Catégorie : COMMUNIQUE DE PRESSE

Communiqué de presse : Manifestation anti-pass Sanitaire à Metz, L’Observatoire Juif de France dénonce une « pancarte antisémite » et porte plainte

L’Observatoire Juif de France a déposé plainte contre Mme Cassandre FRISTOT qui a été identifiée comme la personne portant haut une pancarte à caractère antisémite et supposé

« Complotiste ». Cette pancarte arborée lors de la manifestation anti pass de samedi 7 août à Metz feint de s’étonner :

 « MAIS QUI !

                                           Traîtres »

(le Q portant deux signes supposés préfigurer les oreilles du diable et surmonté du nom  Rostchild.

 Ces 3 mots étant entourés des noms suivants (orthographiés comme suit) suivis de plusieurs petits points :

FABIUS               ROTSCHILD

ATTALI                                                                        SOROS

ATTAL                 MACRON                                         K. SCHWAB

VERAN                SALOMON                                       BHL

BFM DRAHI                                                                 FERGUSSON

                                                                       …

Cette personne se plaît à ranimer les vieux mensonges anti juifs qui laissaient supposer que les juifs seraient à la source des malheurs de l’humanité : Au moyen âge ils empoisonnaient les puits, au XXème siècle ils furent d’abord des traîtres, dans l’affaire Dreyfus, puis la finance internationale aux débuts du nazisme qui a mené le Monde à la catastrophe et à l’entreprise génocidaire de l’Allemagne nazie.

L’Observatoire Juif de France – l’OJF s’insurge et combat toutes les manœuvres mortifères qui se répètent de semaine en semaine, que des individus sans loi et sans culture s’emploient à diffuser dans la Société à l’encontre des juifs qui sont les citoyens intègres de la République et n’ont de leçons à recevoir de personne.

L’Observatoire Juif de France – l’OJF se satisfait d’apprendre que cette personne aurait été arrêtée et, espère qu’elle sera déférée devant la Juridiction répressive pour répondre de ses agissements et sera condamnée avec sévérité.

Charles BACCOUCHE

René LEVY

Tél : 06 08 27 14 18

COMMUNIQUE DE PRESSE  DE L’OBSERVATOIRE JUIF DE France (OJF) [1]


[1] https://observatoirejuifdefrance.fr

Association régie par la Loi du 1er juillet 1901 et le Décret du 16 août 1901

Identification W942010895

Paris, le 6 aout 2021

L’ASSOCIATION OBSERVATOIRE JUIF DE FRANCE

SE CONSTITUE PARTIE CIVILE

AU PROCES DES ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE 2015

L’OBSERVATOIRE JUIF DE France a chargé notre avocat Maître Axel METZKER de se constituer partie civile au Procès historique des attentats du 13 novembre 2015, prévu le 8 septembre 2021 au PALAIS DE JUSTICE DE PARIS[1].

L’OBSERVATOIRE JUIF DE France a un double objet social: la lutte contre l’antisémitisme : la haine des juifs et la lutte contre l’antisionisme : la haine de l’Etat d’ISRAEL.

L’OBSERVATOIRE JUIF DE France souhaite défendre son objet social en se constituant partie civile aux cotés de toutes les victimes françaises et internationales de l’ETAT ISLAMIQUE. Son président RENE LEVY « se refuse de laisser l’antisémitisme et son faux-nez qu’est l’antisionisme gangréner les valeurs de la République française ».[2]

L’OBSERVATOIRE JUIF DE France constate tout d’abord la vidéo de menaces d’un groupe cagoulé pro-palestinien venu dénoncé les propriétaires juifs du BATACLAN en 2008. Cette vidéo glaçante que l’on retrouve toujours sur internet est bien la preuve que le BATACLAN avait été menacé « en tant que salle de spectacle pro-juive et pro-sioniste ». Le chef du groupuscule déclare à la toute fin de la vidéo : « la prochaine fois, on ne viendra pas pour discuter »[3]. Les attentats du BATACLAN constituent la mise à exécution de cette menace.

L’OBERVATOIRE JUIF DE France constate le non-lieu de 2012 prononcé par la Justice FRANCAISE dans l’enquête menée contre M. FAROUK BEN ABBES, qui avait projeté l’idée d’un attentat au BATACLAN car les propriétaires étaient juifs et qu’ils recevaient régulièrement l’association française MIGDAL en l’honneur de TSAHAL et du MAGAV (la police aux frontières israéliennes).

L’OBSERVATOIRE JUIF DE France constate ensuite les propos du 13 novembre 2017 de Monsieur ALAIN MARSAUD, ancien magistrat, fondateur du PARQUET NATIONAL ANTITERRORISTE FRANCAIS lors de l’émission télévisée LE GRAND ORAL DES GRANDES GUEULES (RMC), : « Les terroristes du Bataclan disaient, avant de tuer : ‘tiens espèce de sale juif ! » ; l’ancien magistrat ajoute « on a l’antisémitisme dans le bataclan, il n’y a pas que l’hyper casher ».[4]

L’OBSERVATOIRE JUIF DE France rappelle que la Doctrine de DAECH est foncièrement antijuive, antisioniste, contre la Doctrine des Droits de l’homme de la FRANCE et des ETATS UNIS D’AMERIQUE.

L’OBSERVATOIRE JUIF DE France affirme que le BATACLAN a été choisi sciemment ce vendredi soir ; Le groupe de musique américain EAGLES OF DEATH METAL revenait d’une tournée en ISRAEL menacée par des associations antisionistes qui appelaient au BOYCOTT du groupe de musique et de la salle de spectacle.

L’OBSERVATOIRE JUIF DE France souhaite ainsi accéder à toutes les preuves d’antisémitisme dans ce dossier et dans le même temps apporter tout son soutien à toutes les victimes du terrorisme, et tout particulièrement à la jeunesse française.

MAITRE AXEL METZKER, AVOCAT DE L’OBSERVATOIRE JUIF DE France et Docteur en Droit Email : [email protected] (tel : 06 33 13 56 58) et M. RENE LEVY, PRESIDENT DE L’OBSERVATOIRE JUIF DE France. (Association française LOI 1901) Email : [email protected]  (tel : 06 08 27 14 18)


[1] https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/03/17/attentats-du-13-novembre-vingt-personnes-renvoyees-aux-assises-dont-abdeslam_6033342_1653578.html

[2] https://observatoirejuifdefrance.fr/historique/

[3] https://www.youtube.com/watch?v=-WBDanqAVLw&t=6s

[4] https://www.bing.com/videos/search?q=alain+marsaud+bataclan&&view=detail&mid=76782FB4DB16FFAFB84F76782FB4DB16FFAFB84F&&FORM=VRDGAR&ru=%2Fvideos%2Fsearch%3Fq%3Dalain%2Bmarsaud%2Bbataclan%26FORM%3DHDRSC3

Télécharger la version PDF 

COMMUNIQUE DE PRESSE DE L’OBSERVATOIRE JUIF DE FRANCE (O.J.F.) ATTENTATS 2015

 

Communiqué de presse : Israël Apartheid ! L’Observatoire Juif de France réagi

Le quotidien Libération a cru devoir lancer une Tribune exigeant Le «  démantèlement du régime d’apartheid en Israël ».

Cette tribune est un tissu de mensonges historiques, auxquels l’Observatoire Juif de France – l’OJF, apporte un total démenti.

Il est faux de parler de « Palestine historique » alors que les territoires occupés par Israël en 1967, étaient quant à la Cisjordanie, sous juridiction jordanienne y compris le grand Jérusalem-est.

La bande de Gaza était sous juridiction égyptienne.

Ces territoires ont été conquis à la suite de la guerre d’agression déclenchée en juin 1967, par le Raïs égyptien Abdel Nasser, entrainant à sa suite, la Syrie et la Jordanie dans une guerre d’anéantissement de l’Etat juif âgé de 19 ans.

Les palestiniens n’ont pas participé à cette guerre et avaient les nationalités jordanienne, syrienne et égyptienne. Il n’y a pas de Palestine historique.

Même sous l’empire ottoman cette région du Jourdain à la méditerranée s’appelait la grande Syrie et dépendait de la Sublime Porte.

Ce mensonge est la source de tous les autres qui sont commis sciemment par des « intellectuels » qui devraient connaitre leur Histoire ou retourner à leurs chères études.

En 1979, Israël a restitué le vaste désert du Sinaï à l’Egypte de Saadate, après une nouvelle guerre dite de Kippour lors de laquelle, les armées égyptienne et syrienne ont attaqué en octobre 1973, le jour ou Israël est fragilisé, dans un but encore une fois, de détruire cet Etat, décidément insupportable pour la conscience arabe de l’époque.

Un traité de paix a été signé et respecté par les deux parties, sauf que l’Egypte a résolument refusé de reprendre le contrôle de la bande de Gaza, Israël s’est retiré totalement de la bande de Gaza sur l’initiative d’Ariel Sharon, et s’est transformée en une entité rivale du Fatah et en une base de lancement de missiles contre les villes israéliennes.

En quoi les gazaouis sont-ils palestiniens ? Sauf par la grâce malsaine de quelques antijuifs s’autoproclamant « Intellectuels ».

La Syrie s’est entêtée à prolonger une situation de belligérance avec Israël qui a annexé le Golan, qui ne fut syrien que par les découpages iniques antérieurs.

La Jordanie s’est abstenue cette fois, d’entrer en guerre et le statut quo a perduré jusqu’au traité de paix, qui a acté le refus jordanien de reprendre le contrôle de la Cisjordanie alors que  la Transjordanie est la partie orientale et la Cisjordanie la partie occidentale du pays des Hachémites, octroyé par la grande Bretagne à Abdallah en compensation de la création de l’Arabie à Ibn Saoud le waabite.

Le Mont du temple est régenté encore à ce jour, par la Jordanie au travers du Wafq, c’est dire combien le royaume hachémite est impliqué.

En quoi les populations syro jordaniennes de la West Bank sont elles palestiniennes ?

Elles sont en réalité, de Gaza à Ramallah, les victimes de leurs Nations (Egypte, Jordanie) qui les ont abandonnées, même après avoir fait la paix avec l’ennemi commun.

Israël n’est pas la Puissance occupante de la Bande de Gaza qui est dirigée par une organisation mafieuse qui met la bande de Gaza en coupe réglée par la terreur. Ces mafieux trouvent leur compte dans des attaques régulières contre les civils israéliens dans l’espoir de faire de nombreux morts juifs (en arabe le mot Israël est banni pour le terme Juif).

Israël n’est pas la Puissance occupante de la Cisjordanie puisque cet espace est divisé provisoirement en trois secteurs, dont la plus grande partie se trouve sous souveraineté du Fatah dit Autorité palestinienne depuis les accords d’Oslo.

Les supposés intellectuels n’ignorent pas que c’est Arafat qui a subtilement inventé un peuple palestinien et que lui-même ( égyptien d’origine) et son successeur Abbas, ont rejeté tout accord avec Israël, dans le double discours, en anglais qui dit oui et en arabe qui dit non, (Taqyia, qui veut qu’on peut mentir aux infidèles de la vraie foi). 

Les constructions israéliennes au delà de la ligne verte se sont développées en raison du refus arabe  (les trois non de Khartoum) de l’existence même de l’Etat d’Israël en terre d’Islam.

La ligne verte est une simple ligne de cessez-le-feu qui ne désigne aucunement une frontière. Les frontières avec l’Egypte, existent depuis le traité de paix avec l’hypothèque de Gaza qui a aussi une frontière avec l’Egypte, La frontière avec la Jordanie, depuis le traité de paix, avec l’hypothèque  de la partie ouest du Jourdain avec la fictive création d’un Etat palestinien, dont les principaux intéressés ne veulent pas, si on revoit les accorde Camp David et les généreuses propositions de Rabbin qui furent rejetées par la Partie palestinienne avant même l’assassinat de ce dernier.

Les « Intellectuels » signataires de cet appel n’hésitent pas à exiger le

«  Démantèlement du régime  d’apartheid imposé par Israël »

Démantèlement signifie annihilation, destruction, anéantissement.

Israël n’est pas l’Afrique du sud qui a changé de régime, mais a conservé son territoire. Israël n’a pas de terre de rechange.

Voyez les slogans : lancés par les supports et les suppôts de la cause palestinienne, inspirés et développés par l’Autorité palestinienne : « Du Jourdain à la mer : la Palestine ».

Cet appel est sans hésitation, un appel au Génocide des juifs, car non seulement; les signataires, et Libération s’en fait bruyamment l’écho, exigent un seul Etat, mais cet Etat sera sans juifs, et aux survivants la situation de Dhimmis, sera imposée.

Là est la vérité. Il est heureux que la mentalité arabe commence à changer avec les

« Accords  d’Abraham » qui dévoilent au grand jour la duplicité des dirigeants corrompus de Ramallah et de Gaza.

Ce manifeste constitue un déni de l’Histoire par de supposés Intellectuels qui feignent de l’ignorer. Mais la vérité se fraye toujours un passage dans les broussailles des mensonges aux grand dam de leur auteurs, mais parfois hélas au prix d’immenses souffrances dont l’Europe ne s’est pas relevée.

L’Observatoire Juif de France – l’OJF demande au CSA de se saisir de cette Tribune complaisante remplie de contre vérités  et de prendre les mesures nécessaires à l’encontre de Libération, pour que la liberté de la presse ne s’analyse pas en un appel à la haine génocidaire et à la destruction d’un Etat reconnu pas la Communauté des Nations.

                                                                                   Charles BACCOUCHE

Communiqué de presse : L’observatoire Juif de France dépose plainte à l’encontre d’un dénommé “Terauo Nono” qui sévit sur la toile des élucubrations haineuses à l’encontre des « Juifs »

L’Observatoire Juif de France a pour vocation de combattre tous les individus qui se livrent à des actes racistes, antisémites ou faisant l’apologie du terrorisme et du nazisme.

Face à la montée de la haine et de l’antisémitisme sur le Net, l’Observatoire Juif de France, à du créer une cellule dédiée à l’analyse et au décryptage sur le net afin d’identifier les auteurs de telles publications.

L’Observatoire Juif de France, vient de déposer plainte auprès du Procureur de la République du Tribunal Judiciaire de Paris à l’encontre de l’individu dit « Terauo Nono ».

En effet, consécutivement à l’autorisation donnée aux vétérinaires de vacciner contre la Covid-19, « Terauo Nono » s’est autorisé une ignoble comparaison entre les juifs et les animaux. Il a également honteusement mêlé les forces de l’ordre à son antisémitisme monstrueux, en écrivant « J’espère que les flics auront l’autorisation de vous faire des tests rectaux en plus du droit qu’ils viennent d’obtenir pour vous vacciner ».

« Terauo Nono » ne s’est pas arrêté là, accusant les juifs d’avoir « évincé Jésus »,

il reprend là à son compte la vieille accusation antisémite du « peuple déicide », accusation formellement démentie par le Vatican depuis des décennies, mais réflexe antisémite malheureusement fort répandu.

L’Observatoire Juif de France ne laissera passer aucun dérapage et sera toujours mobilisé aux fins de traquer inlassablement les antisémites.

« En hommage à monsieur Axel kahn avec tout notre respect »

Article du 19 février 2019 

LES ANTISÉMITISMES

 

Je serai Place de la République à Paris ce dix-neuf février 2019, soucieux de manifester mon inquiétude de la multiplication des manifestations d’antisémitisme. Cette haine des juifs est une forme de racisme teintée dès l’origine d’animosité religieuse et renforcée par une stigmatisation sociale. Il s’est construit au fil des siècles par adjonction de couches successives d’opprobres envers les communautés juives.

Il est malaisé de parler d’antisémitisme antique. Certes, le peuple d’Israël est opprimé par les Égyptiens, les Babyloniens, les Romains, et sans doute détesté par ses ennemis, Philistins et autres. Mais rien n’indique que le sentiment d’hostilité à leur égard diffère de celui envers des communautés colonisées rebelles et des adversaires coriaces. Les juifs sont nombreux dans l’administration romaine, Saint-Paul en est un exemple.

A Rome, qui avant même la période de l’Empire se revendique une dimension universelle, le discours change par rapport aux prémices du racisme grec, celui d’Aristote qui parle des « esclaves par nature », de la vision de tous les humains qui ne parlent pas la langue grecque comme des « barbares ». Au 1er siècle avant Jésus-Christ, Cicéron écrit : “il n’est de race qui, guidée par la raison, ne puisse parvenir à la vertu“. Dans la foulée de l’impérialisme romain, les premiers siècles de la chrétienté sont exempts de racisme, car s’y trouvent combinés l’universalisme du messianisme chrétien s’exprimant dans la parole de Saint Paul et le souvenir de l’Empire romain, creuset de peuples et d’ethnies différents.

Dans l’Occident chrétien, l’antisémitisme est apparent dès le VIIe siècle : En 616, les dignitaires chrétiens réunis au concile de Paris décident d’interdire l’accès des juifs à toutes les fonctions civiles. Ils n’ont pas le droit de posséder des terres qui sont considérées comme chrétiennes, doivent porter des tenues distinctes et stigmatisantes. L’antisémitisme se teinte vite de racisme qui réapparaît et se développe plusieurs siècles avant l’apparition du concept scientifique de race.  À partir de l’an 1000, les cristallisations religieuses, l’anti-islamisme et, surtout, l’anti-judaïsme, deviennent explicitement racistes. La prise par les croisés de Jérusalem en 1099 est accompagnée d’un horrible massacre d’une communauté juive que les maitres fatimides d’Égypte laissaient en paix. Au XIIe siècle, en pleine querelle des investitures, Anaclète, l’anti-pape élu, a un ancêtre juif. La campagne virulente du camp romain contre cet anti-pape, s’appuie sur ses origines maudites souillant tout son lignage, même si ses membres sont devenus des prélats de la Sainte Eglise !

L’anti-judaïsme virulent de Saint-Louis flirte naturellement avec l’antisémitisme, (un mot qui n’apparaîtra qu’au XIXe siècle), et c’est un antisémitisme cette fois structuré qui se manifeste dans l’Espagne chrétienne, puisque les juifs convertis (les conversos) sont interdits d’accès aux fonctions publiques, au métier des armes, etc…. L’Espagne chrétienne décrète que ces individus doivent être écartés parce que l’infamie de leur père les accompagnera toujours. La notion d’hérédité d’une infériorité, d’un opprobre, qui constitue une base essentielle du racisme, est donc ici manifeste. Elle se surajoute à l’opprobre du « peuple déicide »

En Orient, c’est sans doute la conquête islamique qui introduit le premier antisémitisme. En effet, la religion juive est auparavant largement répandue de l’Arabie au Maghreb ; des populations berbères semblent s’être converties en masse au judaïsme. La Kahina, l’héroïne tunisienne de la résistance à l’invasion arabe, était sans doute de confession juive. S’il n’est pas question pour la religion musulmane de stigmatiser un « peuple déicide », les juifs n’en restent pas moins une communauté qui n’a su suivre l’enseignement du Prophète, qui y reste rétive. Les juifs sont, comme les chrétiens, des incroyants soumis à la dhimma, ils payent tribu au souverain pour rester en vie. Leur statut est juste supérieur à celui des chrétiens qui eux, circonstance aggravante, ont suivi Issa, un prophète de rang inférieur. Des pogromes marquent à l’occasion toute l’histoire des pays musulmans. Le grand médecin et talmudiste juif Maïmonide devra fuir au XIIe siècle l’Espagne des Almohades qui abolissent la dhimma, se réfugier à Fès où la persécution le rattrape. Il passera ensuite en Palestine croisée, puis en Égypte où l’islam chiite des Fatimides, puis son successeur sunnite sont plus tolérants.

Une conséquence de l’antisémitisme religieux est à partir du XVIe siècle, l’enfermement des communautés juives de Venise et d’Italie dans des ghettos aux portes closes du coucher au lever du soleil. Interdits de très nombreux métiers, toutes les activités manuelles, l’agriculture, les fonctions publiques, l’armée, il ne reste aux juifs que les métiers intellectuels (en particulier la médecine), le commerce ou les métiers financiers. L’Église catholique interdit le prêt avec intérêt entre chrétiens. Cependant les besoins monétaires des classes aisées sont considérables. Les achats qu’elles font en produits de luxe ou en équipement militaire dépassent souvent leurs disponibilités financières immédiates (les impôts seigneuriaux rentrent lentement). Les juifs peuvent alors prêter. Le plus souvent le taux des intérêts est considérable (jusqu’à plus de 40 % par an). Les emprunteurs peuvent espérer une annulation par le roi de leurs dettes ou l’expulsion des juifs, ce qui arrivera.

Cette situation sera à la base de l’apposition d’une couche supplémentaire à l’antisémitisme : la dénonciation d’une caste riche (ce qui est très loin d’être le cas de la majorité des juifs !), avare et cupide. Le « Marchand de Venise » de William Shakespeare en dresse l’image.

Ce vieil antisémitisme chrétien n’a jamais disparu. Il est le ressort des pogromes de Strasbourg, d’Allemagne, d’Europe centrale et de Russie tout au long des siècles. Le nazisme s’en saisira et y adjoindra son fanatisme anthropologique et racial. C’est celui de l’affaire Dreyfus, de Charles Mauras et de l’Action Française, du préjugé persistant de familles chrétiennes hostiles au mariage de leur enfant avec un(e) conjoint(e) juif-ve. De la difficulté à être général, professeur de neurologie ou d’atteindre certaines positions éminentes avec un nom juif. On le retrouve encore au XXIe siècle avec Alain Soral et d’autres gourous de la droite extrême qui sont suivis par des centaines de milliers de personnes sur les réseaux sociaux.

L’antisémitisme fasciste a aussi joué très tôt sur un autre ressort de l’antisémitisme, l’opposition aux riches, aux banquiers, aux ploutocrates, aux capitalistes. Le juif en redingote, les lèvres épaisses et un gros cigare dans la bouche est un must du genre. C’est cette forme d’antisémitisme qui a même contaminé parfois les milieux populaires issus de la gauche politique et syndicale. On retrouve cette veine dans les insultes du mouvement des GJ, la dénonciation de Macron – pute à juifs ; et, auparavant, dans la désolante caricature diffusée par Gérard Filoche. Là réside l’un des mécanismes d’un antisémitisme d’extrême gauche.

L’autre mécanisme en est bien entendu la situation en Palestine et la création de l’État d’Israël qui a fanatisé l’antisémitisme musulman. L’opposition à l’idéologie qui a conduit à la création de cet état, c’est-à-dire au sionisme, est partagée par de nombreux juifs, y compris des communautés très religieuses. De ce fait, l’antisionisme n’est pas en lui-même un antisémitisme. Cependant, l’antisionisme musulman s’est développé sur un soubassement d’antisémitisme religieux et est dans la réalité difficile à distinguer de ce dernier. Le terrorisme islamique s’attaque aux juifs du monde entier, à leurs écoles, à leurs lieux de culte. Il est est un antisémitisme sanglant.

Une partie de la gauche extrême s’est trouvée à partir des années soixante-dix en déshérence des classiques « damnés de la terre », ceux de la classe ouvrière en partie croissante ralliée à la droite et à l’extrême droite. Elle a donc élu pour les remplacer, au moins faire nombre, les personnes pauvres issues de l’immigration, elles-mêmes gagnées en nombre par l’antisémitisme – antisionisme nouveau. Leur lutte anticolonialiste et anti-impérialiste s’est largement portée sur la solidarité avec le peuple palestinien en butte à la conquête et à la colonisation israélienne ; avec l’appui de l’impérialisme américain. L’islamo-gauchisme est dès lors devenu plus encore sensible aux thèses et comportements antisémites.

Tous ces processus se sont manifestés dans les dérives du mouvement des gilets jaunes, enraciné dans l’extrême droite et renforcée par l’extrême gauche. La vague est inquiétante. Très inquiétante. Je serai à la République.

Axel Kahn, le mardi dix-neuf février 2019

Source : https://axelkahn.fr/les-antisemitismes/

 

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

L’imam de Toulouse, Mohamed Tataï, jugé pour incitation à la haine raciale, six mois de prison avec sursis requis.

Le dénommé TATAÏ, Imam de son état s’est permis en France, qui est un Etat de droit assurant la sécurité et l’égalité de toutes les composantes de sa population, d’éructer des prêches dans sa mosquée, d’une rare violence contre la République et appelant à tuer les juifs : « le musulman devait chercher le juif derrière chaque arbre pour le tuer ». Ce prêche a été largement diffusé sur les réseaux sociaux.

Cet individu a été poursuivi et traduit devant le Tribunal correctionnel de Toulouse.

Le délibéré a été fixé au 14 septembre 2021.

L’Observatoire Juif de France s’est constitué Partie civile à l’audience du mardi 29 juin 2021.

L’Observatoire Juif de France est surpris que le Ministère public n’ait requis qu’une peine de six mois d’emprisonnement assortie du sursis, alors qu’il y a dans les propos venimeux de cet homme de religion, qui bénéficie d’une large audience, des menaces de mort.

L’Observatoire Juif de France espère que le Tribunal ira au-delà de ces indulgentes réquisitions et infligera, une peine exemplaire à cet individu qui sème la haine au sein de la République.

L’Observatoire Juif de France se dresse avec vigueur, contre toutes les formes de racisme et d’antisémitisme qui disloquent la Société.

 

DIMANCHE 4 JUILLET 2021 HOMMAGE A LA MEMOIRE DE NOTRE AMI ET REGRETTE CLAUDE BAROUCH

L’Observatoire Juif de France appelle tous nos amis à être présents à l’occasion de l’hommage qui sera donné à la mémoire de notre regretté Claude BAROUCH Président de l’UPJF, qui nous a quitté tragiquement l’année dernière.

Cet hommage aura lieu à la synagogue Don Isaac Abravanel 84 rue de la Roquette 75011 Paris à 16h30 en présence de Monsieur Haim KORSIA Grand Rabbin de France et de Monsieur Joel MERGUI Présidnet des Consistoires.

Venez nombreux.

L’Observatoire Juif de France S’INSURGE

L’Observatoire Juif de France,  dont la vocation est de s’opposer et de combattre tous les racismes et l’antisémitisme, se range aux cotés de Monsieur Philippe Val, qui a témoigné dans le procès que Madame OBONO a intenté à Valeurs actuelles qui l’a caricaturée.

Monsieur Philippe Val est très clair, son témoignage ne se pose pas en défenseur de du magazine “Valeur Actuelles” mais en défenseur des libertés publiques qui sont un droit constitutionnel intégré dans la loi sur la presse de Juillet 1881, qui affirme le droit à la liberté d’expression, notamment celle des journalistes, de la Presse écrite et audiovisuelle.

Il déclare  « Je suis venu parce que précisément je défends un principe. Les lois contre le racisme et les lois qui protègent les libertés de la presse sont précieuses et elles sont précises. Je suis venu alors qu’on ne peut guère me soupçonner d’être un aficionado de Valeurs Actuelles, pour défendre un principe qui menace tous les journaux, c’est-à-dire mêler le droit et une morale publique qui se prétend être la meilleure (…) Le droit doit être dit, sinon demain c’est Libération, c’est L’Humanité. Demain c’est n’importe qui, qui peut être attaqué au nom de l’opinion »,  « la démocratie française, elle a commencé vraiment le jour où ont été votées les lois de 1881 ».

On peut critiquer Valeurs Actuelles pour cette caricature qui s’inscrit dans le débat démocratique, mais on ne peut pas justifier une demande de condamnation pénale, sauf à vouloir museler la presse et interdire toute expression déviante de la pensée unique.

C’es la position de l’O J F qui n’admet pas que l’on prête des positions politiques destinées à le déconsidérer ou quiconque en déformant ses propos par un procès en sorcellerie inadmissible.

L’OJF combat avec vigueur toutes les déformations de la réalité, au nom d’idéologies pernicieuses qui sapent l’unité de la République.

L’OJF suit ce procès avec attention et espère que les Magistrats diront le Droit, nécessaire à la qualité et à l’intégrité du débat politique, en ignorant les pressions de tous bords.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE :L’OBSERVATOIRE JUIF DE FRANCE DÉPOSE PLAINTE CONTRE MR DOMINIQUE DELAWARDE, GÉNÉRAL D’ARMÉE EN RETRAITE, QUI A TENU DES PROPOS ANTISÉMITES EN CETTE MI-JUIN 2021.

L’Observatoire Juif de France dépose plainte contre Mr Dominique Delawarde, général d’armée en retraite, qui a tenu des propos antisémites en cette mi-juin 2021 en insinuant que les médias sont à la solde de la Communauté juive, en insistant auprès de son interviewer (Claude Posternak) par les termes “Une Communauté que vous connaissez bien”. 

Ces propos ont été tenus sur le media Cnews. Cet ex-général était déjà coutumier de ce genre de propos sur d’autres médias.

Félicitons le professionnalisme de Mr Jean-Marc Morandini qui a pris l’initiative de demander une coupure d’antenne immédiatement.

L’enquête a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP).

L’Observatoire juif de France ne manquera pas de publier les attendus qui, nous l’espérons, seront une juste et digne réponse à ce délit.

Le président

René LEVY

06 08 27 14 18 

 

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : L’OBSERVATOIRE JUIF DE FRANCE DÉPOSE PLAINTE CONTRE MR DOMINIQUE DELAWARDE, GÉNÉRAL D’ARMÉE EN RETRAITE, QUI A TENU DES PROPOS ANTISÉMITES EN CETTE MI-JUIN 2021.

L’Observatoire Juif de France dépose plainte contre M. Dominique Delawarde, général d’armée en retraite, qui a tenu des propos antisémites en cette mi-juin 2021 en insinuant que les médias sont à la solde de la communauté juive, en insistant auprès de son interviewer (Claude Posternak) par les termes “Une communauté que vous connaissez bien”.

Ces propos ont été tenus sur le média CNEWS. Cet ex-général était déjà coutumier de ce genre de propos sur d’autres médias.

Félicitons le professionnalisme de M. Jean-Marc Morandini qui a pris l’initiative de demander une coupure d’antenne immédiatement.

L’enquête a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP).

L’Observatoire Juif de France ne manquera pas de publier les attendus qui, nous l’espérons, seront une juste et digne réponse à ce délit.

Le président

René LEVY

06 08 27 14 18 

 

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé