une nouvelle plainte à l’encontre de la Société AMAZON.

Au mois de juin 2021, Amazon sur mise en demeure de l’Observatoire Juif de France avait retiré des vêtements à connotation nazie de son site web.

Amazon s’était engagé à être d’avantage vigilant quant aux types de produits mis en vente.

L’Observatoire Juif de France s’est vu dans l’obligation de déposer une nouvelle plainte à l’encontre de la société AMAZON, car il n’a pas respecté ses engagements et plus grave encore, mis en vente sur son site web, des livres écrits par des individus déjà lourdement condamnés à diverses reprises, pour des propos antisémites et à caractère nazis.

A savoir, Dieudonné, Stephane Blet, Johan Livernette et du dénommé «  Joe Lecorbeau. »

Les racistes de tout horizon trouveront toujours l’Observatoire Juif de France sur leur route pour les débusquer et les faire comparaitre devant leurs juges pour répondre de leurs agissements.

 

 

 

                                    René Lévy

                                                                                   Président de l’Observatoire Juif de France

                                                                           Contact Presse :  Tél : 06 08 27 14 18

                                                      Email :  [email protected]

                                                                                                      

 

L’Observatoire Juif de France s’associe aux cérémonies de la « Journée du Souvenir »

– YOM  HAZIKARON  – à la mémoire des citoyens Israéliens trop nombreux morts soit sur le champ de bataille ou soit lâchement assassinés lors des attentats commis par des terroristes.

Nous avons préféré modestement traduire l’allocution prononcée lors de cette cérémonie par Monsieur Isaac Herzog, Président de l’État d’Israël.

Monsieur le Président Herzog :

Dans les cimetières, les arguments se taisent

Israël fait une pause pour se souvenir de tous ceux qui sont tombés pour défendre la nation.

La population de tout Israël s’est tenue en silence lorsque la sirène a retenti pendant une minute mardi soir à 20 heures, marquant le début de la journée de commémoration des soldats israéliens tombés au combat et des victimes d’actes hostiles.

La cérémonie principale a eu lieu sur la place du Mur occidental à Jérusalem en présence du président et du chef d’état-major.

Demain à 11 heures, une sirène commémorative retentira pendant deux minutes, après quoi les services commémoratifs d’État commenceront dans 52 cimetières militaires du pays et sur les sites commémoratifs. La cérémonie principale aura lieu au State Memorial Hall sur le Mont Herzl à Jérusalem en présence du Président, du Premier ministre et du Président de la Knesset.

Une soirée commémorative pour la communauté haredi rend hommage aux soldats tombés au combat

Pourquoi certains haredim choisissent-ils de ne pas se lever pour entendre la sirène ?

Jordan Besemhoun et Eli Kay

Perdre deux fils – un officier de la marine et un pilote de l’armée de l’air

Le président Herzog a déclaré lors de la cérémonie au Mur occidental : “Chères et bien-aimées familles, les rencontres que j’ai eues avec vous au fil des ans, et surtout ces derniers mois, sont gravées dans mon cœur. Les yeux éplorés et fatigués du père qui se languit de son fils, “dévoré par une bête sauvage” (Genèse 37:20), ne me laissent aucun répit. Les histoires de la mère, orgueil et douleur entremêlés en elle, incapable de trouver une consolation après que son fils soit tombé quelque part au loin, les bras tendus comme pour étreindre quelqu’un qui ne peut plus l’étreindre en retour. La douleur du jeune homme qui a perdu sa sœur guerrière, son héroïne et son meilleur ami. Les larmes de la jeune amoureuse dont l’âme sœur l’a quittée pour ne plus jamais revenir. Et comme eux, tant, tant d’autres – beaucoup trop nombreux – à la porte desquels le chagrin est venu frapper, bouleversant leurs mondes à jamais. Et il n’y a pas de consolation”.

“Leur déchirement est ressenti non seulement pour ceux qui ont été, mais aussi pour ceux qui ne seront plus. Pour leur absence intensément tangible, chaque jour de l’année, et pas seulement le Yom HaZikaron – le jour de commémoration des soldats tombés au combat.

“Nos fils et nos filles, qui sont tombés pour défendre notre État, ont combattu ensemble et sont tombés ensemble. Ils n’ont pas demandé, et personne ne leur a demandé, qui était de droite et qui était de gauche. Qui était religieux. Qui était laïc. Qui était juif et qui ne l’était pas. Le deuil n’a pas non plus posé ces questions, à eux ou à vous. Ils sont tombés en tant qu’Israéliens, en défendant Israël. Dans les cimetières, les disputes se taisent. Entre les pierres tombales, pas un bruit. Un silence qui exige que nous accomplissions, ensemble, leur unique souhait de mort : la résurrection d’Israël. La construction d’Israël. Unis, consolidés, responsables les uns des autres. Car nous sommes tous frères et sœurs.

“Chers amis, la famille du deuil. Citoyens d’Israël. Au cours de l’année écoulée, des dernières semaines et même des derniers jours, le chagrin et la douleur nous ont frappés à maintes reprises. Aujourd’hui encore, nos ennemis se dressent contre nous pour nous détruire par une terreur haineuse, et comme toujours, ils nous trouvent prêts et déterminés, avec une main tenant une arme et l’autre tendue dans le dialogue et la paix. C’est précisément dans ces moments déchirants, en accompagnant nos héros et héroïnes dans leur dernier voyage, avec leurs familles bien-aimées, dont la douleur devient instantanément la nôtre – c’est précisément dans ces moments que nous découvrons encore et encore la puissance pure de notre merveilleuse et merveilleuse nation, une nation qui sait surmonter tous les obstacles. Oui, nous avons une nation merveilleuse ! Notre cœur, transpercé par la douleur, ne doit pas nous faire oublier le grand voyage que nous avons entrepris. Un voyage de générations d’errance, un voyage d’espoir et d’accomplissement. Un voyage qui a culminé avec une immense fierté, avec un État exemplaire, un État pour l’existence duquel sont tombés les héros et les héroïnes des guerres d’Israël.

 

“En ces moments sacrés, je veux réconforter, remercier et embrasser, au nom du peuple d’Israël, les commandants et les soldats des Forces de défense israéliennes, de la police israélienne, du Shin Bet, du Mossad, et de toutes les agences de défense, de renseignement et de sécurité intérieure, où qu’elles se trouvent. Vous nous protégez jour et nuit, avec une férocité d’esprit, avec un sens de la mission, avec détermination et avec dévouement. Que Dieu vous protège quand vous partez et quand vous revenez, maintenant et à jamais.

Mes sœurs et frères, citoyens d’Israël. “Un chant d’ascension : Quand l’Éternel rétablit la fortune de Sion, nous étions comme des rêveurs.” Ainsi écrivait le psalmiste. Demain, à cette heure, une fois encore, nous serons tous comme des rêveurs, alors que notre drapeau national flottera au sommet de la hampe. C’est grâce à eux ! Et grâce à vous, la famille du deuil. C’est notre devoir envers ceux qui sont tombés, notre devoir envers vous, et notre devoir envers les générations futures : soutenir un État juif et démocratique fort et prospère, construit d’une mosaïque éblouissante de communautés, qui toutes ensemble constituent, dans la solidarité, une nation fière et cohésive. Vision, action et espoir.

D’ici, du haut des derniers vestiges de notre Temple, au nom de tous les citoyens d’Israël, j’adresse mes vœux pour le rétablissement des blessés, physiquement et mentalement – ceux qui, jour après jour, heure après heure, doivent faire face à des cicatrices et des plaies, même si elles sont invisibles pour les autres. D’ici, je prie pour le retour rapide de nos soldats et civils capturés et disparus, et la tâche de les ramener chez eux reste sur nos épaules. Que la mémoire des soldats israéliens tombés au combat et des victimes d’actes hostiles reste liée au lien de la vie et préservée dans le cœur de notre nation bien-aimée, de génération en génération.

 

 

 

L’Observatoire juif de France maintient :
l’attentat terroriste islamiste contre le Bataclan était antisémite et dirigé contre la France.

Nous avons attendu d’une part la fin de l’élection présidentielle et, d’autre part, l’avancement du procès sur les attentats du 13 novembre 2015, par respect pour les victimes et leurs proches et pour ne pas interférer dans ce procès, avant de publier ce communiqué.

Le 6 août 2021, l’Observatoire juif de France a publié un communiqué de presse argumentant que l’attentat terroriste islamiste contre le Bataclan était antisémite, circonstance aggravante alourdissant les peines à infliger aux assassins.

Le 15 août 2021, Arthur Dénouveaux a partagé sur Twitter ce communiqué en le commentant : « Les charognards sont de sortie, le 13 novembre devient « les attentats du Bataclan » par un groupe pro-palestinien. Une honte ». Il a persisté : « Surtout, le dossier est très complet et la thèse du choix du Bataclan pour l’antisémitisme est fausse ».

Arthur Dénouveaux se présente ainsi sur son compte Twitter : « Director Covéa Affinity & Chief Innovation Officer @MMAssurances, President @lifeforparis, Author @gallimard, alumni @Polytechnique, occasional guitarist. »

Il semble pour le moins surprenant qu’un auteur au parcours si prestigieux ait recouru, contre une association de lutte contre l’antisémitisme, au terme – « charognard » – péjoratif, diffamatoire, agressif et qualifié d’injurieux, au lieu de contre-argumenter.

Il est certain que M. Dénouveaux ne connait pas la loi, car l’Observatoire Juif de France aurait été dans son droit de déposer plainte, de demander des dommages et intérêts conséquents, ce qu’il s’est abstenu de faire par décence pour les victimes.

La vocation de l’Observatoire Juif de France est de défendre les victimes, de les assister, tous les frais de justice et autres restant à notre charge, ce qui démontre l’inanité d’accusation de « charognards » (personne qui exploite impitoyablement le malheur des autres – le Robert), (mangeurs de cadavres – le Larousse).

 En qualité de président d’une association, avant de communiquer sur la place publique, il est plus prudent de s’assurer du conseil d’un avocat, d’autant plus que M. Dénouveaux ne doit pas en manquer.

Si M. Dénouveaux avait eu la décence de se renseigner sur l’objet de notre association, il aurait constaté que son seul but est de poursuivre sans relâche en justice, les individus à l’origine d’actes antisémites, racistes, xénophobes, négationnistes, antisionistes et d’actes qualifiés de terrorisme.

L’Observatoire Juif de France explique la pertinence de la qualification « antisémite » pour qualifier cet attentat :

  • En 2008, le chef d’une « petite équipe» aux visages dissimulés par des keffiehs palestiniens a menacé devant le Bataclan : « Cela fait quatre ans que sont organisés chaque année des galas pour collecter des fonds pour l’armée israélienne… On ne veut pas que le gala ait lieu… On est des jeunes, issus de différents quartiers de la région parisienne, qui soutiennent la lutte du peuple palestinien… Le Magav, c’est une section de l’armée israélienne qui aujourd’hui commet des crimes dans la bande de Gaza, en Cisjordanie ».

Ce chef a conclu : « Le message s’adresse aux propriétaires du Bataclan qui accueillent encore une fois un gala pour soutenir l’armée israélienne, pour récolter des fonds pour le Magav… Un message clair et ferme… Vous assumerez la responsabilité de vos actes… La prochaine fois, on ne viendra pas pour parler ».

La vidéo de ResistancePalestine sur cette action est diffusée sur Youtube ;

  • En 2011, un membre de « Jaish al-Islam » (Armée de l’islam) interrogé dans les bureaux de la DCRI sur l’attentat au Caire (Egypte) le 22 février 2009 a déclaré : « Nous avions un projet d’attentat contre le Bataclan parce que les propriétaires sont juifs » (Le Point, 14 novembre 2015) ;
  • En juillet 2015, le groupe The Eagles of Death Metal avait donné un concert à Tel Aviv, malgré l’appel au boycott de l’Etat d’Israël de Roger Waters, co-fondateur du groupe Pink Floyd (The Jerusalem Post, 13 juillet 2015) ;
  • En novembre 2015, le communiqué de l’Etat islamique (ISIS) revendiquant la série d’attentats, débute par la sourate 59, verset 2 du Coran qui vise les Juifs ;
  • Le 23 novembre 2015, Marc Trévidic, ancien juge d’instruction au pôle antiterrorisme du Tribunal de Grande instance de Paris (2006-2015), a déclaré sur France Inter avoir été averti le 15 août 2015, juste avant son départ de cette section, par Reda Hame, interpellé à son retour de Syrie, qu’Abdelhamid Abaaoud lui avait demandé d’organiser « un attentat contre une salle de concert, une salle de spectacles».
  1. Trévidic a explicité auprès de Nice Matin(8 septembre 2021) : « L’objectif […] était un concert de rock, avec l‘idée de frapper une foule dense et le principe qu’un concert rock représentait la décadence, les mécréants, etc. »
  • En décembre 2015, Le Canard enchainé a révélé que « de lourdes menaces contre le Bataclan ont été ignorées pendant cinq ans ». « Elle ne s’en est pas vantée, mais depuis cinq ans, la police savait qu’un groupe terroriste avait projeté un attentat suicide contre le Bataclan. La justice, et plus précisément le pôle antiterroriste, n’en a pas davantage soufflé mot, mais elle aussi le savait».

Une Française, Dude Hoxha, a confié en 2009, aux policiers chargés de l’enquête sur l’attentat au Caire, avoir appris que son ami, Farouk Ben Abbes, projetterait « de faire exploser le Bataclan ».

Le 28 juillet 2009, Mme Hoxha a expliqué dans son journal : « Le patron est un Juif qui finance l’armée israélienne » ;

  • Le 2 février 2016, après ces révélations du palmipède, « le juge Christophe Teissier, chargé de l’enquête sur les attentats du 13 novembre 2015, s’est fait communiquer tout le dossier» de l’attentat au Caire. (Le Canard enchainé, 10 février 2016)

Il a aussi « joint une procédure portant sur un précédent projet d’attentat contre le Bataclan. Une enquête oubliée, qu’il avait lui-même ouverte en 2010 et close par un non-lieu deux ans plus tard » ; (ibid.)

  • En octobre 2016, dans son livre-enquête « Nos années de plomb – Du Caire au Bataclan : Autopsie d’un désastre» (les Editions Plein jour), Philippe Cohen-Grillet a indiqué, preuves à l’appui, que le Bataclan avait été choisi par des terroristes islamistes en raison de la judéité de ses propriétaires et de son accueil de soirées de collecte de fonds en faveur de soldats israéliens.

L’auteur avait déjà livré des éléments probants dans son article « Du Caire au Bataclan, l’enquête exclusive » (Paris-Match, 2 mars 2016) ;

  • Le 15 août 2021, M. Cohen-Grillet a commenté le twitt de M. Dénouveaux en publiant la « Note de la DCRI à la section antiterroriste du parquet de Paris en date du 6 mai 2009 ». Il a répondu à M. Dénouveaux : « Les faits sont là. Le dossier “Bataclan 1” saccagé par Teissier est accablant. Tout comme l’omniprésence des Cain, de la filière Artigat. Mais cela ne sera pas évoqué au procès. »
  1. Dénouveaux n’a pas contesté ces assertions.

Les faits sont têtus et ceux-ci n’ont jamais été contestés. Ils justifient donc que l’Observatoire Juif de France ait qualifié d’antisémite, cet attentat du Bataclan.

Une « vérité judiciaire » peut correspondre à une « vérité politique », mais pas toujours à une « vérité factuelle ».

Par respect pour toutes les victimes du terrorisme islamiste, et par souci de vérité, l’Observatoire Juif de France continuera de veiller à ce que les actes antisémites soient ainsi qualifiés, punis à ce titre, sévèrement par la justice, et mentionnés. Comme le confirme la Jurisprudence.

Les contribuables parisiens ne manqueront pas de vérifier les comptes de l’association LifeForParis, qui a bénéficié de substantielles subventions de la Ville de Paris, lorsque ceux-ci seront publiés, est de ce fait dans l’obligation de porter à la connaissance du public l’utilisation de ces fonds.

L’Observatoire Juif de France, attend des excuses de Monsieur Dénouveaux.  

Contact presse

René Lévy, président de l’OJF

[email protected]

L’Observatoire Juif de France est indigné par l’appellation falsifiant l’Histoire et délégitimante d’« Esplanade des mosquées » au lieu de « Mont du Temple » et par la diffusion de la calomnie « al-Aqsa est en danger », qui risque d’embraser les « territoires sensibles » de la République

Le 15 avril 2022, le site Internet du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a publié le communiqué de presse intitulé  «  Tensions à Jérusalem-Est » :

« De violents heurts ont lieu sur l’Esplanade des mosquées. Il est vivement recommandé d’éviter de se rendre dans la vieille ville ce vendredi 15 avril 2022, notamment aux abords de l’Esplanade des mosquées.

Il convient d’observer la plus grande vigilance lors de ses déplacements, d’éviter les rassemblements et de se tenir informé de l’évolution de la situation. »

 

Le 17 avril 2022, Hafiz Chems-eddine, Recteur de la Grande Mosquée de Paris, membre de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), a twitté :

« Je condamne l’agression des fidèles désarmés dans la #mosquée El-Aqsa et sur ses esplanades vendredi dernier par les forces israéliennes causant de très nombreux blessés. Je suis heurté par la lâche agression de ce lieu béni où le prophète SAWS a effectué son ascension aux cieux ».

On aurait espéré des propos apaisants et reflétant la réalité de la part de cette personnalité éminente et écoutée par des musulmans de France.

 

Or, ce même jour, c’est l’imam Hassan Chalghoumi qui s’est indigné à juste titre, sur i24NEWS : portant des chaussures et jouant au football dans la mosquée al-Aqsa, « ces Palestiniens ont saccagé ce lieu saint. Leur attitude est une insulte envers la religion… C’est scandaleux ».

Par ailleurs, des médias français multiplient les titres au libellé qui falsifient l’Histoire en niant le lien du lieu hiérosolymitain avec le judaïsme :

  • « A Jérusalem, affrontements sur l’esplanade des Mosquées» (TV5Monde, 15 avril 2022) ;
  • « Esplanade des Mosquées : des heurts éclatent entre Palestiniens et policiers israéliens» (France 24, 15 avril 2022) ;
  • « Tensions à Jérusalem: de nombreux blessés lors de heurts sur l’esplanade des Mosquées» (RFI, 15 avril 2022) ;
  • « Jérusalem : des heurts ont éclaté sur l’Esplanade des Mosquées» (France Info, 16 avril 2022) ;
  • « A Jérusalem, nouveaux heurts autour de l’esplanade des Mosquées» (Le Monde avec AFP, 17 avril 2022) ;
  • « À Jérusalem, au cœur des affrontements sur l’esplanade des mosquées» (Le Figaro, 17 avril 2022) ;
  • « Jérusalem : une vingtaine de blessés lors de nouveaux heurts sur l’esplanade des Mosquées» (Le Parisien avec AFP, 17 avril 2022).

 

D’une part, sur le mont du Temple, lieu le plus sacré du judaïsme, avait été construit le Temple de Jérusalem, détruit par l’empereur Titus en 70. Ne reste de cette édification que le Kotel, Mur occidental ou « Mur des Lamentations », vestige correspondant à un mur de soutènement du Temple.

Sur ce mont du Temple, se trouvent deux monuments islamiques construits par les Umayyades après la mort de Mahomet :   le  dôme du Rocher édifié de 688 à 691 et la mosquée al-Aqsa en 715.

Ainsi que l’a expliqué le géo politologue Daniel Pipes :

« Pour mieux asseoir leur prestige sur leurs territoires, les Umayyades firent une chose très astucieuse : ils construisirent une deuxième mosquée à Jérusalem, cette fois aussi sur le Mont du Temple, et la baptisèrent Al-Aqsa (al-masjid al-aqsa, la mosquée la plus éloignée). Par ce geste, les Umayyades donnèrent à la ville, rétroactivement, un rôle dans l’existence de Mahomet. Cette association entre Jérusalem et al-masjid al-aqsa s’inscrit dans une tendance générale des Musulmans à identifier les noms de lieux mentionnés dans le Coran… En dépit de toute logique (comment une mosquée bâtie près d’un siècle après la révélation coranique pouvait établir ce que le Coran entendait signifier?), comme l’écrit l’historien palestinien A. L. Tibawi, c’est la construction, après coup, d’une Mosquée Al-Aqsa qui « donna sa signification concrète aux termes figuratifs utilisés dans le Coran »… Le programme politique des Umayyades déboucha sur la sanctification islamique de Jérusalem ».

La désignation exacte du lieu s’avère donc « Mont du Temple ».

Ce n’est pas une désignation terminologique anodine. Des résolutions de l’Unesco (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) en 2016 et de l’Assemblée générale de l’ONU (Organisation des Nations unies) en 2021 ont nié la judéité du Mont du Temple en le dénommant sous son seul vocable musulman.

« Ce qui est particulièrement choquant, c’est la volonté de faire de ce lieu, comme en 2016, un site islamique, un site uniquement islamique. Le mont du Temple est aussi le lieu le plus sacré du judaïsme… Le texte de l’ONU appelle en effet à « maintenir inchangé le statu quo historique de l’esplanade des Mosquées, verbalement et en pratique » ; le texte en anglais est encore plus explicite puisqu’il utilise le nom arabe Haram Al-Sharif, « le Noble Sanctuaire », qui donne une connotation clairement religieuse, ne retenant que le nom musulman du lieu… », a analysé Jean-Dominique Durand, Président de l’Amitié judéo-chrétienne de France (AJCF) dans La Croix (13 décembre 2021).

Et Jean-Dominique Durand a poursuivi : « Il s’agit bien d’une lecture négationniste de l’histoire qui entend exclure le judaïsme – mais aussi le christianisme, car en ce lieu Jésus a prié et enseigné – pour le réserver au seul islam. On perçoit l’instrumentalisation de la religion par les États arabes ennemis d’Israël, et la manipulation de l’histoire avec pour objectif d’effacer de ce lieu crucial les mémoires juives et chrétiennes… C’est pourquoi l’Amitié judéo-chrétienne de France tient à exprimer son indignation face à une telle manœuvre. Cette indignation porte aussi sur le comportement de la France qui a voté cette résolution. Celle-ci a été acquise avec 129 voix en sa faveur ; 11 États ont voté contre, 31 se sont abstenus. La France fait partie des États qui ont soutenu la résolution ».

D’autre part, depuis au moins un siècle, des violences récurrentes surgissent sur le Mont du Temple aux cris d’« al-Aqsa est en danger ! » imputé aux Juifs, et actuellement aux Israéliens.

Au XXIe siècle, cette calomnie alliée à celle de la « judaïsation de Jérusalem » alimentent la propagande antisémite de l’Autorité palestinienne.

Et, sur la base de la calomnie « Al-Aqsa est en danger ! » (Al Aqsa is under Attack), des émeutes ont lieu, notamment durant le Ramadan, sur le mont du Temple où des terroristes islamistes palestiniens ont utilisé les lieux musulmans pour y entreposer des armes et provoquer les soldats israéliens dans une mise en scène visant à mobiliser les Arabes palestiniens, replacer la « question palestinienne » au premier plan de l’actualité diplomatique, attirer l’attention médiatique et ternir l’image de l’Etat d’Israël.

 

Ces violences occultent aussi les attentats contre des Israéliens : le 17 avril 2022, des « lanceurs de pierres palestiniens ont    attaqué  au moins 10 bus de la compagnie Egged juste à l’extérieur de la Vieille Ville, en route vers le mur Occidental, brisant des vitres et laissant plusieurs passagers blessés, dont une jeune fille de 13 ans », et des agresseurs palestiniens ont battu trois juifs ultra-orthodoxes marchant dans la Vieille Ville de Jérusalem.

L’Observatoire Juif de France invite les journalistes à relater avec honnêteté l’Histoire – ce qui éviterait des interprétations erronées -, à une plus grande rigueur terminologique, et à envisager davantage les conséquences de leurs propos.

 

René Lévy

Président de l’Observatoire Juif de France

Contact Presse : 06 08 27 14 18

Email : [email protected]

Bourbon se laisse encore aller à vomir sa haine du juif

L’Observatoire juif de France a déposé plainte le 27 avril 2022 à l’encontre de Jérôme Bourbon, directeur du journal « Rivarol », qui récidive dans son délire antisémite ; en dépit de ses nombreuses condamnations antérieures, en déclarant lors d’une Vidéo YouTube intitulée « Bourbon VS Conversano – Le Débat CHOC ! Zemmour, le sionisme et l’antisionisme, la Droite, les idées »: « Les maux que nous subissons aujourd’hui, ce n’est pas …… » Il énumère un certain nombre d’organisations pour aboutir à son habituelle conclusion : « Cassandre Fristot est radiée de l’Éducation Nationale simplement parce qu’elle brandit une pancarte où il y a quelques noms dont certains juifs, ou supposé être juif, « ce n’est pas les musulmans, ce n’est pas l’islam de France, qui est responsable…… »… « « On souffre de la République judéo maçonnique depuis 2 siècles… » « Aujourd’hui pour être agréé à droite …en quelque sorte il faut se mettre sous le pavillon juif, c’est quand même dramatique… »

L’Observatoire juif de France dont l’objet est de combattre l’antisémitisme et le retour du nazisme, a immédiatement réagi en saisissant le Parquet de Paris, aux fins de voir l’ouverture d’une enquête pénale à l’encontre de ce multirécidiviste et de son journal.

Tout au long de ce débat en Live, Jérôme Bourbon dans sa « théorie antisémite », intervient et affirme que tous les maux que traverse la France est à cause des juifs.

Cet individu semble se moquer des décisions de justice et poursuit sa logorrhée insane sans sourciller.

Nous remercions BTA pour leur collaboration dans cette affaire.

L’O J F espère que cet antisémite invétéré soit interpellé et poursuivi devant la Juridiction répressive pour répondre de ses agissements et qu’une condamnation très sévère le dissuadera à jamais.

                                                                                                                                               René Lévy

                                                                                                                                                 Président