“Le meurtre de Sarah Halimi m’a fait comprendre que la justice française est morte” – Tribune juive

Les avocats qui ont témoigné devant une commission d’enquête parlementaire sur d’éventuelles dysfonctionnements judiciaires et policiers lors de l’enquête sur le meurtre de Sarah Halimi partagent la série d’omissions qui ont conduit son auteur, Kobili Traoré, à échapper au procès.

 Par  Eldad Beck  Publié le  23/12/2021 11:55 Dernière modification : 23/12/2021 12:03

(Photo by GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Shia Majster était le seul parmi un millier de déportés avec qui il avait partagéle transport à avoir survécu à la Shoah. Dès 1941, il fait partie des « juifs étrangers » envoyés par les nazis de Paris occupé dans un camp de concentration aux Pays-Bas puis à Auschwitz. Il est retourné à Paris mais a lutté toute sa vie en raison des atrocités dont il a été témoin pendant la Seconde Guerre mondiale. 

Son petit-fils, l’avocat français Nathanael Majster, 54 ans, a parlé de son grand-père lors de son témoignage devant une commission d’enquête parlementaire mise en place par l’Assemblée nationale française sur les possibles fautes policières et judiciaires lors de l’enquête sur le meurtre de la femme médecin et enseignante juive française Sarah Halimi au coeur de Paris le 4 avril 2017. 

“En tant que petit-fils d’un déporté, je ne peux pas faire la paix avec le fait que dans la France d’aujourd’hui, une juive est jetée mortellement de son balcon et cela est reçu par une totale indifférence et des mensonges organisés“, a déclaré Majster aux membres de la commission, expliquant pourquoi il s’est joint aux efforts pour révéler la vérité sur le meurtre horrible, dont l’auteur musulman ne sera pas poursuivi et sera autorisé à retourner à sa vie quotidienne sans payer pour l’acte terrible qu’il a commis.

“Dans ma vie professionnelle, je n’ai pas défendu les questions relatives à la communauté juive”, a déclaré Majster à  Israel Hayom . “Cependant, dans ce cas, j’ai été l’un des premiers à mettre en garde contre les lacunes du système judiciaire. Personne ne se souciait du sort de cette pauvre femme.

« Un homme musulman l’a torturée pendant environ 15 minutes, l’a frappée comme si elle n’était qu’un morceau de viande, lui a cassé tous les os, et celui qui était le procureur général à l’époque n’a pas voulu penser pas que c’était barbare. Quand la barbarie est dirigée contre les Juifs ce n’est pas considéré comme de la barbarie. Les Juifs sont responsables d’être attaqués. C’est le même comportement que mon grand-père a rencontré.

Majster fait partie d’une dizaine de témoins qui ont témoigné devant l’enquête parlementaire lancée cet été à l’initiative du député Meyer Habib, et qui a commencé ses travaux le 13 septembre. Elle doit rendre ses conclusions mi-janvier.

La commission a été créée après qu’il est devenu évident que la justice française n’avait pas l’intention de poursuivre le meurtrier de Halimi, Kobili Traoré, un fils d’immigrés du Mali, car on a jugé qu’il avait souffert d’un épisode psychotique causé par la consommation de cannabis.

Le cas de Sarah Halimi n’est pas la seule fois qu’un musulman qui a assassiné un juif en France échappe à un procès en raison d’une supposée instabilité mentale. En 2003, Adel Amastaibou, qui a assassiné le DJ juif français Sébastien Selam, a été déclaré inapte à subir son procès pour cette raison précise. Et tandis que les autorités ont au moins reconnu le meurtre de Halimi comme un crime antisémite, dans le cas de Selam, de telles déclarations n’ont jamais été faites.

Une autre différence est que le tueur de Selam a souffert de maladie mentale, principalement de schizophrénie paranoïaque, pendant des années, alors que Traoré semble avoir commencé à présenter de tels “symptômes” de manière suspecte, lors d’instants proches de sa perpétration de son attaque. Pour autant que l’on sache, Traoré n’a jamais reçu ni demandé d’aide psychiatrique. Il est actuellement dans un hôpital psychiatrique, mentalement stable, et continue de consommer du cannabis sans restriction.

Malgré des preuves sans équivoque, il a fallu des mois pour que le système judiciaire français reconnaisse que la nature du meurtre de Halimi était antisémite. Et malgré la reconnaissance attendue depuis longtemps, le juge a statué que Taoré n’était pas apte à subir son procès car il était en proie à une « bouffée délirante » induite par la drogue et n’avait pas le contrôle de ses actions.

Meyer Habib (Lior Mizrahi)

S’adressant aux membres de la commission d’enquête, Majster a énuméré la série d’omissions qu’il a constatées de la part des autorités lors de l’enquête sur le meurtre de Halimi.

Le fait que Traoré ait torturé Halimi avant de la jeter de son balcon a été complètement omis de l’enquête ; savoir si l’homicide était délibéré ou non n’a pas été examiné du tout, même si les preuves ont montré que Traoré s’était préparé à l’attaque à l’avance ; bien que Traoré ait crié « Allahu Akbar » et récité des versets coraniques pendant le meurtre, cela n’a pas été considéré comme une attaque terroriste ; et bien qu’un psychiatre qui a initialement examiné Traoré ait estimé qu’il était apte à subir son procès, la juge Anne Ihuellou en charge de l’affaire a nommé des experts supplémentaires qui ont décidé le contraire.

« Pourquoi se fait-il que lorsqu’une victime est juive, la question n’est pas importante ? Mais lorsque la victime est un policier, un enseignant ou un prêtre [non juif], la question devient une urgence nationale ? » a dit Majster aux membres du comité. « Le système judiciaire français se transforme-t-il en défenseur de la communauté musulmane contre les exigences excessives’ de la communauté juive ? C’est donc crucial. Cette atmosphère gagnera-t-elle ou y aura-t-il une révolte contre cette atmosphère dont les Juifs sont les premiers à payer le prix ? “

Les membres de la commission d’enquête – qui comprend des législateurs de tous les partis de l’Assemblée nationale, y compris le parti du président Emmanuel Macron ainsi que des gauchistes, qui, contrairement aux partis de droite, se sont opposés au lancement de l’enquête – ont découvert de plus en plus de détails horribles sur l’affaire du meurtre.

Sarah Halimi, 65 ans au moment de son décès, était médecin et enseignante à la retraite. Elle vivait dans un modeste appartement du centre de Paris, dans un quartier délaissé qui est devenu ces dernières années le centre de l’activité islamiste. La mosquée Omar Ibn Al Khattab – où se rassemblent régulièrement des djihadistes religieux extrémistes – n’est qu’à quelques minutes de son lieu de résidence.

Traoré, 27 ans au moment où il a commis le meurtre, vivait avec sa famille – sa mère, son beau-père, sa sœur et ses enfants – dans le même immeuble que Sarah Halimi.

Il a un lourd casier judiciaire : il a été poursuivi 24 fois, y compris pour agressions violentes, et a été emprisonné cinq fois.

Quelques semaines avant le meurtre, Traoré a commencé à fréquenter régulièrement la mosquée Omar Ibn Al Khattab. Il a changé son comportement et a commencé à arrêter de parler aux femmes, mais n’a pas arrêté de fumer du cannabis. La veille du meurtre, il s’est rendu trois fois à la mosquée pour ce qu’il a dit être des tentatives pour se libérer d’un sort jeté sur lui par son beau-père.

Le même jour, Traoré a rendu visite à d’autres voisins de l’immeuble, dont la famille Diarra qui habitait au troisième étage, où vivait également Sarah Halimi. Le père de famille qu’il a visité est connu comme le « médiateur » dans les conflits entre les membres de la communauté malienne. Traoré a demandé aux Diarra de s’occuper des enfants de sa sœur et leur a laissé des vêtements de rechange et une serviette, sans explication.

Dans la nuit du 3 au 4 avril, Traoré a demandé à dormir chez un ami, qui vivait au quatrième étage de l’immeuble. Les deux hommes ont fumé de l’herbe et ont regardé  le  film The Punisher. Peu après 4 heures du matin, Traoré a quitté l’appartement de son ami en sweat-shirt et sans chaussures

Il est desdendu d’un étage jusqu’à l’appartement des Diarra. Le père de famille l’a laissé entrer et, pour des raisons inconnues, s’est enfermé avec sa famille dans l’une des pièces et a appelé la police à l’aide

Pendant ce temps, Traoré accomplit une cérémonie de purification, se change et prie. Trois policiers sont arrivés sur les lieux en quelques minutes. La famille Diarra a jeté les clés par la fenêtre. 

Lorsque les agents sont arrivés à la porte, ils ont entendu Traoré prier en arabe à travers la porte fermée. Ils n’ont pas utilisé les clés pour entrer dans l’appartement et ont évité d’affronter Traoré, bien que les Diarra aient clairement indiqué lors de l’appel téléphonique qu’il n’était pas armé. Au lieu de cela, les officiers de policiers ont demandé des renforts. 

A cette époque, Sarah Halimi dormait encore dans son appartement, qui était à côté de celui des Diarra. Avec le recul, une intervention tactique de la police aurait pu lui sauver la vie.

Après avoir terminé ses prières, Traoré est sorti sur le balcon de la famille Diarra d’où il est passé à celui de Halimi. Il a fait irruption dans son appartement et a commencé à la frapper violemment. Sarah Halimi hurla de douleur.

Les voisins se sont réveillés à cause de ses cris et ont appelé la police. Les trois policiers qui se trouvaient déjà sur les lieux ont affirmé devant la commission d’enquête n’avoir entendu aucun cri.

Après un passage à tabac qui a duré environ 12 minutes, Traoré a crié : « Il y a une femme ici qui est sur le point de se suicider », et a jeté Halimi du balcon de son appartement du troisième étage.

À ce moment-là, d’autres policiers et une ambulance sont arrivés. Halimi a été déclaré mort sur les lieux. Pendant ce temps, Traoré est retourné à l’appartement des Diarra.

Seulement une demi-heure plus tard, la police a bravé le meurtrier et a fait irruption dans l’appartement. Traoré n’a pas résisté à son arrestation.

L’incompétence scandaleuse des agents de police aurait pu être le motif de sa propre enquête, mais avec l’arrestation de Treore a commencé une série d’omissions administratives et juridiques qui l’ont conduit à éviter les poursuites.

Un examen médical de Traoré quelques heures après l’arrestation a déterminé qu’il devait être hospitalisé. En tant que tel, il n’a pas pu rester en garde à vue et n’a pas été immédiatement interrogé par la police.

Sarah Halimi, à gauche, est photographiée aux côtés de son présumé assassiné Kobili Traoré (Autorisation)

Le procureur François Molins a invité les chefs de la communauté juive et leur a dit qu’il n’y avait aucune preuve que le meurtre était antisémite. Cela s’est passé à la veille des élections présidentielles françaises. Des rumeurs ont commencé à circuler parmi les Juifs français selon lesquelles des politiciens tentaient de balayer le meurtre sous le tapis pour limiter les chances de victoire de la candidate nationaliste de droite Marine Le Pen.

La juge d’instruction, Anne Ihuellou, figure problématique, a demandé l’avis psychiatrique initial de Traoré à l’expert juif Daniel Zaguri.

Environ deux semaines après la victoire d’Emmanuel Macron, les avocats de la famille Halimi ont exigé pour la première fois lors d’une conférence de presse que le meurtre soit traité comme une attaque antisémite, considérée en France comme une circonstance aggravante qui à ce titre, augmente la gravité ou la culpabilité d’un acte criminel.

L’opinion professionnelle comprenait un témoignage de Traoré dans lequel il a déclaré qu’il était entré dans l’appartement de Halimi sans savoir qui y habitait, qu’il avait vu le « rouleau de la Torah et la menorah » et qu’une attaque psychotique dont il « a souffert » s’était brusquement déclenchée.

Cependant, il n’y avait pas de menorah dans la maison Halimi, seulement des chandeliers réguliers de Shabbat. Il n’y avait pas non plus de rouleau de la Torah, mais des livres juifs que Traoré aurait surtout eu du mal à identifier dans l’obscurité. Autrement dit, Traoré a menti. Il savait à l’avance qu’une personne juive vivait dans l’appartement et y était entrée par effraction pour commettre un homicide volontaire.

Une simple visite à l’appartement d’Halimi aurait démenti le témoignage de Traoré, mais Ihuellou n’a même pas pris la peine de visiter les lieux et a même refusé de reconstituer le meurtre.

Au-delà de cela, elle a demandé à deux autres équipes de psychiatres d’examiner Traoré et de déterminer s’il était apte à subir son procès. Les deux équipes ont conclu qu’en raison de la consommation de drogue avant l’attaque, Traoré ne contrôlait pas ses actions.

Ihuellou a choisi d’accepter leurs conclusions. Les appels interjetés par le parquet et la famille Halimi ont été rejetés. Les avocats de la famille, qui vivent en Israël, ont récemment annoncé qu’ils faisaient appel de l’affaire en Israël.

“Le but de la commission d’enquête parlementaire n’est pas de procéder à un nouveau procès, mais d’examiner s’il y a eu des déficiences dans le fonctionnement de la justice et de la police concernant cette affaire et de formuler des recommandations”, a déclaré à Israel Hayom Meyer Habib, qui, comme évoqué plus haut , dirige la commission. 

« Nous ne pouvons pas ordonner qu’un autre procès ait lieu. D’après ce que nous avons entendu jusqu’à présent, de nombreux défauts ont été signalés : ils n’ont pas vérifié les téléphones portables de Traoré et de ses amis. Les personnes de la mosquée d’Omar n’ont pas interrogé. L’en*droit était mal préparé pour faire face à la situation. Et surtout, toutes les preuves qui indiquaient qu’il s’agissait d’un meurtre délibéré ont été intentionnellement ignorées », a-t-il déclaré.

“Ils l’ont transformé en fou parce qu’il fumait de l’herbe. Juché sur le balcon d’Halimi, Traoré a choisi de la jeter d’un point où la chute serait plus profonde. Ce n’est pas l’action d’une personne qui ne contrôle pas ses actions. “

Le comité a également entendu des témoignages sur l’hospitalisation actuelle de Traoré, selon laquelle il ne reçoit aucun traitement médical pour aucune maladie mentale qui l’empêcherait d’être poursuivi, et qu’il est, en fait, dans un état mentalement stable

Jean-Alexandre Buchinger, l’avocat de la famille Halimi, a déclaré à la commission d’enquête : “Tout est fait pour masquer l’intention initiale“.

David-Olivier Kaminski (ci-dessus), qui représentait le fils de Sarah Halimi, Yonathan, a déclaré : « Ce sont les experts qui ont déterminé la décision, pas les jugés. Tout au long de l’affaire, on a eu le sentiment que le système judiciaire ne cherchait pas justice.

L’avocat Gilles-William Goldnadel, qui représentait également la famille, a déclaré à la commission : « J’ai vu de mes propres yeux la mort de la justice française. En ce qui concerne l’antisémitisme anti-israélien, il y a un très fort déni de réalité de la part de la justice. . 

“En 2015, Traoré a été arrêté pour conduite sans permis et sous l’influence de drogues. Même à l’époque, il avait un casier judiciaire étendu. S’il avait été puni conformément à la lettre de la loi, peut-être que Sarah Halimi serait en vie aujourd’hui”, il a dit. 

https://www.tribunejuive.info/2021/12/23/le-meurtre-de-sarah-halimi-ma-fait-comprendre-que-la-justice-francaise-est-morte/

 

 

L’Observatoire Juif de France a besoin de vous.

Donner avec le bouton Paypal
Un Reçu Cerfa vous sera adressé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *