JE ME DOIS DE M’ASSOCIER A CET HOMMAGE. LE DOCTEUR ANDRE NAHUM A ETE UN EXCELLENT MEDECIN ET UN GRAND HUMANISTE ET UN. GRAND CONTEUR. IL AVAIT OUVERT SON CABINET AU PREMIER ETAGE DANS L’IMMEUBLE QUE NOUS HABITIONS AU 2 RUE DE BORDEAUX. IL A ETE MON MEDECIN DEPUIS MES 10 ANS ET NOUS A REJOINT A SARCELLES ET A ETE CELUI DE NOTRE FAMILLE. MERCI A JEAN-PIERRE.

Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

HOMMAGE – ANDRÉ NAHUM, LE CHANTRE DU JUDAÏSME TUNISIEN

23 Novembre 2021 | 11 vue(s)
Catégorie(s) :
 
 

Il y a 100 ans, naissait André Nahum, le chantre du judaïsme tunisien

 

Le plus célèbre des Juifs de Sarcelles, personnalité truculente de la communauté juive de France, « roi des briks » (1) et « médecin de Kairouan »(2), André Nahum, s’est éteint le 7 décembre 2015. Il était né le 24 novembre 1921, il y a cent ans.

Médecin et romancier, chroniqueur à la radio Judaïques FM, André Nahum était le chantre du judaïsme tunisien, véritable gardien de la mémoire de « Tunis-la-Juive » (3), de son humour et de sa sagesse (4).

Fils d’Eugène Nahum, qui, avec les frères de son épouse, tenait un commerce de tissus en gros dans les souks de Tunis, André Nahum a vu le jour dans la capitale tunisienne. Sa destinée, dès lors, était toute tracée et il aurait dû succéder à son père, mais, après avoir obtenu son baccalauréat section philosophie, il choisit, malgré les fortes réticences d’Eugène Nahum, de se lancer dans des études de médecine et de gagner Paris. À l’époque, les voyages en avion étaient rares. C’est donc en bateau que le jeune André rejoint Marseille et, de là, Paris. Comme tous les jeunes « Tunes » exilés, il ne manquait pas de revenir au pays pour les vacances estivales. La Deuxième Guerre mondiale va perturber ce rythme tranquille et, en 1939, il préfère poursuivre ses études à Alger qu’à Paris, devenue dangereuse. Après l’armistice, il est réquisitionné comme externe à l’hôpital Parney. Libéré après plusieurs semaines, il regagne Tunis puis Alger. En 1941, du fait du Statut des Juifs, il est exclu de la faculté de médecine d’Alger. Il se retrouve à Tunis. Tour à tour, pointeur, aide-comptable et vendeur de sciure, il retrouve l’espoir quand il apprend le débarquement américain en Afrique du Nord. Hélas, les Allemands n’ont pas encore dit leur dernier mot et, contre toute attente, envahissent la Tunisie qu’ils occuperont pendant six mois, du 13 novembre 1942 au 7 mai 1943. André Nahum, comme des milliers de jeunes Juifs tunisiens, sera astreint au travail obligatoire au camp de Bizerte. « J’ai connu les coups de plat de baïonnette sur les fesses, la cravache et les tonsures infamantes…Avec mes compagnons d’infortune, j’ai subi la vermine, les poux, la gales, les réveils au petit matin à grands coups de crosse sur la porte de la chambrée aux coups répétés et furieux de  Aufstein, Los , Los ! » racontera-t-il plus tard (5).

Après avoir quitté la Tunisie, André Nahum s’installera à Sarcelles où s’étaient regroupés, dans les années soixante, de nombreux Juifs d’Afrique du Nord. Il sera alors, pendant longtemps « Le » médecin de Sarcelles.

Marié à Jeanine Augé,  il aura 3 enfants, deux garçons, Pierre et David, tous deux médecins et une fille, Maya, auteure et journaliste, animatrice à Radio J.

La passion de l’écriture et du témoignage le gagnera très vite. Paru en 1979, « L’étoile et le jasmin » est un véritable bijou (6), précurseur et annonciateur de nombreux autres ouvrages.  Plus tard, André Nahum, qui vouait au grand champion de boxe juif tunisien assassiné à Auschwitz, Young Perez, une grande admiration, lui consacrera deux ouvrages (7).

Il suivait avec passion l’actualité proche-orientale (8) et, s’il gardait une nostalgie pour son pays natal et se voulait un partisan de l’amitié judéo-musulmane, il analysait avec lucidité l’exil des Juifs des pays arabes, estimant que « l’habileté du pouvoir fut de se débarrasser des Juifs en faisant croire qu’il faisait tout pour les garder. Officiellement on voulait nous retenir et on nous poussait délicatement vers la sortie. En réalité, tout concourrait à nous faire partir » (9). Plus particulièrement, pour ce qui concerne la Tunisie, il affirmait : « La Tunisie, c’est le pays où je suis né il y a 2000 ans. Celui de mes aïeux, de mes morts, celui de mon enfance. Une terre à laquelle j’étais viscéralement attaché jusqu’au jour où l’on m’a fait comprendre qu’elle n’était plus mienne. « Tunis-la-Juive » est morte. Elle ne reviendra jamais plus. J’ai cru après l’indépendance qu’une minorité juive pourrait vivre dans un pays arabe. Je me suis trompé ». (10)

Avant de tirer sa révérence, André Nahum nous a offert, en octobre 2015, un ouvrage pour la jeunesse, illustré par Éva Sanchez Gomez (11).

André Nahum, un grand, un très grand bonhomme apparu sur cette terre il y a un siècle. Que sa mémoire soit bénie et longtemps magnifiée.

 

Jean-Pierre Allali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *