INTERVIEW CRIF – “JUDAÏSME EN MOUVEMENT VEUT FAIRE VIVRE UN JUDAÏSME OUVERT, ÉGALITAIRE ET MODERNE”, JEAN-FRANÇOIS BENSAHEL & GAD WEIL

 

L’association Judaïsme En Mouvement (JEM) est née le 23 septembre 2019, suite au vote des deux plus grandes communautés juives libérales françaises : le Mouvement Juif Libéral de France (MJLF) et l’Union Libérale Israélite de France (ULIF). Quel est son objectif ? Quelles sont ses valeurs ? Entretien avec Jean-François Bensahel et Gad Weil, Co-présidents de Judaïsme En Mouvement.

Judaïsme En Mouvement (JEM) est né en septembre 2019, de la fusion du rapprochement du Mouvement Juif Libéral de France (MJLF) et de l’Union Libérale Israélite de France (ULIF Copernic). Quel est son objectif?

Jean-François Bensahel et Gad Weil : JEM veut faire vivre un judaïsme ouvert, égalitaire et moderne. Dans la tradition de Hillel et de son école qui avait disparu dans notre pays. Chacun y vient à la rencontre de sa judéité comme il l’entend, sans que personne ne juge personne. Le judaïsme est pluriel par essence ; c’est tout le contraire du monolithisme. Chacun a quelque chose à apporter, quelque chose à apprendre, et quelque chose à enseigner, quelque chose à donner.

C’est le judaïsme de la majorité des Français juifs qui ne savaient pas à quelle porte frapper pour se faire entendre. Et nous leur proposons de ne pas renier les acquis de la modernité à laquelle ils sont tant attachés ainsi que leur attachement à la France. Il est en effet vital de renouer les liens distendus entre la France et sa composante juive. Comme d’entretenir l’ahavat Israël.

 

Quels messages et quelles valeurs souhaitez-vous véhiculer ?

Jean-François Bensahel et Gad Weil : JEM défend un judaïsme qui se tient aux avant-postes de la modernité, de l’égalité des sexes, du combat pour les droits de l’homme et pour les valeurs de la République. Nous croyons fermement que le judaïsme n’est pas figé et ne l’a jamais été, c’est pourquoi nous nous attachons sans cesse à confronter les sagesses du passé aux réalités du temps présent, en cherchant toujours leur point d’harmonie.

En hébreu il est question de nos textes comme d’une Torat Hayim : un enseignement de vie. Dans ce sens, fidèles à l’enseignement de nos Sages, nous nous efforçons de toujours trouver en eux un enseignement nouveau et de nous demander comment des textes millénaires continuent de nous parler. Cette obstination parfois paradoxale à se renouveler autant qu’à se transmettre est au cœur de l’essence de JEM.

 

Quels sont les projets en cours et à venir de JEM ?

Jean-François Bensahel et Gad Weil : Malgré le contexte difficile lié à la situation sanitaire, JEM fourmille de projets pour 2021. Nous souhaitons poursuivre notre croissance. Des communautés qui se reconnaissent dans nos valeurs vont nous rejoindre, à Paris et en province.

Nous voulons également toucher des familles éloignées géographiquement de Paris à travers tout le contenu que nous offrons en ligne. Depuis le premier confinement, nous proposons une grande partie de nos activités à distance. Nous allons continuer dans cette direction, avec l’objectif de construire une véritable synagogue digitale, proposant des offices, mais aussi des cours et des activités culturelles en streaming. Nous voulons permettre à chacun, où qu’il se trouve, de rester connecté à sa judéité. Et d’agir en juif.

Nous n’oublions pas le « présentiel » pour autant : nous sommes impatients de pouvoir rouvrir à 100% nos lieux de culte, que nous concevons comme des lieux de vie à part entière, où l’on vient pour prier mais aussi pour se rencontrer, apprendre, échanger.

 

Que proposez-vous pour la jeunesse ?

Jean-François Bensahel et Gad Weil : Nous nous attachons tout particulièrement à proposer une programmation ambitieuse pour la nouvelle génération, car c’est sur elle que repose notre avenir, et parce que ce sont nos jeunes qui pâtissent peut-être le plus terriblement de la période actuelle. Pour les aider à trouver leur place dans ce monde de plus en plus complexe, JEM a mis en place le LAB : un programme qui les accompagne dans la construction de leur projet professionnel.

Nous leur proposons aussi un peu de légèreté, avec le Catskills Comedy by JEM, un tremplin pour permettre aux talents humoristiques de s’exprimer. Parce que le judaïsme, c’est aussi l’humour juif !

Enfin, nous voulons faire de JEM un lieu d’engagement pour les jeunes, à travers « l’école de la solidarité », un programme qui leur permettra de s’impliquer auprès des plus fragiles.

 

Comment concevez-vous vos relations avec le Crif ?

Jean-François Bensahel et Gad Weil : Le Crif est un acteur essentiel et incontournable du judaïsme de France et que nous aimons beaucoup. Nous partageons avec le Crif de nombreux combats, notamment la lutte contre l’antisémitisme sous toutes ses formes, et l’engagement pour la transmission de la mémoire de la Shoah. Nous partageons également un attachement profond à la République française et à ses valeurs.

JEM et le Crif ont travaillé main dans la main à plusieurs reprises, (en particulier) et très récemment à l’occasion de la commémoration des 40 ans de l’attentat de la rue Copernic, à l’automne dernier. Nous sommes très attachés à cette coopération, et avons la ferme volonté de continuer sans relâche à développer notre travail en commun.

 

Manifeste Judaïsme en Mouvement

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *